Magazine Côté Femmes

Suffragettes et suffragistes

Publié le 06 mars 2012 par Juval @valerieCG

J’ai eu la chance de pouvoir voir le documentaires « Les suffragettes, ni paillassons, ni prostituées » de Michèle Dominici qui sera diffusé le 7 mars sur ARTE à 22.25.

J’apprécie en général très peu les documentaires historiques ; les réalisateurs ayant souvent tendance à vulgariser de manière outrancière, en prenant leurs spectateurs pour des imbéciles.

J’ai été très agréablement surprise par ce documentaire servi par un exceptionnel travail archivistique. La réalisatrice a été aidée d’une historienne, spécialiste des suffragettes et des suffragistes. Le documentaire est rigoureux et riche d’informations.

J’en profite pour vous raconter l’histoire des suffragettes et des suffragistes que le documentaire retrace, à travers l’histoire de 4 femmes.

Suffragettes et suffragistes

Millicent Garrett Fawcett commence à militer dés les années 1870. Un jour, on lui vola son sac ; lorsqu’elle voulut porter plainte, la police lui expliqua que son sac appartenait à son mari et que seul ce dernier pouvait porter plainte. Elle se sentit, dit-elle, « comme une voleuse ». La mort de son mari en 1868 fit qu’elle s’investit encore davantage dans le militantisme et, en 1897 elle devient la présidente des Suffragists, la National Union of Women’s Suffrage Societies (NUWSS).
Le NUWSS faisait du lobbying pour l’obtention du droit des votes pour les femmes et militait de façon pacifiste.

Suffragettes et suffragistes

Selina Cooper est une autre suffragiste. Elle a commencé à travailler à l’âge de 12 ans. En 1901, elle devient la première femme à représenter le parti travailliste. Dans les années 30, elle lutta contre le fascisme.
Le 7 évrier 1907, fut organisé la Mud March march, leur première manifestation de grande ampleur.

Suffragettes et suffragistes

En 1903, Emmeline Pankhurst fonde l’Union sociale et politique féminine (Women’s Social and Political Union, WSPU) avec ses deux filles Christabel et Sylvia et d’autres militantes qu’on appela les « Suffragettes » par opposition aux « Suffragistes ». Les actions du WSPU sont spectaculaires et parfois violentes ; on s’enchaîne aux lampadaires, on détruit des vitrines, on incendie des bâtiments. Les membres du parti sont souvent arrêtées et Christabel dut même s’exiler deux ans à Paris après la promulgation du « Cat and mouse act ». Cette loi est ce qui m’a le plus marqué dans le documentaire. Les prisonnières entamaient souvent des grèves de la faim ce qui obligeait l’Etat à les libérer, puis à les re-enfermer une fois qu’elles étaient hors de danger. Devant l’échec de cette loi, on promulgua une nouvelle loi qui autorisa les autorités à les nourrir de force avec un tuyau enfoncé dans la gorge ou dans le nez. L’Europe entière protesta contre ce type de torture. Le film d’archive retrouvé est particulièrement choquant.

Suffragettes et suffragistes
Teresa Billington-Greig quitta le WSPU car elle trouvait Emmeline Pankhurst beaucoup trop autocratique. Elle fonda en 1907 la Women’s Freedom League.
Le 21 juin 1908, eut lieu une manifestation des suffragettes à Hyde Park avec 250 membres.

En 1913, la suffragette Emily Davison se jeta sous le cheval du roi George V qui participait à un derby en 1913 ; elle mourut quelques jours après.
La première guerre mondiale fut importante dans la prise de conscience de l’injustice envers les femmes ; elles avaient participé à l’effort de guerre mais on leur niait toujours le droit de voter.
Le droit de vote fut accordée aux femmes de plus de 30 ans en 1918. Le droit de vote pour les femmes de plus de 21 ans – comme les hommes – fut accordé en 1928 (un mois après la mort d’Emmeline Pankhurst).


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Juval 59548 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine