Magazine Bons plans

Les débuts de Lana del Rey à New York

Publié le 16 avril 2012 par Cardigan @onlyapartmentsF

Lana del Rey est le dernier phénomène pop. Avec une voix sensuelle au registre contralto, d’une effarante beauté, des lèvres refaites et le style rétro d’une actrice de cinéma des années 50, Lana del Rey paraît sortie d’un fantasme érotique de détectives et de drogues à New York. Cette jeune chanteuse de 26 ans est née un 21 juin à New York, et a vécu son enfance et son adolescence à Lake City. Après avoir fait ses études à la Big Apple à l’Université Fordham, Lana s’est mise à chanter dans les clubs et les bars de New York, en particulier dans le quartier “hipster” de Williamsburg, à Brooklyn. Sa voix a certainement séduit beaucoup de monde et a sans doute gagné en popularité. Elle a même signé avec un label indépendant dont elle était le seule artiste. Malheureusement, l’étiquette a disparu avant d’éditer ses chansons.

debuts-lana-del-rey-new-york

Avant de s’appeler Lana del Rey, et de subir une opération des lèvres controversée, Lana utilisait le nom Lizzy Grant, et a sorti un EP intitulé “Kill, Kill” en 2008. Dès lors, elle peaufinait son style particulier, ainsi que ses vidéos, un mélange d’images kitsch romantiques et sans rapport les unes avec les autres, en apparaissant très sensuelle au rythme de la musique. Il a fallu attendre quatre ans pour qu’elle devienne Lana et réussisse à captiver l’attention d’un label internationale, Interscope, qui a publié son premier album, “Born to Die” le 31 janvier 2012. “Born to Die” est un album captivant et amusant, mais qui laisse quelques questions en suspens, notamment au niveau de la production, qui parfois rappelle le meilleur de la “femme pop” de tous les temps, mais aux beats électroniques et aux arrangements qui n’est pas sans rappeler un album de Lady Gaga, de Katy Perry ou de Rihanna. Il est évident que le label Interscope n’a pas l’intention de perdre de l’argent avec cette préciosité, ou du moins jusqu’à ce qu’elle ne rapporte plus de bénéfices. Les extraits les plus intimistes de l’album sont “Video Game”, “Blue Jeans”, “Dark Paradise” et “Million Dollar Man».

Il faut attendre et voir comment évolue cette nouvelle diva de la pop, issue de l’Indie et des rues de Brooklyn, un quartier dangereux par le passé. Peut-être que l’erreur de Lana del Rey soit qu’elle est si artificiellement authentique et fragile en même temps à l’instar d’une «starlette» de Hollywood d’une autre époque, prête à tout au risque de tout perdre pour le rôle de sa vie et le glamour. Peut-être que sa fragilité soit son principal atout. Vous ne pouvez pas interpréter des chansons tristes sans que votre coeur ait un jour été brisée. Pour de plus amples informations sur Lana del Rey, visitez son site officiel: http://www.lanadelrey.com/


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cardigan 4102 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte