Magazine Moyen Orient

« Nous sommes déterminés à combattre l’informel »

Publié le 14 février 2012 par Fouzi53 @fouzi53
« Nous sommes déterminés à combattre l’informel »

Lors de la réunion CRT du Vendredi 10 Février, tenue à Marrakech en présence du Ministre du tourisme , du Wali de la région , du représentant de Mme Le Maire et des élus , ont été abordé les sujets qui préoccupent les professionnels à savoir : La promotion, les dessertes aériennes, le produit et l’informel.

Autant je suis persuadé que des solutions seront trouvées à court ou moyen terme pour les trois premiers points , autant je suis très septique sur la problématique de l’informel sans vouloir mettre en doute, les engagements et la détermination des autorités sur ce sujet lors de cette rencontre.

Le terme d’économie informelle englobe un certain nombre de pratiques qui vont de l’économie familiale, à l’économie conviviale. En ce qui nous concerne, on devrai parler d’économie souterraine ou clandestine , celle qui développe le travail au noir, qui échappe aux règles économiques et sociales, qui ne donne lieu à aucun prélèvement obligatoire fiscal ou social , qui fausse le jeu de la libre concurrence et par là génère un manque à gagner pour l’état donc pour le contribuable.

J’ai déjà eu à m’exprimer sur le sujet lors d’un précèdent post et je crois que si ce phénomène a pu s’installer de manière insidieuse , cela vient du fait que pendant les années de croissance, nul ne s’en inquiétait ou plutôt on laissait faire dans le cadre d’une sorte de » paix sociale ».

Je pourrai comprendre cette attitude, lorsqu’il s’agit de permettre à des couches défavorisées de subvenir à leur besoins et de continuer à exister dans une sorte de dignité. L’enquête du HCP datée de 2007, pour le seul secteur des services, montre une évolution de 0,9% entre 1999 et 2007 des unités de production informelles passant de 18,8% à 19,7% pour la région de Marrakech Tensift El Haouz. Le tourisme y occupe une grande part et depuis 2007 à ce jour , nous devrions battre les records que cela soit dans l’hébergement, la restauration, le transport ou l’agence de voyage.

Dans le domaine des agences de voyages, la part de l’informel devient exponentielle avec le développement d’internet , puisque nous avons dénombré une cinquantaine d’agences clandestines qui sévissent via le net , certaines au Maroc et d’autre en Europe, commercialisant toutes le sud marocain. Sans compter toutes «les agences» qui ont pignon sur rue qui vendant des excursions, d’autres des circuits quand ce n’est pas d’autres services liés à un tourisme d’un tout autre genre…

On remarquera au passage, les opérateurs touristiques, qui agissent dans le domaine réservé aux agences de voyages sans aucune licence et surtout sans aucune vergogne avec un réel pied de nez à l’éthique professionnelle.

Pour ce qui est de l’hébergement informel, on ne compte plus le nombre d’appartements qui se louent à la journée aussi bien dans le centre ville que dans la périphérie, dans un cadre complètement illégal avec tous les risques que cela comporte aussi bien pour la sécurité des clients que pour la réputation de la destination.

Pour ce qui est de la restauration, des établissements s’adonnent à cette pratique sans aucune autorisation, ni contrôle ( sanitaire ou autre ), avec de plus la vente d’alcool sans licence et cela dans la plus grande clandestinité.

Depuis les années 70, toutes les professions liées au tourisme , sont réglementées par des textes de loi, qui prévoient des sanctions contre les contrevenants. De plus l’accès à la profession est soumis à des critères très souples pour permettre l’accès au plus grand nombre et malgré cela, nous continuons à voir l’informel se développer sans aucun rapport avec les difficultés sociales qui pourraient être liées à sa pratique. Non , les contrevenants sont tout simplement des personnes qui n’ont aucun sens du civisme et qui se complaisent à ignorer la loi et à vivre en parasites de la société.

Personnellement, je suis heureux que des dispositions soient prises à l’échelon local et national pour combattre ce phénomène de manière citoyenne, responsable et rigoureuse dans le but d’assainir et de valoriser la destination. Si la volonté a été déclarée de manière solennelle, j’attends de voir les moyens mis en œuvre et l’implication des professionnels dans ce processus. A ce titre, les associations professionnelles doivent jouer le rôle qui leur est dû.

En 2007 , le secteur de l’informel contribuait à l’emploi pour 37,3% et pour 14,3% au PIB. Est ce des raisons valables pour fermer l’oeil? (Source HCP)

En période de crise, comme celle que nous traversons, ce phénomène ne peut être que nuisible à l’industrie du tourisme en particulier. Si rien n’est fait , c’est le secteur formel qui sera paupérisé .


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fouzi53 1788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog