Magazine Politique

Travail, famille, patrie

Publié le 13 février 2012 par Pierre

Travail, famille, patrieEnfin, oui, ça y est : Sarkozy, après avoir mis nos nerfs à rude épreuve, lève le voile sur ses intentions. Dans son entretien de samedi dernier dans le Figaro Magazine, il met en avant ses thèmes de campagne : rappel des repères traditionnels, affirmation de l’autorité, serrage de vis sur la sécurité et l’immigration, bref, les valeurs d’une certaine France qui sent le rance.

A première vue, cette stratégie peut paraître logique. Souvenez-vous de cette théorie sur les nouvelles droites aux Etats-Unis et en Europe (Grande Bretagne, Italie, Espagne…). Ces dernières années, la droite est revenue au pouvoir avec deux idées fortes : néolibéralisme économique, et adoption d’un discours sensé répondre aux attentes du « peuple » (abandonné par une gauche boboïsée) : travail, famille, identité nationale, sécurité.

Une nouvelle droite qui reconquiert les classes populaires en apportant des réponses à leur angoisse collective liée à la crise de civilisation, et à la peur du déclin de l’Occident.

Bref, pourquoi pas, cette posture permettrait à Sarkozy de tenter de faire oublier son épouvantable bilan économique et social, de gêner Le Pen, de créer le buzz, bref de continuer à enfumer tout le monde.

Cependant, ce virage à droite a-t-il une seule chance de lui donner une majorité en mai ? Passer le premier tour, pourquoi pas, mais comment rassembler ensuite ?

Certes, le total des voix de gauche au premier tour atteint environ 43% selon les sondages du moment, ce qui est bien faible… mais Hollande a une capacité de rassemblement sur le centre. Et les 15-18% du FN sont quand même un peu « hors champ » ; leur report sur Sarkozy au second tour n’est franchement pas évident.

Sarkozy a donc écouté Buisson, qui considère que le corps électoral français est majoritairement à droite, et qu’un programme de droite constitue la carte gagnante. Deux objections à ça :

  • La droite a perdu toutes les élections intermédiaires depuis 2007 : municipales, cantonales, européennes, régionales. Elle est maintenant minoritaire partout, sauf à l’Assemblée Nationale. Comment en déduire que la France est à droite en 2012 ?
  • Sarkozy est-il un si bon stratège que ça des campagnes électorales ? Certes, il a fait une bonne campagne en 2007 (mais après tout, 53% au deuxième tour, est ce vraiment extraordinaire ?). Et puis ? Soutien de Balladur en 95 (mauvais cheval), tête de liste RPR des européennes en 99 (débâcle mémorable), et puis toute cette série d’échecs depuis 2007.

Finalement, Sarkozy semble bien parti pour inaugurer une nouvelle forme de rupture : celle du reflux des dirigeants de droite en Europe, et du retour de la gauche au pouvoir.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre 381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines