Magazine Accessoires

Deux générations de Femmes

Publié le 28 février 2012 par Gentlemanw

Elles sont toutes les deux sur ce banc impersonnel, mais pas dans une salle d'attente froide, ce petit coin là a été pensé avec chaleur. Un bureau derrière la cloison, quelques plantes, des magazines féminins, et juste elles deux.

L'une est en legging gris opaque avec une tunique grise et noire, très enveloppante, un long gilet comme autant d'épaisseur pour se protéger du monde, non pas du froid. Une veste trop grande, emprruntée peut-être. Son manteau est plié en deux sur ses genoux, avec un grand sac à ses pieds, proche de ses bottines. Elle se fige.

A côté d'elle, une autre personne plus âgée, presque une vingtaine d'années les séparent. Un tailleur de laine, des teintes sombres, une broche argentée, un pull noir en V en dessous, de jolis collants et des bottes en daim gris. Plus détendue, elle cherche dans son sac des bonbons à la framboise, des bonbons à l'ancienne, rassurants avec leur coeur liquide et sucré. Elle les propose à sa voisine, avec un sourire.

astrid4

Elles attendent toutes les deux ce rendez-vous. Le silence est omniprésent, la première sert son écharpe, sur elle, la seconde l'observe, bienveillante.

Elles se connaissant par leur travail. Un milieu créatif d'un département marketing, l'une dirige, l'autre partage son travail dans cette équipe dynamique, la joie et l'énergie sont leurs moteurs. Elles se voient tous les jours, développent des projets, proposent, discutent. Elles ont fini par croiser leur sympathie, en parlant, devenant des presque amies, plus que de simples collègues.

Et puis récemment, la plus jeune est arrivée, toute perturbée, l'autre a vite compris qu'un malaise était là, elles ont vite discuté, elle l'a emmené chez elle, dans un cocon plus calme. Des doutes, des larmes, des paroles difficiles, des mots et des phrases sans point final, des mouchoirs, toujours plus. Elle a avoué sa déchirure, si soudaine, ses récentes nuits impossibles. Le petit ami était parti, certes, un presque détail, mais il y avait autre chose, et un choix à faire.

L'autre n'a pas souri du hasard, car cela a relevé du néant, de ses propres souvenirs une expérience douloureuse. Elle aussi avait vécu cela, à une autre époque, dans d'autres conditions, avec d'autres interdits. Elle l'a protégé, l'a serré contre elle, échangeant ses paroles, son mystère, leurs mystères, leurs questions et parfois quelques réponses. Une nuit de larmes, d'émotions, de ce qu'une amitié peut apporter de réconfort et d'ouverture de soi vers l'autre.

marisa-tomei1

Souvenirs sombres, faiblesse profonde, le corps hurlait, l'esprit pesait. Elle n'atait plus seule, elles étaient deux, avec un soudain échange affectif plus fort, une force nouvelle entre elles. Elle avait pleuré, parfois à deux, pour nourrir une rivière de remords, de questions encore, sans connaître la destination de ce flot. Sans espoir, flux incessant de frustration et de regrets, elle pleurait encore, écoutant le réconfort, dévoilant chacune leurs vérités. Pourquoi ? Comment ? Comment faire, ou défaire ? Trouver un point vers lequel avancer.

Le silence avait fini cette nuit si longue. L'une endormie sur les genoux de l'autre, enveloppée d'une étolle de chachemire, une douceur complice, dans une pénombre, une autre enveloppe un peu grise entre lumière et volets clos.

Le matin, elles avaient parlé encore, l'une proposant à l'autre de l'accompagner dans ce choix, dans ses démarches, pour les prochaines semaines, pour ce bout de vie. Elles avaient finalement ce même mystère en commun. Tout cela restait compliqué malgré les lois, malgré les choix de vie et les doutes infinis qui la suivrait, qui la suivait depuis vingt ans déjà.

P1080632.JPG

Elles attendaient en silence, ce rendez-vous avec le gynécologue en charge des IVG de cet hôpital. 

Encore quelques minutes. Plusieurs années.

Nylonement


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Les femmes de Kiraz

    femmes Kiraz

    sont devenues des icônes de la ville de Paris, à l'image des Parisiennes dont est tombé éperdument amoureux Edmond Kiraz à son arrivée à Paris en 1946. Lire la suite

    Par  Cameline
    CÔTÉ FEMMES, CULTURE, SANTÉ, SOINS
  • Les femmes de Klimt

    femmes Klimt

    En cette journée dédiée à la femme : la beauté féminine dépeinte par Gustav Klimt. Sources : Artnet Les Echos, avec le blog de Judith Lire la suite

    Par  Cameline
    CÔTÉ FEMMES, CULTURE, SANTÉ, SOINS
  • Bonne fête les femmes!

    Bonne fête femmes!

    Ah, ce sacré 8 mars. La fête des femmes. Alors, on ne les fête qu'une seule fois par an diront certaines mauvaises langues. Bah oui c'est sûr, faudrait pas... Lire la suite

    Par  Carnetsemma
    CÔTÉ FEMMES
  • Les hommes et les femmes

    hommes femmes

    Tout le monde le sait, les deux sexes ne fonctionnent pas de la même façon. Quand l'homme a besoin de se retrouver dans sa caverne pour réfléchir et trouver... Lire la suite

    Par  Do22
    BIEN-ÊTRE, CÔTÉ FEMMES, PSYCHO
  • Les femmes de William Ablett

    femmes William Ablett

    William Albert F. Ablett, peintre d'origine brittanique (1877 Paris-1937 Paris). Lire la suite

    Par  Cameline
    CÔTÉ FEMMES, CULTURE, SANTÉ, SOINS
  • Deux fois María: Une artiste qui travaille pour les femmes

    Deux fois María: artiste travaille pour femmes

    Profil Nom: María María Acha-Kutscher Origine: Pérou Profession: Artiste féministe Phrase: « Un artiste a le devoir de créer à travers son travail des... Lire la suite

    Par  Xmedinadealbrand
    CÔTÉ FEMMES, SOCIÉTÉ
  • Femmes noires et viol

    Anna Gueye m’a fait passer ce lien : « Black Women, Sexual Assault and the Art of Resistance » 60% des femmes noires américaines auraient été agressées... Lire la suite

    Par  Juval
    CÔTÉ FEMMES

A propos de l’auteur


Gentlemanw 7333 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog