Magazine France

This is Europa !

Publié le 14 février 2012 par Bravepatrie

Toute l’Europe soutient déjà la candidature de Nicolas en buvant une bière. Le Président aura tout intérêt à se pencher sur le sort de la Grèce qui pourrait constituer un excellent amuse bouche pour préparer son deuxième mandat.

La Grèce a toujours été un grand champ de ruines. Avec les réformes de l’éducation et l’apparition de héros modernes comme Mickaël Vendetta ou Afida Turner l’intérêt pour les vieilles pierres et les concepts vintage comme la démocratie n’est plus aussi flagrant. Comme le disait encore récemment Alain Minc, « du passé faisons table rase » et reconstruisons une Grèce plus adaptée à la modernité européenne, capable de régler le problème du coût du travail, en un mot de faire la nique aux niakoués.

Certes, le grec est beau mais l’observateur avisé remarquera qu’en plus d’avoir les bras cassés il a une toute petite bite.">

Certes, le grec est beau mais l’observateur avisé remarquera qu’en plus d’avoir les bras cassés il a une toute petite bite.

">

Certes, le grec est beau mais l’observateur avisé remarquera qu’en plus d’avoir les bras cassés il a une toute petite bite.

">
Beauté grec trompeuse

Certes, le grec est beau mais l’observateur avisé remarquera qu’en plus d’avoir les bras cassés il a une toute petite bite.

C’est dans cet esprit que l’Union Européenne en partenariat avec Goldman Sachs, a tendu un point ferme mais abondamment graissé au peuple Grec sous la forme d’un plan d’austérité. Goldman Sachs, en plus de produire des chefs démoulables, a une longue pratique du graissage et de l’engraissage qui se combine avec une réelle expertise pour laver l’argent sale tout en rinçant ses clients.

Ce nouveau plan part d’un constat simple : en plus d’être fainéant et dépensier le Grec n’hésite pas à se nourrir trois fois par jour dans un appartement chauffé. Parfois il contemple oisivement la mer Egée qu’on voit danser le long des golfs claires garées à la sortie des boites de nuit en été. Golfs payées à crédit avec le bon argent du contribuable teuton. Ceci doit cesser.

Si dans certaines circonstances le Grec peut apprécier de se mettre à genoux devant un éphèbe blond (dans les backrooms de Mykonos par exemple) il doit désormais se relever pour pouvoir courber ses épaules et apprendre à dire humblement merci avec ce zozotement un peu ridicule qui fait rire les enfants blonds du Monsieur de Mykonos du début de la phrase.

De jeunes grecs courent s’encanailler dans les bas fonds du Pirée.">

De jeunes grecs courent s’encanailler dans les bas fonds du Pirée.

">

De jeunes grecs courent s’encanailler dans les bas fonds du Pirée.

">
Vie facile et décadence

De jeunes grecs courent s’encanailler dans les bas fonds du Pirée.

Syndicats, retraites, salaire minimum garantie, protection sociale : tout ce panthéon de vieilleries doit être abandonné dans les dédales de l’Histoire. A la place l’ambitieux programme européen de stimulation du PNB (« Pillage’N Burn ») devrait permettre une reprise de l’économie grecque pour les JO de 2044. Comme l’ont appris aux Grecs les Perses, les Scythes ou les Macédoniens il est essentiel pour que le plan fonctionne de respecter scrupuleusement son ordonnancement : 1° on pille 2° on brûle. Pas l’inverse. A ce titre, l’agression ce week-end du parlement grec par une foule de citoyens un peu taquins inquiète les autorités européennes.

Fidèle à sa tradition d’assistance aux gouvernements en difficultés, la France pourrait prochainement proposer son expertise sécuritaire en civilisation française (celle là même qui fit défaut il y a un an de l’autre coté de la méditerranée). De son coté, Carla Bruni a confirmé un don au peuple grec d’une statue d’elle-même la représentant en minitaurette (un genre de minotaure mais en plus petit et plus féminin que l’original). La première dame souhaiterait également lancer avec Michel Drucker une émission baptisée « chants Elysées » qui permettrait d’égayer les soirées des pauvres et nécessiteux Grecs avec des remix de Nana Mouscouri re-samplés sur des discours d’Angela Merkel.


A propos de l’impact de la crise grecque sur l’économie européenne, on réécoutera avec intérêt ce Théma avec Jean-David Alexandre et Hans-Dieter Godwin.

Théma, octobre 2011

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bravepatrie 83 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte