Magazine Santé

La pollution atmosphérique, « un enjeu majeur de santé publique »

Publié le 27 mars 2012 par Sophielaurerenee

Dans le Nord aussi des pics de pollution et des panneaux sur les autoroutes incitant les automobilistes à réduire leur vitesse de 20 km/h. Je ne vois malheureusement que peu de personnes roulant moins vite.

Course effrénée vers le court terme : arriver à l'heure au travail oui c'est important. Prendre soin des personnes fragiles aussi...

Mais la pollution si elle est un facteur n'est pas le seul et l'alimentation peut aider l'organisme à mieux supporter d'autres toxiques... Si l'on pouvait réduire la pollution, s'alimenter au mieux...

J'aime beaucoup cette revue de presse :

Extrait de la revue de presse mediscoop santé du 27 mars 2012
Le Figaro, Le Parisien
En cette période de « pic de pollution » en Ile-de-France, Le Figaro prévient ses lecteurs : « Vous êtes insuffisant respiratoire ou atteint d’une maladie cardiovasculaire, jeune enfant ou à l’opposé personne âgée, alors évitez toute activité physique soutenue. La pollution atmosphérique qui sévit présente un risque pour la santé ».
Le journal cite Gilles Dixsaut, médecin au laboratoire d’explorations fonctionnelles respiratoires de l’Hôtel-Dieu, qui note qu’« aujourd’hui, la pollution atmosphérique est presque exclusivement due aux moteurs Diesel ».
Le Figaro explique en effet que « les moteurs produisent des particules extrêmement fines. Ces dernières sont formées d’un noyau de carbone lui-même enrobé de composés qui au mieux irritent les voies respiratoires, au pire provoquent des cancers. Même si les voitures équipées de filtres à particules montrent un progrès, «on sait qu’aucun mécanisme physique ne peut arrêter des particules d’une taille inférieure à 200 nanomètres», poursuit le spécialiste ». Le Dr Dixsaut ajoute que « les nanoparticules exacerbent les allergies au pollen ».
Le journal retient que « les pics de pollution atmosphérique conduisent à une augmentation de la mortalité chez les personnes souffrant de maladies cardiaques ou d’affections respiratoires et les consultations aux urgences augmentent. Les fonctions respiratoires des enfants diminuent sachant que le nombre d’enfants asthmatiques a doublé en 40 ans ».
« La pollution atmosphérique représente un véritable impact de santé publique à long terme sans oublier qu’en dehors des grands axes routiers c’est à l’intérieur des voitures que l’on est le plus exposé »,
conclut le quotidien.
Le Parisien explique quant à lui sur une double page que « les alertes pollution ne sont pas efficaces » et interroge le Dr Patrice Halimi, secrétaire général de l’association Santé Environnement France, qui indique entre autres que

« les microparticules bouchent les petits vaisseaux sanguins et les jours de pic de pollution, on constate davantage de crises d’asthme mais aussi d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux ».


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sophielaurerenee 907 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine