Magazine Médias

Criminologie : le retour de l’Inquisition

Publié le 01 avril 2012 par Copeau @Contrepoints

Dans une récente tribune du journal Le Monde, le sociologue Laurent Mucchielli a farouchement critiqué la décision du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche de créer une nouvelle discipline universitaire autonome : la criminologie. Il est dommage que Mucchielli n’accepte pas le débat scientifique et en appelle plutôt à la mise à l’index, à l’Inquisition.
Par Lucien Oulahbib.

Criminologie : le retour de l’Inquisition
« Au bûcher ! » à lire l’ire de Laurent Mucchielli et consorts dans une « tribune » du journal Le Monde parue le 22 mars 2012, c’est bien en effet cette sentence finale qui suinte de leur brûlot jeté dans le bruit et la fureur à l’encontre de la création de cette nouvelle section universitaire consacrée à la criminologie, enfin reconnue majeure, et  surtout vaccinée de ses erreurs de jeunesse. Cette section a mis trois ans à surgir avec plusieurs réunions ouvertes à tous les courants le tout scandé par deux rapports d’étape contrairement à ce qui a été jeté en pâture à l’opinion.

Sauf que c’est cette ouverture épistémologique qui fait problème pour Laurent Mucchielli et Cie défendeurs d’un seul modèle, celui aujourd’hui dominant du foucaldo-bourdieusisme qui, non seulement fait du criminel une victime de la société (et la victime réelle une plaignante), mais, en plus, fait en sorte de minimiser l’acte criminel par un flot de statistiques instrumentalisées stipulant qu’il faut circuler il n’y a rien à voir puisqu’il n’y aurait toujours rien de neuf. On reconnaît ici la patte de Mucchielli qui ne dit jamais rien sur les crimes et toujours tout sur leur peu de nouveauté historique et la prépondérance de toute façon mécanique de facteurs socio-économiques. Or, cette approche ne semble guère suffisante pour expliquer par exemple le récent meurtre d’Alexandre par ses quatre jeunes camarades, ne parlons pas du tueur de Toulouse.

Il suffit ainsi de lire dans leur brûlot comment Mucchielli et Cie se gaussent de ce qui peut être dit de l’assassin de Toulouse pour comprendre qu’ils partagent parfaitement cette thèse (défendue également il est vrai par le Herald International Tribune du vendredi 30 mars) stipulant qu’il n’y aurait au fond qu’une à deux causes qui expliqueraient ce crime : chômage et exclusion (stigmatisation pardon) ; à croire que, au vu de la situation présente, la France devrait bientôt faire face à nombre de crimes de ce genre puisque chômage et exclusion sont à l’heure actuelle monnaie courante (ce qui est aussi l’argumentaire de Marine Le Pen…).

Autrement dit, et là est sans doute la spécificité de la criminologie qui échappe à Laurent Mucchielli et ses amis, celle-ci se demanderait plutôt, semble-t-il, comment se fait-il que le tueur de Toulouse ait pu avoir la force d’apparaître ainsi, comment se fait-il que cela soit lui et pas un autre, et enfin quels ont été les éléments qui, pour lui, ont pu justifié un tel acte somme toute assez inédit en France ? Vastes questions qui ne peuvent évidemment pas être résolues d’un coup de cuillère à pot, même s’il est toujours possible d’avancer des hypothèses sur les plateaux TV, à vérifier bien sûr. En tout cas l’idée que les macro facteurs que seraient le social et l’économique produiraient, mécaniquement, ce tueur-là est une idée fausse qui a bien plus à voir en fait avec de l’idéologie.

Mucchielli et ses amis sont en réalité des néo-lamarckiens qui mettent toujours en avant, qu’il vente ou qu’il pleuve, le facteur d’un Milieu tout puissant. Ce qui est, certes, un élément, mais qu’il s’agit de pondérer puisque l’être humain se distingue d’une réaction chimique ou d’un instinct animalier en ce que son action n’y est pas ou peu réductible. L’action humaine – comme le montre les derniers résultats en sociologie de l’action, en psychologie de la motivation et en psychologie différentielle – n’est en effet ni un réflexe ni un instinct, mais un composé complexe animé par un effort d’être celui-ci, le tout non réductible au fait seulement d’exister, telle une pierre (disait Kant).

Il est dommage que Mucchielli et consorts n’acceptent pas le débat scientifique et en appellent plutôt à la mise à l’Index, à l’Inquisition.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte