Magazine Santé

Comblement des rides : dentistes bientôt interdits d'acide hyaluronique

Publié le 14 février 2012 par Estelle36

Dernière modification le 14-02-2012

Estelle Vereeck, Docteur en chirurgie-dentaire, auteur d'ouvrages sur les dents parus aux éditions Luigi Castelli

Comblement des rides : dentistes bientôt interdits d'acide hyaluronique
Ces temps-ci, le marché de l'esthétique est décidément l'objet d'âpres enjeux et d'affrontements entre professionnels. Les dentistes qui s'écharpent actuellement avec les bars à sourire (qui prolifèrent à Paris comme partout en France) sur le terrain du blanchiment dentaire, doivent également faire face aux attaques des médecins, mécontents de les voir s'aventurer sur le terrain du comblement des rides du tour de la bouche par les injections d'acide hyaluronique.

Injections d'acide hyaluronique chez le dentiste

Certains dentistes proposent aujourd'hui à leurs patients et patientes l'injection d'acide hyaluronique dans le bas du visage, acte à visée esthétique destiné à atténuer les rides du tour de la bouche et du sillon naso-génien.
L'ordre des dentistes justifie cette pratique en s’appuyant sur l’article L.414-1 du Code de la santé publique, modifié en 2004 qui précise que « La pratique de l’art dentaire comporte la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies congénitales ou acquises, réelles ou supposées, de la bouche, des dents, des maxillaires et des tissus attenants ». Ces tissus attenants permettent aux chirurgiens dentistes de réaliser des actes de médecine esthétique : reconstruction d’un contour des lèvres effacé, augmentation d’un menton et bien sûr comblement des sillons nasogéniens.

Comblement des rides : dentistes bientôt interdits d'acide hyaluronique ?

Cependant, le Conseil national de l’Ordre des médecins qui ne l'entend pas ainsi, a saisi en 2011 le ministère de la Santé. Il semble bien que ce dernier soit en voie de se ranger du coté des médecins. La secrétaire d’Etat à la Santé a en effet annoncé le 13 février sur RTL* la préparation d’un décret interdisant ces pratiques. Ce décret devrait être publié le mois prochain.
« Les chirurgiens-dentistes ont fait une interprétation de la loi. Moi je confirme le message qui a été envoyé par la direction générale de la santé : l'usage de produits de comblement sur le visage ne relève pas de leur compétence », a déclaré madame Berra au micro de RTL.
En effet, estimant que le Conseil de l’Ordre des chirurgiens dentistes défend une interprétation trop large du code de la santé publique, la Direction Générale de la Santé (DGS) s’apprêterait à prendre un décret visant à interdire aux chirurgiens dentistes la possibilité de réaliser ces injections d'acide hyaluronique. « Il faut que chacun respecte le champ de ses compétences » a rappelé la secrétaire d’Etat à la Santé, Nora Berra au micro de RTL.

La bataille de l'esthétique

La bataille des rides et de l'esthétique en général est loin d'être terminée puisque les chirurgiens dentistes étudient déjà des possibilités de recours contre le texte à venir et pourraient aller en justice pour que la profession puisse continuer à pratiquer les injections d'acide hyaluronique.
Question : les dentistes peuvent-ils défendre leur pré carré contre les bars à sourire tout en empiétant sur celui des médecins (ceux-ci ne se privant d'ailleurs pas en retour de proposer des séances de blanchiment dentaire) ?
Question subsidiaire : le ministère de la santé qui reconnaît la dangerosité des blanchiments dentaires répétés va-t-il statuer avec la même rigueur contre les bars à sourire ou bien laisser faire, la santé dentaire, domaine mineur par excellence, ne valant pas un décret ?

* http://www.jim.fr/en_direct/pro_societe/e-docs/00/01/FB/40/document_actu_pro.phtml

Sommaire des autres articles sur la dentisterie holistique
Ecrire un commentaire en rapport avec l'article
Poser une question

Dernière modification le 14-02-2012

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Estelle36 1669 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine