Magazine Info Locale

La vie sur les chantiers de la ville ou qu'elles employées j'embauches pour quelles qualités de travail.....(1er partie)

Par Unevillemaville2
"Le travail n'est plus ce qu'il était ma pov' dame, ah, lala"…
Non, le travail n'est plus ce qu'il était on la vue durant les dernières années à Bernay.
Et nous le verrons encore en 2012 - 2013.
Première cible (rire), les travaux de rénovation de la ville.
À coups de beaux plans, de belles coupes, etc., oui, ils sont beaux tous s'est travaux cela n'est pas remis en cause (rire).
Ceux-là sont prévus pour durées quoi, aller, trois - six mois à tous cassé (rire).
Mais, car un "Mais" subsiste toujours dans l'équation, hélas comme toujours ils leurs est impossible de tenir les dates de fins des chantiers en temps et en heures.
La vie sur les chantiers de la ville ou qu'elles employées j'embauches pour quelles qualités de travail.....(1er partie) Je vous et parler dans mon article récent des divers travaux qui vont sévir en ville.
Je ne reviens donc pas ici sur les thèmes de s'est travaux, réhabilitation de la place de la mairie et de la place G. de Volpiano, ni des travaux (actuel) dans les locaux du tribunal, ni des réhabilitations des 75 logements sur le quartier du stade, etc., etc.
Non, si je dois revenir sur quelques choses s'est sur ceux et celles qui vont être les ouvriers de s'est travaux là.
Oui, je vais m'atteler pour cet article-ci à donner quelques points de vue, quelques moments vécus quant aux personnelles employées pour faire tous s'est travaux là.
Oui, le fameux personnelles, artisans et autres corps de métiers employés aux vues de certaines réactions et de certaines attitudes qu'ils ont envers à la fois le bien public et les passants tant dans leurs regards que dans leurs réflexions désobligeant parfois.
Mais bon, l'un dans l'autre cet article vaut pour les deux cas quelques pars même si s'est métiers sont opposés ils sont tous là pour un essentiel c'est-à-dire fournir un service de qualité à la population.
Mais des travaux, il n'y en a pas qu'en ville.
Oui, il y en a aussi sur les quartiers.
Les travaux, entends que tel est son banal en soi dans leurs thématiques.
Mais ce qui l'est moins si je puis dire, c'est plutôt la façon de travailler des employées qui me font alors sourire, de dépit.
Oui, je trouve que les employées actuellement sont emplies d'un j'en foutisme latent qui fait que parfois ont à la drôle d'impression que ceux-là ce foute ouvertement de notre gueule.
Je sais que s'est métiers la sont pas la sinécure pour eux et que s'est juste fait pour gagner leurs croûtes d’où ils ne mettent évidement plus, au bout de 20 - 30 ans, aucune conviction soit, mais bon, il y a un minimum.
Même si j'ai un grand respect pour c'est créneaux d'emploi et de travaille qu'ont ce le disent.
La vie sur les chantiers de la ville ou qu'elles employées j'embauches pour quelles qualités de travail.....(1er partie) Alors, ils donnent, me donnent tous ceux-là une drôle d'impression (rire).
Oui, ils me donnent l'impression d'aller au travail à reculons.
Oui, il donne le sentiment qu'ils ont une certaine attitude de familiarité envers les personnes qui habites dans c'est dit quartiers qui n'exister pas il y à quoi 20ans de cela.
Par exemple, le soin apporté à l'environnement des parties communes où les gens sont obligés de passer pour rentrer chez eux.
J'ai vu voir une lame de cutter quasi neuve la comme jeter sur le trottoir alors qu'il y a des enfants âgées entre 2 et 6 ans à proximité est qui pourrait très bien la ramasser, imaginé ce qui pourrait advenir alors.
Qui serait responsable si un enfant ce couper un doigt ou blesser involontairement un de ses petits camarades ?
Les parents qui ont laissé jouer leurs enfants au pied des immeubles ou les employées qui ont laissé trainer cette lame de cutter ?
Quoique aller savoir de nos jours vu le renversement de situation ont ne sais plus en fait.
Parfois ils ne prêter pas attention plus que cela a ce qui se trouve sur les balcons et/ou sur les bords des fenêtres.
Bon, d'accord ils mettent des notes en spécifiant "Veuillez vider vos rebords de fenêtre et vidés vos balcons pour cause de travaux" soit, c'est écrit dis et répéter (rire).
Mais bons, messieurs un peu d'amabilité et de respects des choses qui ne vous appartienne pas n'a jamais tué un homme si ?
J'ai vu, a en être horrifié, comment ils y vont gaiement pour arracher à coup de tournevis coincé sous le pied de fer (d'une parabole fixée sur un mur) plutôt que de prendre le temps de trouver la bonne clé à cliquer pour la dévissé, ce qui aurait était mieux de mon point de vue pour respect la chose et du fait qu'elle appartint à quelqu'un qui n'est pas lui-même (l'employée).
Suite de cet article jeudi...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Unevillemaville2 701 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog