Magazine Société

Le président Sarkozy ne comprend pas les problèmes de la France

Publié le 16 avril 2012 par Delits

Le sondage TNS Sofres et Sopra Group pour I-Télé publié ce week-end éclaire de manière intéressante les perceptions des Français sur les candidats à l’élection présidentielle de 2012. A une semaine du premier tour, certains résultats permettent d’avoir une vision claire des hiérarchies qu’établissent nos compatriotes sur quatre dimensions importantes de leur choix à venir, à la lumière des dernières intentions de vote publiées.

Dans ces positions perçues par nos compatriotes, Nicolas Sarkozy, en raison de sa position de président sortant, se démarque particulièrement : l’existence d’un entourage capable de former un gouvernement lui est reconnu (60% des personnes interrogées sont d’accord avec cette proposition), comme son étoffe de président (59%), élément sur lequel il se démarque logiquement. En revanche, le sondage est marqué par un chiffre frappant : seuls 36% des répondants affirment qu’il comprend les problèmes de la France et des Français, soit un score comparable à celui de Philippe Poutou sur cet item.

François Hollande, le challenger le mieux placé, s’il est en retard sur la question de « l’étoffe présidentielle » (38%, score comparable à celui de François Bayrou) émerge également par sa capacité à organiser un gouvernement avec son équipe (55%), cet élément le différenciant très nettement des autres challengers. Autre qualité reconnue : sa capacité à comprendre les problèmes de notre pays (56%), item sur lequel il est dépassé uniquement par François Bayrou. La crédibilité de son projet est évaluée au même niveau que celle du président sortant (44% contre 43%).

De son côté, François Bayrou fait office de trublion dans ces jugements : une excellente compréhension des problèmes (62%), une étoffe comparable à celle de François Hollande (39%), le projet le plus crédible de tous les candidats (47%), mais un score faible en matière d’équipe gouvernementale (24%).

Cet élément le rapproche plus de Jean-Luc Mélenchon (22%) et Marine Le Pen (23%). Ces deux candidats montrent pour leur part des similitudes intéressantes : même capacité à comprendre les problèmes (55% et 50%), même crédibilité perçue du projet (29% et 27%), étoffe présidentielle comparable (29% et 25%). De là à dire qu’ils sont en concurrence directe, il n’y a qu’un pas…

Enfin, les « petits candidats » se voient reconnaître un certain nombre de défauts par les électeurs potentiels et sont en retard sur l’ensemble des dimensions abordées. S’ils ont des spécificités (Nicolas Dupont-Aignan semble légèrement plus « présidentiable » que ses adversaires), ils semblent ne pas jouer dans la même catégorie que les favoris.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delits 5050 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine