Magazine

Le Coran dans tous ses états : Enquête sur la compilation, la collecte et la rédaction du texte coranique

Publié le 02 décembre 2007 par Naravas

Le Coran dans tous ses états
Enquête sur la compilation, la collecte et la rédaction du texte coranique

« Ne laisse personne te dire qu’il détient la totalité du Coran. Comment peut-on savoir ce qu’est la totalité du Coran ? Beaucoup de choses du Coran ont disparu à jamais [laqad dhahaba minhou qurânun kathîrun] » (Ainsi s’adressait ‘Abdallah, fils pieux de ‘Umar ibn al Khattab et récitant expert du Coran, au calife ‘Uthmân).

Dictionnaire_du_Coran

                 Malgrè l’appui massif apporté par les savants des premiers siècles à la « vulgate ‘uthmânienne » (Coran actuel), des voix se sont élevées très tôt pour contester cette version officielle et califale du Coran en lui reprochant d’ajouter, de supprimer ou de modifier des passages, des mots et même des sourates.

Le croyant d’aujourd’hui, mis à l’abri de la recherche sur le Coran par les orthodoxies, les conservatismes et les intégrismes de tout poil, croit dur comme fer en l’immuabilité du texte divin. Les découvertes des dernières années, notamment celle d’un livre très ancien, Kitâb al masahif (Le livre des codex coraniques) d’Ibn Abî Dawûd risque de perturber profondément sa quiétude d’esprit. Enfin, la recherche fait son chemin vers le public et j’en veux comme preuve la publication tout récemment du Dictionnaire du Coran, fruit du travail monumental d’une équipe de spécialistes sous la direction de Mohammad-Ali Amir-Moezzi, sur lequel s’est fondé l’ensemble de cet article.

Le Coran à la mort du Prophète (632)

A la mort du Prophète en 632, la Tradition est unanime là-dessus, il n’existait pas de livre appelé Coran. Il n’existait aucun manuscrit complet dûment autorisé par l’Envoyé de Dieu. Ce qui existait, c’était des fragments d’écrits, qui auraient été fixés sur divers supports : sur des tessons, sur des pierres plates, sur des omoplates de chameau, sur des pétioles de palme.

Pire, il n’y avait aucune instance déléguée par le Prophète pour assurer et contrôler la transmission du texte révélé.

Il y avait bien entendu la mémoire des compagnons qui avaient appris par cœur des morceaux plus ou moins longs de la Révélation et quelques uns auraient appris l’ensemble des sourates révélées. Mais, quelques années plus tard, la bataille de ‘Aqraba menée contre le faux prophète Musaylima al Kadhab allait profondément changer la donne. Un grand nombre de récitants ayant mémorisé la totalité de la Révélation auraient péri dans ce conflit, ce qui donna des inquiétudes à ‘Umar Ibn al Khattab et au calife Abu Bakr quant à la sauvegarde du message divin. Conseillé par ‘Umar, le calife se mit alors au travail...

La collecte d’Abu Bakr (630-632)

L’entreprise de recension et de collecte (djam’) fut confiée à un homme de premier plan, Zayd Ibn Thâbit, bien qualifié pour une telle tâche. Il avait en effet appris lui-même la totalité des sourates par cœur et il avait été un scribe du Prophète, maîtrisant en plus l’hébreu et l’araméen. Qui donc mieux que lui pouvait connaître le texte révélé ?  Or, sa réaction est significative : il avait dans un premier temps refusé d’assumer la mission qui lui a été confiée, arguant que ‘Umar et Abu Bakr n’avaient pas à faire ce que le Prophète n’a pas fait de son vivant. Zayd signifiait-il par là que l’Envoyé de Dieu voulait que son message reste oral ? Quand il fut enfin convaincu de la nécessité de ce travail, il convoqua une commission composée de compagnons du Prophètes ayant appris par cœur les sourates et il fit appel également aux fragments écrits. Mais si le scribe connaissait par cœur le texte, il n’avait qu’à l’écrire! Pourquoi une commission ? Or, il convoqua un conseil, ce qui laisse penser qu’il y a des divergences et que le texte sacré a été dés les premiers temps objet de consensus entre les compagnons. Le Coran est-il le résultat d’une réunion, ou même de plusieurs ?

Toujours est-il que Zayd travailla avec son équipe et remit le résultat à Abu Bakr lui-même. A sa mort, cet exemplaire unique, appelé par les commentateurs de la Tradition « le codex [qui se trouve] entre les deux couvertures », échut entre les mains de sa fille Hafsa, épouse du Prophète. Pourquoi ce codex n’échut-il pas au Calife ‘Umar ibn Al Khattab après la mort d’Abu Bakr ? Pourquoi celui-ci ne l’a-t-il pas promu au rang de Coran officiel ? Tout se passe comme si ce codex était destiné à un usage privé et non étatique.

Pendant ses dix ans de règne, ‘Umar n’éprouva pas le besoin de compiler le Coran. L’exemplaire de Hafsa, dit aussi « les feuilles de Hafsa », semble lui suffire.

La collecte de ‘Uthmân (vers 650-655)

Il faut attendre ‘Uthmân ibn ‘Affân pour voir se déployer un travail califal d’envergure en matière de rédaction et de compilation du Coran. Le Calife décida de se lancer dans la même entreprise que celle d’Abu Bakr. Pourquoi ? Ne posséde-t-on pas déjà l’exemplaire de Hafsa, qu’il aurait suffi de faire dupliquer en d’innombrables copies ? En d’autres termes, pourquoi le Calife somptueux éprouvait-il la nécessité non pas de faire copier le Coran, dont on avait un exemplaire établi par les soins d’Abu Bakr,  mais de le soumettre de nouveau à l’approbation d’un conseil ?  Et s’il en avait besoin à des fins de légitimation politique ?

‘Uthmân fit donc appel au même Zayd ibn Thâbit et lui demanda de composer une nouvelle commission dont l’identité des membres n’est pas toujours certaine. On demanda son exemplaire à Hafsa mais on ne s’en est pas contenté. Encore une fois, la mémoire des compagnons et les fragments sont amplement sollicités. Zayd, en acceptant la même mission que celle qu’il a mené a peu près 25 ans auparavant, doutait-il de son premier travail au service d’Abu Bakr ? Le Coran qu’il avait collecté en ce moment là aurait-il changé depuis pour nécessiter une deuxième collecte ? Deux hypothèsex peuventt expliquer cette attitude : ou bien Zayd n’était pas satisfait du premier travailde collecte, considérant par exemple que des morceaux entiers du Coran n’étaient pas recensés, ce qui rendait nécessaire une nouvelle recension. Ou bien, l’état ‘uthmânien avait besoin d’une légitimité face à ses nombreux opposants et comptait la tirer de l’entreprise même de l’établissement du texte coranique.

Toujours est-il que cette commission se réunit de nouveau, statua et jugea. Le résultat de ses délibérations fut le codex dit Al mashaf al ‘uthmani ou Al mashaf al îmâm (le codex ‘uthmanien ou le codex modèle).

‘Uthmân en fit des copies et les envoya à différentes villes importantes du pays. Mais en même temps, il détruisit les recueils concurrents, établis par d’autres compagnons célèbres, qui avaient entrepris des collectes personnelles ou avaient écrit ce qu’ils avaient appris par cœur. Beaucoup de musulmans pieux refusaient d’accepter « sa » version du Coran de son vivant même. Certains ont continué à posséder « illégalement » et clandestinement des versions sensiblement différentes du Livre Sacré. Il a fallu plusieurs siècles pour que le Coran ‘uthmânien s’impose comme l’unique Coran. Des contestations se sont élevées jusqu’au Xème siècle et la Tradition en a conservé la trace, à défaut d’en conserver les codex.

Le Coran ‘uthmanien, appelé par les spécialistes « la vulgate ‘uthmânienne », est un Coran imposé autoritairement par l’Etat et son armée. Son imposition s’accompagne d’une violence qui consiste à spolier les autres compagnons des versions concurrentes pour les détruire (peut-être) à jamais. C’est ce Coran officiel qui serait devenu le Coran actuel, version homogène utilisée dans l’ensemble du monde musulman.

La collecte de ‘’Abd al Mâlik ibn Marwan (685-705)

Le rôle de ce calife et de son gouverneur Al Hajjaj ibn Yûsuf reste des plus flous. Des sources assurent que le gouverneur, sanguinaire et cruel, mais également lettré raffiné dont on connaît de beaux morceaux de poésie, serait intervenu sur ordre califal directement dans la rédaction du Coran. Il aurait non seulement ajouté les signes diacritiques, que le texte n’avait pas, mais également modifié l’ordre des versets et des sourates, voire ajouté d’autres. Il aurait reproduit exactement l’entreprise ‘uthmânienne, puisqu’il aurait établi sa propre version (d’après al-Samhudî, 1506), qu’il envoya dans toutes les provinces du pays, et qu’il ordonna la destruction de toutes les autres. Cette hypothèse est corroborée par un propos de ‘Abd al Mâlik ibn Marwân, qui aurait dit avant sa mort : « C’est durant ce mois [de Ramadhan] que j’ai collecté le Coran ».

Et les versions supprimées ?

Il en existe un nombre important. Les spécialistes les ont inventoriées en se fondant sur les sources classiques et moins classiques. Ce sont des corans qui sont signalés par des sources anciennes mais qui ont tous été détruits. Aucun ne subsiste de manière complète. Le seul témoignage matériel de l’existence ces recueils consiste en le Coran de Sanâa, étudié par le Dr Gerd-Rüdiger Puin, mais que les autorités yéménites ont veillé à étouffer de peur de déstabiliser le monde musulman. Mais la découverte ces dernières années de nouveaux manuscrits arabes et leur édition a jeté un rayon de lumière sur le processus de rédaction du Livre Saint. La plus importante découverte de ce point de vue est celle que nous avons signalée, le Kitâb al Masahif attribué à Ibn Abi Dâwûd, qui traite justement de cette histoire tumultueuse de l’élaboration du Coran.

1)      La collecte de Salîm ibn Mâqîl (mort en 633)

Ce musulman tué à la bataille de Yammama (633) aurait été le premier à recueillir les fragments oraux et écrits de la Révélation. C’est à lui que revient l’honneur d’avoir introduit le mot mashaf pour désigner le codex coranique.

2)      La collecte d’Ibn Al ‘Abbas (686)

Reconnu par la Tradition comme un personnage de premier plan en ce qui concerne l’élaboration du Coran, il aurait constitué lui aussi sa compilaion de la Parole divine.

3)  La collecte de ‘Ali ibn Abi Tâlib

Au moment même de la recension de ‘Umar et Abu Bakr, ‘Ali aurait constitué sa propre collecte. L’éventualité, partout clamée dans les anciens écrits chiite, est très sérieuse, d’autant plus qu’en ces temps, chaque groupe politico-religieux essayait de légitimer sa prétention au pouvoir par la constitution d’un Coran. On entendra parler longtemps de ce « Coran de ‘Ali »

3)      La collecte d’Abu Mûsa al Ach’arî

Proche des milieux alides, ce personnage aurait détenu une compilation complète du Coran. « Son » Coran est signalé dans plusieurs sources anciennes.

4)      Le Coran de ‘Ubayy ibn Ka’b (643)

Si les données figurant ça et là dans les sources anciennes concernant les corans précédents sont maigres, il en va autrement des versions qui vont suivre, notamment celle de ‘Ubayy ibn Ka’b. Cette recenssion est très sérieuse car fondée sur des sources écrites et orales (les compagnons). ‘Ubayy n’était était un personnage de premier plan, comme Zayd ibn Thâbit, car il a servi lui-même comme scribe du Prophète. Il a de surcroit appris le Coran par cœur. Or, le texte qu’il a consigné par écrit comme étant le Coran diffère de celui de ‘Uthmân que nous connaissons. Le Coran de ‘Ubayy, malgré la répression ‘uthmânienne, circulait jusqu’au Xème siècle. Différentes sources le signalent. Ce texte comportait 116 sourates au lieu de 114 et leur ordre est sensiblement différent.

5)      Le Coran d’Ibn Mas’ûd

C’est la plus connue des collectes non officielles et non ‘uthmâniennes car les données la concernant sont assez nombreuses.  Mécontent de n’avoir pas été associé au projet de collecte de ‘Uthmân, alors qu’il était l’un des premiers fidèles de l’Envoyé de Dieu, ayant de surcroît appris la Révélation par cœur, il décida de dicter son texte (son Coran) à ses scribes qui l’ont mis par écrit. Des copies de sa recension circulaient pendant tout le haut moyen âge musulman. Maints passages de ce Coran nous ont été rapportés par les commentateurs traditionnels. Ses divergences avec le Coran actuel concernent l’ordre des sourates, la substitution de mots synonymes à d’autres et le remplacement de passages par d’autres. Concernant la substitution de mots synonymes par d’autres, l’hypothèse est sérieuse en ce sens que pendant longtemps, « l’apprentissage par cœur » chez les premiers arabes se divisait en deux : al hafdh bi al ma’na (l’apprentissage selon le sens) et al hafdh bi allafdh (l’apprentissage à la lettre). La substitution de synonymes pourrait résulter du premier procédé, pratiqué pendant assez longtemps avant que le deuxième ne s’impose.

En 1007, un tribunal sunnite ordonna la destruction du codex coranique d’Ibn Mas’ûd, suite à une polémique sur l’authenticité du Coran.

Ce qui aurait été supprimé du Coran

Ces divergences dans les versions coraniques concernent comme on l’a vu beaucoup d’aspects mais nous nous contenterons de parler des choses qu’on rajoutées au Coran ‘uthmânien actuel et des choses que l’on en a retranchées. Evidemment, on n’a pas inventée ces choses, on citera les sources qui en font état :

►        Abu ‘Ubayd al Qâsim (838), dans son livre fadha’il al Qorân, fait état de « censures » effectués par ‘Uthmân sur les textes oraux et écrits anciens du Coran. Ainsi, deux sourates, intitulées al hafd et al khal sont simplement supprimées par le conseil réuni par ce Calife.

►        De petits textes du codex de Hafsa et de celui de ‘Ali n’ont simplement pas été jugés dignes de figurer dans le recueil final.

►        ‘Uthmân aurait supprimé lui-même des versets, notamment ayât al rajm (versets de la lapidation). 

►        Les sources signalent le verset suivant qui a été supprimé du Coran final : « Si le fils d’Adam avaient deux vallées d’or, il en voudrait une troisième ² Seule la terre peut remplir le ventre du fils d’Adam ² Dieu se tourne vers celui qui se tourne vers lui ». La chose peut se comprendre aisément si l’on sait que ses adversaires reprochaient à ‘Uthmân de s’être enrichi lui et sa famille. 

►        Jusqu’au Xème siècle, nombre de savants chiites proclamaient que la version officielle du Coran est massivement falsifiée. Ils apportent dans leurs écrits les versets manquants que Theodor Noldeke a partiellement recensé dans son livre Gechichte des Qorâns.

Ce qui aurait été rajjouté au Coran

►        Certains Kharijites et Mo’tazilites considèrent la sourate de Joseph (12) comme apocryphe et ajoutée ultérieurement.

►        Ibn Mas’ud considère comme des prières et non comme des sourates la première et les deux dernières sourates du Coran. Elles ont donc été ajoutées au corpus comme introduction et conclusion (douteuses).

►        Certaines autorités sunnites, anciennes et reconnues, mettent en doute l’authenticité de la version officielle du Coran. Cf. pour cela Hossein Modaressi, “Early debates on the integrity of The Qorân, A Breaf Survey”, Studia Islamica, 77, 93, pp. 9-39.

►        Ibn Abî Dâwûd al Sidjistânî (IXè siècle) rapporte que le richissime ‘Ubayd Allah ibn Ziyâd, autre célèbre et cruel gouverneur d’Irak, « ajouta [zâda] deux mille harf [mots, lettres, expressions ?] au codex » coranique. Ce propos a été tenu par son secrétaire Yazîd ibn Hurmuz al Fârisî qu’il délégua à cette tâche et qu’il chargea de fixer ces nombreuses additions.

►        Al Kindî (IXè siècle) pense qu’Al Hajjaj ibn Yûsuf « fit tomber bien des versets et il en rajouta d’autres ». Parmi les versets supprimés selon Al Kindî, certains sont relatifs aux « hommes des Banû Umayya », d’autres aux « hommes de Banû al ‘Abbas ».

Comment peut-on croire en la Tradition ?

La seule autorité dont se réclame le dogme de l’immuabilité du Coran reste les grands commentateurs de la Tradition. Or, ces derniers ont écrit près de deux siècles après la disparition du Prophète. Ils se trouvent tellement éloignés des évènements qu’ils racontent qu’on peut légitimement douter de leurs récits, qu’ils reprennent souvent les uns aux autres. C’est par cet effet de répétition que se constitue d’ailleurs une orthodoxie. L’attitude critique de tous les savants sérieux envers ces textes (comme Régis Blachère, Christoph Luxenberg, Joseph Schacht ou Patricia Crone) est largement justifiée quand on voit les quantités de contradictions, de récits invraisemblables ou de mythes qu’ils rapportent. Comment est-il possible par exemple que ces premiers commentateurs se contredisent sur (ou ignorent carrément) le sens à donner à des mots ou expressions du Coran comme jizya ‘an yad (9 :29), îlâf, kalâla, abâbîl, sijjîl, hanîf, etc. ?  Seule réponse possible : les termes usités dans le Coran et datant de l’époque du Prophète sont devenus obsolètes à l’époque des commentateurs, du fait de l’évolution linguistique de l’arabe. Ce qui revient à dire qu’ils n’en connaissent pas plus que nous à ce qu’ils racontent…

Et si le Coran charriaient encore non seulement les modifications et les rajouts des gouverneurs et califes qui l’ont recueilli, mais aussi un épais écran de fumée que la Tradition a placé entre nous et son interprétation ? Il restera au croyant de faire le tri entre ce qu’il considère comme vrai et authentique et ce qu’il rejette comme faux et rajouté.


Notice bibliographique :

Mohammad Ali Amir-Moezzi (dir.), Dictionnaire du Coran,

Paris, Ed. Robert Laffont, Collection "Bouquins", 2007.

Le Dictionnaire du Coran est une première mondiale. Avec près d'un demi-millier d'entrées et des références bibliographiques par centaines, ce livre est une entreprise inédite et ambitieuse qui, dans sa conception, se rapproche du Dictionnaire de la Bible, l'un des best-sellers de "Bouquins" déjà vendu à plus de 72 000 exemplaires

Fruit du travail d’une équipe internationale de spécialistes et de chercheurs confirmés, le Dictionnaire du Coran offre à un large public un outil scientifiquement rigoureux et lisible pour une connaissance objective, distanciée et sereine du Coran.

Le livre saint des musulmans rassemble les révélations divines faites au prophète Mahomet de 610 jusqu’à sa mort en 632. Les croyants le vénèrent et le considèrent comme la parole même de Dieu. Son appartenance au patrimoine spirituel et culturel universel est indéniable. Prolongement des écritures saintes juives et chrétiennes, ce texte fondamental fut à l’origine d’une brillante civilisation qui irrigua l’Orient et l’Occident.
Cependant l’actualité fournit à cette évidence une dimension tragique. Le livre attise toutes les curiosités, son nom et ses extraits sont partout. Il est revendiqué ou dénoncé par toutes sortes de personnes. Pourtant il demeure profondément méconnu, voire inconnu car sa forme et son contenu restent difficilement accessibles.
D’où la nécessité aujourd’hui de ce dictionnaire, indispensable pour mieux saisir le sens et le rôle capital du Coran. Avec près d’un demi-millier d’entrées, plus de mille pages et des références bibliographiques par centaines, cette entreprise ambitieuse a aussi pour objectif de remplir un rôle civique. 


Biographie
L’ouvrage a été rédigé, sous la direction d’un " maître d’oeuvre ", par une équipe internationale d’auteurs parmi les meilleurs spécialistes de diverses branches des études islamiques et coraniques : historiens, philologues, codicologues, experts en théologie, commentaire coranique, rhétorique, droit, mystique, philosophie, histoire de l’art ou encore la littérature. L’entreprise a réuni des chercheurs fançais, italien, algérien, israélien, marocain, belge, iranien, etc. Chacun a gardé sa liberté de ton et son approche méthodologique, mais tous partagent la même rigueur scientifique et la même objectivité sereine fondées sur l’érudition et le respect des problématiques abordées. Liste des contributeurs : Claude Addas (chercheuse indépendante), Mohammed Arkoun (Université de Paris 3), Riyadh Atlagh (Institut National des Langues et Civilisations Orientales), Khashayar Azmoudeh (Ecole Pratique des Hautes Etudes), Paul Ballanfat (Université de Lyon 3), Meir Bar-Asher (Université Hébraïque de Jérusalem), Mohamed Hocine Benkheira (Ecole Pratique des Hautes Etudes), Eric Chaumont (Centre National de la Recherche Scientifique), Michel Cuypers (Institut Dominicain d’Etudes Orientales du Caire), Lahcen Daaif (Université de Paris 3), Jean-Louis Déclais (Institut Dominicain d’Etudes Orientales du Caire), François Déroche (Ecole Pratique des Hautes Etudes), Eric Geoffroy (Université Marc Bloch de Strasbourg), Géneviève Gobillot (Université de Lyon 3), Denis Gril (Université d’Aix-en-Provence), Morgan Guiraud (Ecole Pratique des Hautes Etudes), Avraham Hakim (Université de Tel-Aviv), Asma Helali (Université de Halle – Allemagne), Pierre Lory (Ecole Pratique des Hautes Etudes), Françoise Micheau (Université de Paris 1), Yves Porter (Université d’Aix-en-Provence), Meryem Sebti (Centre National de la Recheche Scientifique), Daniel de Smet (Université Catholique de Louvain), Heidi Toelle (Université de Paris 3), Marie-Thérèse Urvoy (Université Catholique de Toulouse), Muhiddin Yahia (Université de Rabat), Ida Zilio-Grandi (Université de Gênes – Italie). Le directeur de l’ouvrage est le Professeur Mohammad Ali AMIR-MOEZZI, français d’origine iranienne, Directeur d’Etudes à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Sorbonne) où il occupe la prestigieuse chaire de la théologie islamique classique. Il est également directeur-adjoint du Laboratoire d’Etudes sur les Monothéismes (ex. Centre d’Etudes sur les Religions du Livre), équipe de recherche du Centre National de la Recherche Scientifique. Il est l’auteur de très nombreux livres et articles scientifiques portant notamment sur l’islam chiite, comme La religion discrète : croyances et pratiques spirituelles dans l’islam shi’ite (Vrin, 2006) ou Le Guide divin dans le chiisme originel : aux sources de l’ésotérisme en islam (Verdier, nouvelle édition 2007).

        
Caractéristiques :
Parution : 11 octobre 2007
Format : 132x198 mm, 1024 pages pages, 30,00 €
ISBN : 978-2-221-09956-8


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (3)

Par coeur de lion
posté le 21 septembre à 23:37
Signaler un abus

Tout ce que le Coran raconte au sujet des Prophètes précédents et leur peuple est confirmé par ce qui reste de la vérité dans la Bible, cela avec une précision qu’il ne faut pas négliger et qui consiste en l’infaillibilité totale accordée à l’ensemble des Prophètes que la Bible ne leur reconnaît pas, et va jusqu’à accuser certains Prophètes d’adultère, de vol, de mensonge ou d’autres turpitudes . Dieu dit : « Voilà autant d’épisodes des temps précédents que Nous te révélons. Tu ne les connaissais pas auparavant, pas plus que ton peuple. »
d- Le Coran prédit des événements futurs : Parmi les évènements que le Coran cite : • La victoire des Byzantins sur les Perses en (10h/632c) Dieu dit : « Alif. Lâm. Mîm. Les Byzantins ont été vaincus dans un pays voisin ; mais, après leur défaite, ils vaincront à leur tour durant quelques années. » Et peu avant la bataille de Badr le Coran a annoncé l’issue de celle-là, Il a dit : « Lorsque Dieu vous promettait qu’un des deux groupes se rendrait à vous, vous désiriez vous emparer de celui qui était désarmé, alors que Dieu voulait manifester la Vérité par ses paroles et exterminer les incrédules jusqu’au dernier… »
• Il en est de même de l’annonciation de la rentrée triomphale du Prophète à La Mecque : « Vous entrerez dans la Mosquée Sainte, avec le vouloir de Dieu en toute sécurité… » Le Coran a également promis aux croyants de leur donner la domination totale effective sur le monde civilisé, Dieu dit : « Dieu a promis aux croyants parmi vous qui accomplissent des œuvres bonnes d’en faire ses lieutenants sur terre, comme Il le fit pour ceux qui vécurent avant eux. Il leur a promis aussi d’établir fermement leur religion qu’il Lui a plu de leur donner et de changer, ensuite, leur inquiétude en sécurité. Qu’ils m’adoreront et qu’ils ne m’associent rien. Ceux qui, après cela, seront infidèles : voilà les pervers. »
e- La concordance des vérités coraniques avec celles de la science. • Bien que le Coran ne soit pas une encyclopédie scientifique, il a fait allusion à certaines vérités de la science moderne. En effet, aujourd’hui, l’on conçoit parfaitement l’exactitude des données Coraniques à propos de la science moderne surtout lorsque ce Livre nous parle du processus de la formation de l’univers et son aboutissement à la constitution des mondes. • En deux versets seulement, le Coran nous présente une synthèse brève des phénomènes qui ont constitué le processus fondamental de la formation de l’univers. Dieu dit : « Les impies n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre étaient soudés, que Nous les avons séparés, et que de l’eau Nous avons fait provenir toute chose vivante ? Eh quoi ! Ne croiront-ils donc point ? » • « Par ailleurs, Dieu se tourna vers le ciel alors qu’il était fumée et Il lui dit ainsi qu’à la terre… » Le Coran parle également de l’origine aquatique de la vie. Le deuxième verset affirme l’existence d’une masse gazeuse avec des fines particules, car c’est ce que signifie le mot arabe « dukhân ». Scientifiquement la fumée est constituée par un substratum gazeux, avec en suspension plus ou moins stable, de fines particules pouvant appartenir aux états solides et même liquide de la matière et se trouver à une température plus au moins élevée. • La mention d’un processus de séparation (fatq) d’une masse initiale unique dont les éléments étaient initialement soudés entre eux (ratq). Précisons bien qu’en arabe signifie l’action de rompre, de dessouder, de séparer et que ratq est le fait de souder et de coudre des éléments pour faire un tout homogène.
f- Autres sujets scientifiques traités dans le Coran : • L’astronomie : lorsque le Coran parle de l’astronomie, il entend par là parler de la création intermédiaire entre les cieux et la terre, ce dont la science moderne a montré la réalité. Les versets relatifs à la création donnaient en quelque sorte une idée générale sur le contenu des cieux, c’est-à-dire tout ce qui est en dehors de notre terre. • En plus des versets spécifiquement descriptifs de la création, une quarantaine, d’autres apportent sur l’astronomie des précisions complémentaires de ces données. Certaines ne sont que des réflexions à la gloire du Créateur et de l’Organisateur de tout le système d’étoiles et de planètes que nous savons disposer selon des positions d’équilibre dont Newton a expliqué le maintien par sa loi d’attraction des corps entre eux.
• La Terre : il en est de même des versets se rapportant à la terre, qui sont dispersés dans tout le Livre et leur classification est particulièrement difficile. Ils se réfèrent précisément au cycle de l’eau et des mers, aux reliefs terrestres et à l’atmosphère.
• Le règne végétal et animal : de nombreux versets évoquent l’origine de la vie, certains aspects du règne végétal et animal. En envisageant l’origine de la vie sur un plan général, le Coran l’évoque avec une concision extrême en un verset qui se rapporte également au processus de la formation de l’univers. Dieu dit : «Les impies n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre étaient soudés, que Nous les avons séparés et que de l’eau. Nous avons fait provenir toute chose vivante. Alors ! Ne croiront-ils point ? »
• La reproduction humaine : l’un des sujets sur lequel toute œuvre humaine primitive est immanquablement erronée. Au Moyen âge, toutes sortes de mythes et de superstition entouraient la production. Comment pouvait-il en être autrement puisque, pour comprendre ces mécanismes complexes, il a fallu que l’homme connaisse l’anatomie, qu’il découvre le microscope et que naissent les sciences dites fondamentales, dont se sont nourries la physiologie, l’embryologie, l’obstétrique, etc. Mais, pour le Coran, il en est tout autrement. • Le Livre évoque dans de nombreux versets des mécanismes précis et il mentionne des phases bien définies de la reproduction, sans offrir à la lecture la moindre erreur ou un énoncé entaché d’inexactitude, minime soit-il. Tout y est exprimé en termes simples, aisément accessibles à la compréhension des hommes et rigoureusement concordants avec les vérités scientifiques découvertes beaucoup plus tard.

Par aromar
posté le 01 avril à 13:59
Signaler un abus

Le Coran est la continuité de la Torah originale et le vrai Evangile de Jesus. Il a été collecté par plusieurs adeptes du prophète par le biais des manuscrits coraniques sur des supports écrits au vivant même du prohphète. Le travail de compilation du coran pour sauvegarder intact le message divin a été entamé au vivant et immédiatement après la mort du prophète par de nombreux adeptes. Et le comité formé par le Calife Abu Baker, Omar ou Uthman était en charge de multiplier des copies authentiques du coran car l'imprimerie n'existait pas à l'époque. La multiplication des copies du coran a été rigoureuse et soumise à des critiques par ceux qui ont appris le coran par coeur et l'ayant noté sur des supports. Les sciences modernes ont témoigné de l'authenticité du coran. Et personnellement en étant un arabe, je témoigne de la grande qualité inimitable du coran

Par sunnite
posté le 24 janvier à 08:27
Signaler un abus

Tu brase du vent, petit ! Arrête de te prendre la tête le chiite,OK ?

A propos de l’auteur


Naravas 713 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte