Magazine

"But don't forget the songs..."

Publié le 31 janvier 2008 par Nina
A chaque histoire j'associe des souvenirs, d'ailleurs s'il n'y avait pas ces souvenirs, ce blog n'existerais surement pas.
A chaque histoire, d'amitié, d'amour ou de passage, j'ai pris des souvenirs musicaux, comme des odeurs restées imprégniées sur la peau. Et puis, certaines musiques me sont propres, bien sur ce ne sont pas mes découvertes, mais elles m'accompagnent, me prennent par la main, je les aime d'un amour que l'on peut décrocher.
La plus forte c'est Elliott, j'en ai déjà parlé ici. Je ne le verrais jamais en concert, vu qu'il n'a rien trouvé de mieux que de se planter un couteau dans le bide le bougre, mais à chaque chanson une émotion, à chaque note un souvenir.
La plus récente, pourtant plus vieux qu'Elliott c'est bien sur Morrissey et les Smiths. Elle date de bientôt deux ans, mais elle m'a transpersé et laissé sur le carreau. Une voix, une guitare, deux hommes, et puis un seul.
Mais ce dont je voulais parler en débutant cette note, et ce dont je ne suis pas sûre d'arriver à finir par y arriver, c'est combien juste avec une chanson, on peut se remémorer une année toute entière de sa vie.
Quelques chansons de Bénabar me rappelle mes 19 ans, mon passage à l'âge adulte, (quoique j'ai l'impression que c'est cette année que tout se décide dans ce domaine), la rencontre avec celui qui m'a sorti de la petite fille à maman que j'étais pour devenir une vraie grande fille.
Une rencontre, une vraie, un bon coup de pied aux fesses pour me faire grandir.
Je l'ai encore parmi mes amis, faudrais que je pense à le garder quand même.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nina Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog