Magazine Entreprendre

L’INIE a enfin un site fonctionnel

Publié le 01 mars 2012 par Madeinbusiness

L’institut ivoirien de l’entreprise que j’ai déjà présenté ICI, a enfin un site web fonctionnel( http://www.inie.ci). A l’époque, je m’insurgeais contre le fait qu’on ne connaissait pas du tout cet institut, qui pourtant était censé aider les entrepreneurs à monter des projets viables. Je constate aujourd’hui,  qu’ils sont enfin décidés à communiquer sur leur mission (d’où le site web qui a été lancé). Bref, les investisseurs potentiels peuvent y trouver des idées de projets…je vous laisse lire l’exemple qui suit, un exemple très détaillé:

Projet de création d’une  rizière et d’une unité de transformation de riz

I – DESCRIPTION DU PROJET

Le présent projet comporte une parcelle  de terrain qui servira à la culture de riz et une unité agro-industrielle qui sera  spécialisée dans la transformation de riz paddy en riz poli. Ce riz sera ensuite  mis en sac pour être commercialisé sur le marché national et international. Le projet de culture de riz et de  transformation de riz s’inscrit à la fois dans le secteur primaire (culture du riz) et dans le secteur secondaire (transformation du riz). Il s’agit pour le  promoteur de produire du riz de Côte d’Ivoire de bonne qualité pour combler les  besoins alimentaires des ivoiriens.

II – L’ANALYSE DE L’ENVIRONNEMENT

BESOIN   DE FINANCEMENT

MONTANT   (FCFA)

Immobilisations

100 000   000

Stock d’exploitation

30 000 000

Frais généraux de gestion

20 000   000

TOTAL

150 000 000

III – L’ANALYSE DE L’ENVIRONNEMENT

L’environnement économique    Aujourd’hui, la production de riz au  niveau des pays exportateurs connaît une baisse et pour cause: Compte tenue de  la réduction des surfaces cultivables, des destructions des cultures et  récoltes provoquées par les catastrophes naturelles (inondations, cyclones,  tsunamis) et de la baisse des rendements rizicoles en Asie, les principaux pays  exportateurs de riz, pour prévenir des pénuries domestiques, ont imposé des  restrictions aux importations. Les Pays importateurs subissent le  contrecoup de la hausse des prix du riz. La Côte d’Ivoire, pays importateur de riz, ne reste  pas en marge de cette situation. Cette flambée des cours des produits  alimentaires et plus particulièrement du riz est un signe annonciateur d’une  pénurie alimentaire mondiale et met en évidence la nécessité d’investir  davantage dans l’agriculture. Il est plus que jamais urgent que les ivoiriens  valorisent les cultures vivrières plus particulièrement des céréales. Cela  entre dans la politique d’autosuffisance alimentaire initié par le  Gouvernement. C’est dans ce cadre que s’inscrit la création de projet rizicole.

Face à l’augmentation des prix des  denrées alimentaires, et le riz en particulier, l’Etat a décidé de faire une  subvention sur les produits de première nécessité afin de maintenir les prix à  un niveau supportable pour les ménages. D’autre part, la politique  d’autosuffisance alimentaire a été relancée pour encourager les cultures  vivrières et éviter ainsi une éventuelle pénurie alimentaire.

Analyse des opportunités/ Forces du projet    Ce  projet s’inscrit dans les orientations stratégiques du gouvernement de Côte  d’Ivoire. En effet, cette unité permettra la transformation de matières  premières locales et de plus, le produit fini issu de cette transformation (riz  local) est un produit de substitution aux riz importés d’Asie. Ce projet  permettra d’offrir de nouvelles opportunités à savoir: créer des emplois aux  déscolarisés, aux sans emplois et au secteur agricole de la région par une  politique de sensibilisation des agriculteurs à produire du riz. Cette  politique pourra accroître la production de riz en Côte d’Ivoire. La qualité du  travail et la qualité du riz à produire (une assistance technique de l’ANADER,  une agriculture mécanisée) En  plus du personnel permanent, un technicien de l’ANADER sera chargé de donner  des conseils sur les techniques agronomiques modernes. Le  projet contribuera d’abord à l’autosuffisance alimentaire ensuite à la lutte  contre le chômage en Côte d’Ivoire et enfin prouvera encore une fois  l’expertise Ivoirienne en matière d’industrialisation.

Les retombées socio économiques    L’étude  financière a montré que si le projet est financé et que la structure dispose de  ressources financières lui permettant d’acquérir des machines agricoles (Motoculteur,  Batteuse de riz, Tracteur agricole…) et industrielles (Séchoir de riz, Décortiqueuse à riz, Groupe  électrogène…) pour équiper l’unité de production de riz, constituer un  stock initial d’exploitation(semences et autres intrants) et  faire face aux frais généraux de gestion, le projet peut dégager un chiffre  d’affaires annuel de 520 800 000 FCFA la première année. L’unité de  production et de transformation de riz va permettre de créer une cinquantaine d’emplois  permanents, avec une masse salariale annuelle à verser d’environ 33 000  000 FCFA. Le projet prévoit donc verser  la somme de 72 798 669 FCFA par an d’impôt à l’Etat. Ce  projet va contribuer à l’animation de l’action de développement agricole dans  la région, toute l’année en faisant quatre (4) productions par an. De plus, le  projet va accroître la production du riz local. En  se regroupant en coopérative, les riziculteurs vont accroître leur production  si bien que dans le long terme le promoteur pourra exporter du riz de Côte  d’Ivoire. Au  fur et à mesure que la production de riz va croître, l’unité de transformation  va s’agrandir, en termes de capacité et en termes d’effectif du personnel. En  clair, le projet va résorber le chômage dans la  région, il va contribuer à l’autosuffisance alimentaire et freiner  l’exode rural des jeunes de la zone d’implantation.

IV  – ANALYSE DE QUELQUES PARAMETRES DE SECURITE

Le Délai de récupération du capital investit  (DRCI)    Le délai de récupération est la période de  retour sur l’investissement.    Le capital investi est 150 000 000 FCFA.    DRCI = 1an 3 mois.    Les fonds investis seront récupérés au bout d’un  an 3 mois d’exploitation. Le projet est donc viable car ce délai est inférieur  à 5 ans. Le promoteur pourra donc rembourser sa dette avant le terme prévu.

L’indice Profitabilité (IP)     Cet indice   mesure le profit induit par 1 franc de capital investi.    Il est pris en compte par le taux moyen  d’actualisation pratiqué qui est de 12%.   IP = 2,21    L’indice est supérieur à 1. Ce qui signifie  que, pour un franc de capital investit, on récupère environ 2 francs.  Le projet est bénéfique et donc rentable. Le  projet produit un bénéfice satisfaisant par rapport au capital engagé.

Le  taux de rentabilité interne (TRI)   Le  TRI indique le taux de rendement que le projet apporte à l’entreprise.    TRI=  90% > 12% (taux d’intérêt).Le projet mérite d’être choisi selon ce critère. Taux  de rentabilité économique (TRE)

On appelle taux de rentabilité économique ou return on capital employed le  rapport entre le résultat d’exploitation après impôt et  l’actif économique. Il correspond à la sécrétion de richesse réalisée par le potentiel  productif de l’entreprise. TRE=  46%    L’entreprise dégage un  revenu  important en utilisant les moyens  mis à sa disposition. L’entreprise peut améliorer sa rentabilité économique en  augmentant la marge réalisée sur chaque produit ou en augmentant le montant  de ses ventes



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Madeinbusiness 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte