Magazine Insolite

Azylum

Publié le 17 avril 2012 par Didier Vincent

Photobucket

La folie à l'âge classique.

Un hôpital psychiatrique désaffecté, décombres du grand enfermement, celui, sombre, des monstruosités, des différences, de l'absence de raison, de la maladie mentale. Foucault nous a appris que la folie a une histoire : la nôtre. La façon dont nous traitons l'autre, le définissons, l'étiquetons, élaborons un ensemble discursif methodique, toutes ces stratégies de pouvoir et d'enfermement disent notre relation à cet autre si humain et inhumain à la fois.

Cet espace carcéral médicalisé qu'est l'hôpital psychiatrique est un non lieu de notre société si avide de normalité, si "sociale". La figure du fou s'y désintègre, s'y dilue en un réseau de diagnostics et de thérapies. Cette façon d'enfermer les fous est récente dans l'histoire de la société occidentale qui discerne mal les frontières de la normalité et de la déviance et  qui, du coup,  élabore un appareillage fin, une nomenclature rassurante pour se distancer de ce qui apparaît comme une impossibilité d'intégration.

Cet asile date de 1920, l'époque de l'apparition de la psychanalyse et de la psychiatrie moderne (et de ses dérives soviétiques). Ce genre d'établissement est comme une mise en scène carcérale de cette société productiviste où la figure du fou est incapable de trouver une place symbolique autre que dans un désir d'exil massif, accompagné de sa cohorte bien pensante de guérison par la magie de la chimie médicamenteuse. Un dispositif, des appareillages, des discours que le temps a rendus à leur vétuste historicité, comme sur cette vidéo tchernobylienne.

The Voder

Musique : lenn9o9n featuring Eyeway


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Didier Vincent 10389 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine