Magazine Caricatures

Interview (presque) imaginaire : Jacques Cheminade

Publié le 05 avril 2012 par Legraoully @legraoully

Interview (presque) imaginaire : Jacques Cheminade

RENAN APRESKI : Ici Brest, les Bretons parlent aux Lorrains ! À deux semaines du premier tour des élections présidentielles, je reçois le moins médiatique des candidats…

Interview (presque) imaginaire : Jacques Cheminade
JACQUES CHEMINADE : Ah non, ne commencez pas, hein !

R.A. : Commencer quoi ?

J.C. : Ben vous commencez votre interview en me désignant tout de suite par une périphrase négative, histoire de disqualifier mon discours avant même que j’aie commence à parler ! Vous m’estampillez dès le début comme « le moins médiatique des candidats », histoire de sous-entendre que je suis sans intérêt, c’est ça ? Vous cherchez à minimiser l’importance des « petits candidats » comme moi pour mieux orchestrer le duel Sarkozy-Hollande, hein ?

R.A. : Mais pas du tout, pas du tout, c’était une maladresse, veuillez m’en excuser, je reprends… Hum ! Je disais donc, je reçoit le candidat du parti « Solidarité & Progrès », monsieur Jacques Cheminade ! Monsieur Cheminade, donc, ce n’est pas votre première présidentielle, vous étiez déjà sur la ligne de départ en 1995, année où vous n’aviez pas dépassé les 1%…

J.C. : Et voilà, vous continuez ! Vous ressassez un passé peu glorieux en ce qui me concerne afin de mieux me diminuer ! Tant qu’à faire, posez-moi des questions bien humiliantes du style « est-ce que les sondages vous inquiètent » ou « quelle est l’utilité de votre candidature » ! Vous m’énervez, à la fin, les journalistes ! Vous feriez mieux de me laisser parler de mes idées !

R.A. : Mais je vous en prie, monsieur, allez-y !

J.C. : Alors accrochez-vous bien : si je suis élu, j’engagerai la colonisation de la planète Mars !

R.A. : QUOI ? !

J.C. : Et ce n’est pas tout : je m’engage à réduire la durée du voyage vers la planète rouge à quinze jours !

R.A. : Attendez, monsieur Cheminade, vous êtes sérieux, là ?

J.C. : Ah ! Ah ! Ah ! Je m’y attendais, à celle-là ! Naturellement, quand on est en avance sur son temps de plusieurs années, on déroute ! Vous vous dites : « mais c’est complètement impossible, c’est irréaliste », n’est-ce pas ?

R.A. : Ben, franchement…

J.C. : Et bien je vous répondrai, comme disent les anglais, « Wait and see » ! Souvenez-vous, en 1995 : à l’époque, je bataillais déjà contre le monde de la finance, je proposais aux Français un monde dans lequel le pouvoir de la finance serait aboli avant qu’il ne provoque de terribles catastrophes économiques, sociales et écologiques. D’accord ?

R.A. : Oui, je me souviens de ça…

J.C. : À l’époque, le monde venait tout juste de sortir du communisme et le capitalisme dérégulé semblait la seule voie, et du coup, qui me prenait au sérieux, à part quelque pelés qu’on présentait comme des marginaux, hein ? Personne ! Et aujourd’hui les mots d’ordre anti-finance que je prônais à l’époque, tout le monde les récupère !  Conclusion : j’avais quinze ans d’avance sur les autres candidats !

Interview (presque) imaginaire : Jacques Cheminade

R.A. : Oui, c’est vrai…

J.C. : Voilà ! Donc, ce qui aujourd’hui peut vous sembler une idée absurde et irréalisable deviendra dans quinze ans une idée tout ce qu’il y a de plus intelligente et visionnaire ! Si ce que j’ai prédit concernant la finance s’est réalisé, pourquoi ce que je dis concernant le voyage vers Mars ne se réaliserait pas ?

R.A. : Heu… Mais… Quel intérêt à coloniser Mars ? Il n’y a rien, là-bas !

J.C. : Chaque chose en son temps ! Une de mes idées a pris quinze ans pour triompher, une autre va prendre quinze ans pour y arriver, il faudra sans doute attendre trente ans pour que celle de la colonisation vers Mars en fasse autant et s’impose comme une nécessité !

R.A. : Heu… Mais à ce train-là, quand tout votre programme sera réalisable, vous serez déjà très vieux ! Vous serez peut-être même déjà mort !

J.C. : J’y ai pensé ! C’est pour ça que mon programme prévoit aussi l’instauration de l’éternelle jeunesse et de l’immortalité !

R.A. : Et il faudra quarante-cinq ans pour que cette idée apparaisse comme réalisable, je suppose ?

J.C. : Oooooh ! Vous comprenez vite, vous ! Vous êtes doué ! Vous ne voulez pas un ministère dans mon gouvernement ?

R.A. : Merci, mais en 2127, j’ai déjà quelque chose de prévu. Allez, kenavo !

Post-scriptum : Précisions que les propositions de Cheminade relatives à la planète Mars sont authentiques.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Legraoully 29555 partages Voir son profil
Voir son blog