Magazine Info Locale

T'var ta gueule au Figaro !

Publié le 16 avril 2012 par Delanopolis
Encore pour Atlantico, Serge Federbusch s'est amusé à faire résonner la discrète petite musique hollandaise pour menacer Serge Dassault et son canard. T'var ta gueule au Figaro ! Quand François Hollande menace (à mots couverts) le Figaro et Serge Dassault


Na ! C’est décidé, François Hollande boude le Figaro et a refusé, seul parmi les quatre « grands » candidats, de lui accorder l’interview que le quotidien sollicitait.
Les motifs de cette fâcherie ?
Il les a donnés lui-même à l’antenne d’I-Télé : « Vous avez lu Le Figaro depuis plusieurs mois ? Je donne des interviews à qui je veux, et les titres du Figaro, ils les établissent comme ils l’entendent. Chacun fait comme il souhaite dans une campagne où Le Figaro n’a pas pris position, ce n’est même pas une prise de position, c’est d’une certaine façon chaque jour un discrédit, une déconsidération de ce que je suis. »
Faisant sienne la devise du Figaro, tirée de Beaumarchais, « Sans la liberté de blâmer, il n’est pas d’éloge flatteur », le candidat socialiste a ajouté : « L’emblème du Figaro est le bon. La liberté doit être totale. La mienne aussi. »
En théorie, rien de vraiment blâmable. Car François Hollande a effectivement le droit d’accorder ou de ne pas accorder des entretiens à qui les sollicite. On remarquera simplement qu’en matière d’éreintement par la presse, Nicolas Sarkozy, s’il appliquait les mêmes règles, se tiendrait à des kilomètres de distance des Libé, Nouvel Obs, Médiapart, Rue 89, Marianne et autres publications de papier ou d’écrans qui, à longueur d’année, le dépeignent sous les traits d’un agité, infantile, impulsif et dangereux, un « voyou de la république », un président corrompu qui a touché de l’argent de Madame Bettencourt, « on ne peut pas le prouver mais on le suggère tellement fort que cela revient au même ».
Mais passons. Ce qui est plus gênant est de rapprocher la dernière sortie hollandaise de ce que le candidat socialiste écrit en page 116 de son immortel ouvrage : « Changer de destin », paru il y a à peine deux mois et qui était censé « mieux le faire connaître pour que les Français (lui) fassent confiance ». Ce livre, flop éditorial un brin inquiétant si l’on considère qu’il traduit le peu d’intérêt réel pour son auteur, contient en effet une bien étrange remarque au sujet de Dassault et du Figaro, seuls à être pointés du doigt dans l’univers des médias.
« Par la constitution d’un réseau serré de services réciproques, par la nomination directe des responsables de l’audiovisuel public, le pouvoir détient une influence malsaine sur le fonctionnement de nos moyens d’information. Sans parler du contrôle de certains groupes de presse par des industriels dont l’intérêt est lié aux commandes de l’Etat. Je m’amuse en lisant Le Figaro, ce journal qui honorait la presse modérée, et qui ne sait plus comment récompenser par l’ « audace » de ses titres les faveurs de l’Elysée à l’égard des intérêts de son propriétaire. Je mettrai fin, là aussi à ces archaïsmes. »
Qu’est-ce à dire ? Que c’est parce que les titres du Figaro lui étaient favorables que Sarkozy s’est démené pour tenter de vendre des Rafale à Lula ou aux Indiens ? Tous les présidents ont à cœur de favoriser, par leurs déplacements à l’étranger, ce genre de contrats et si l’actuel locataire de l’Elysée ne l’avait pas fait, cela lui aurait été vertement reproché. Il est loin d’avoir œuvré pour les seuls propriétaires de médias. Quant à la bienveillance du Figaro pour les pouvoirs de droite, elle ne date pas de Sarkozy, tant s’en faut. Un quotidien a droit à une ligne éditoriale et François Hollande a eu raison de le lui concéder. Si les journalistes qui y travaillent sont gênés, ils peuvent le dire.
Ils l’ont d’ailleurs fait au Figaro et viennent d’être imités par ceux de Libération, incommodés par le pro-hollandisme un peu outrancier de leur direction.
Là où la déclaration de François Hollande est plus inquiétante, c’est lorsqu’il menace « de mettre fin à ces archaïsmes. » A-t-il pour projet d’interdire à un groupe privé ou même à un individu ayant des contrats avec l’Etat de posséder un média ? Il n’y a pas de raison que cela soit réservé à la droite et il faudra que les choses soient claires et la règle précise. Sinon, est-ce un avertissement sans frais envoyé à la seule famille Dassault pour qu’elle soit plus douce avec lui ? Le même droit s’imposera-t-il à la presse locale, souvent liée à des intérêts de proximité ? Il faudra le lui signaler. Et pourquoi ne l’appliquer aux agences de publicité et groupes de communication qui ont des personnes publiques dans leur clientèle et vivent des conseils qu’ils leur prodiguent ? Auront-ils encore le droit de publier des sondages défavorables au pouvoir ?
Le fait de réserver ses flèches, à deux reprises, au Figaro est en tout cas fort singulier. Ce journal a certes dépensé beaucoup d’énergie à tenter de démontrer que Sarkozy a davantage l’étoffe d’un chef d’Etat que Hollande. Mais tel est son droit et il n’est pas le seul à le penser. En inférer une généralité sur les liens entre les industriels (tiens, les banquiers qui ont des mandats de l’Etat en sont exclus …) et les médias mais ne l’appliquer qu’au Figaro a comme un vague parfum d’intolérance. Cela s’inscrit dans le droit fil des remarques étranges sur les procureurs et les policiers soupçonnés de sarkozysme et promis ipso facto à d’autres fonctions.
Et si François Hollande ne devenait pas le président bonnasse et tolérant que son humour potache et sa rondeur font croire ?


Voir l'article source ICI

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delanopolis 94237 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte