Magazine Société

Parrainages : le cas Cheminade

Publié le 03 avril 2012 par Pascal_martineau

logo-presidentielle-dossier.jpgOlivier Citron, Angerville-la Rivière ; Hubert Fournier, Neuvy-en-Sullias ; Claude Petit, Préfontaines ; Bernard Gallier, Santeau ;  Patrick Lutton, Barville-en –Gâtinais : ils sont cinq. Cinq maires du Loiret à avoir parrainé la candidature de Jacques Cheminade à la prochaine élection présidentielle. Quand on découvre l’illuminé émission après émission, on se demande qui a bien pu offrir à ces idées aussi saugrenues que dangereuses une telle tribune. Et quand on lit les noms de ceux qui ont succombé, on s’interroge sur leurs motivations. Car quand même, qui peut décemment souhaiter que se présente aux suffrages des Français un homme, qui, entre autres inepties, défend l’idée que Barak Obama puisse être assimilé à Hiller, a mis la conquête de Mars à son programme ou considère l’attentat contre le World Trade Center comme une mystification ?
On trouve une explication dans La République du Centre de ce 3 avril 2012. L’un des élus concernés – dont je tairai le nom – confie au quotidien départemental : «  En 2002, comme cette année, Jean-Pierre Chevènement avait ma signature. Quand il s’est retiré, ma signature est allée à la première équipe qui m’a contacté, afin de ne plus être sollicité. Même si je privilégie les petits candidats, je ne connais pas Jacques Cheminade. C’est le hasard » (sic).
S l’on peut s’étonner – pour le moins – qu’un parrainage puisse être ainsi accordé « par hasard », on espère néanmoins que l’élu a, depuis, pris connaissance du « programme » de Jacques Cheminade.
Car derrière l’homme qui se donne des airs goguenard sur les plateaux de télévision, se cache un personnage qui défend des idées à côtés desquelles même Marine le Pen pourrait passer pour un enfant de cœur. Bien sûr, Jacques Cheminade n’a jamais aucune « chance » (au sens mathématique du terme,) d’être élu président de la République. Mais, outre qu’il est malsain d’offrir une telle tribune à ses idées nauséabondes, notre démocratie donne un triste spectacle en laissant croire que cet homme, qui ne représente quasiment que lui-même, puisse prétendre à la plus haute responsabilité de l’Etat. Nous sommes, il est vrai, tombé bien bas depuis cinq ans. Inutile d’en rajouter.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pascal_martineau 319 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine