Magazine Info Locale

Le Pakistan se paye un train de luxe

Publié le 07 mars 2012 par Journalpakistan @journalpakistan

L’entreprise publique de chemin de fer s’est associée avec un groupe privé. Ensemble, ils ont lancé une ligne tout confort entre Lahore et Karachi.

Paru dans La libre Belgique le 21 février.

Le Pakistan se paye un train de luxe

Il est 15h30 à la gare de Lahore. Pile à l’heure, le Business Express s’ébranle doucement et quitte le quai. Avec ses couleurs bleu blanc rouge fraîchement repeintes, le train se distingue de ses vieux confrères, épuisés par trente ans de mise en service.

Les wagons sentent le neuf. La décoration est un peu démodée : murs blancs, portes marron et fauteuils vert foncé. Mais avec une télévision à écran plat, une connexion Internet Wi-Fi et des prises électriques, les compartiments couchettes sont tout équipés. La compagnie sert le dîner et le petit déjeuner. Les repas sont préparés dans les cuisines du Marriott de Karachi et dans celle du Pearl Continental de Lahore, les deux meilleurs palaces de la ville. Il faut 18 heures pour parcourir les 1 200 km qui séparent Lahore de Karachi. A part la vitesse, le Business Express n’a rien à envier au Thalys.

Inauguré par le Premier ministre le 3 février, le train est l’un des rares moyens de transport public qui fonctionne au Pakistan. De quoi redonner un peu de fierté à ce pays où la Pakistan Railways, l’entreprise nationale de chemin de fer, et la PIA, la compagnie aérienne publique, ne respectent plus leurs horaires depuis longtemps. Rares sont les avions et les trains qui arrivent avec moins de deux heures de retard, au mieux.

Le lancement du Business Express a fait la “Une” de toute la presse. Un beau coup de pub pour le groupe privé Four Brothers. Son directeur général, Zafar Iqbal, planche sur le projet depuis deux ans.

“Nous avons passé un accord avec la Pakistan Railways. Nous avons investi 220 millions de roupies (NdlR : 1,9 million d’euros) pour rénover les trains. Ils étaient en service depuis trente-six ans ! En échange, la Pakistan Railways nous laisse utiliser son réseau.”

Le pari est audacieux. Plus aucun Pakistanais ne prend le train. Le premier jour, il n’y avait que 53 passagers. Mais par la suite, la fréquentation a grimpé et le cinquième jour, 200 billets ont trouvé preneur.

Zafar Iqbal pense que le train sera rempli à 80 % d’ici la fin du mois. Les clients sont des familles de la classe moyenne et des cadres. “Le trajet est trop long,explique Isfundiar, qui dirige une ONG à Lahore. Mais ça reste moins cher que l’avion et désormais mes employés prendront le train pour aller sur le terrain.”L’aller-retour coûte 9 000 roupies (77 euros).

Si l’économie pakistanaise n’est pas aussi dynamique qu’en Inde, en 2007, le pays disposait d’une classe moyenne estimée à trente millions de personnes par la banque anglaise Standard Chartered. Selon la Banque mondiale, le revenu annuel moyen par tête s’élevait à 2 780 dollars en 2010. Des groupes comme Unilever, Nestlé, L’Oréal ou Hyperstar, le partenaire de Carrefour au Moyen-Orient, sont présents depuis plusieurs années.

Four Brothers ne compte pas s’arrêter là. “Nous sommes déjà en contact avec des entreprises chinoises. Si le Business Express est rentable, nous passerons un partenariat avec un groupe étranger pour ouvrir d’autres lignes” , confie Zafar Iqbal. Le pari est risqué. L’année dernière, les investissements étrangers ont chuté de 60 % à cause de l’insécurité et de l’instabilité politique.


Classé dans:Economie / Societe Tagged: Business Express, train Lahore Karachi

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Journalpakistan 10 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte