Magazine Santé

Anorexie et obésité

Publié le 17 avril 2012 par Santelog @santelog

ANOREXIE, OBÉSITÉ: Le cerveau aussi répond différemment aux aliments – Cognitive Neuroscience SocietyLe cerveau des personnes souffrant d'anorexie et l'obésité sont câblés différemment, selon cette étude de neuroscientifiques de l'Université du Kansas. Pour la première fois, les chercheurs constatent que la façon dont notre cerveau répond à la nourriture est différent pour chaque comportement alimentaire, de l'excès à la privation. Ces résultats, présentés début avril à la 19è réunion annuelle de la Cognitive Neuroscience Society (CNS), permettent de mieux comprendre les troubles de l'alimentation.

Laura Martin du Hoglund Brain Center Imaging de l'Université du Kansas explique : «Un des aspects les plus intrigants de ces études du cerveau vis-à-vis de la nourriture est de montrer l'activation de zones de récompense également impliquées dans les études sur la dépendance ». Cependant, la façon dont ces zones de récompense répondent à la nourriture diffère entre les personnes en fonction de leurs comportements alimentaires.

Anorexie, obésité simple et syndrome de Prader-Willi : L'étude d'imagerie cérébrale menée par d'autres chercheurs de la Harvard Medical School et du Brigham and Women 's Hospital a porté sur des scans du cerveau de personnes atteintes de 3 types de troubles alimentaires, l'anorexie, l'obésité simple, et le syndrome de Prader-Willi (obésité extrême) - ainsi que de sujets témoins en bonne santé. Avec la faim, les personnes anorexiques qui restreignent gravement leur apport alimentaire, montrent des réponses sensiblement diminuées à différentes images de nourriture dans les régions de leur cerveau associées à la récompense et au plaisir. Les personnes qui mangent trop volontiers ont des réponses significativement augmentées dans les mêmes régions du cerveau.

L'association entre comportement alimentaire et activité des circuits de la récompense est donc suggérée par ces résultats. Cela  même des implications pour les personnes sans trouble alimentaire, car elles ont-elles-aussi des zones du cerveau spécifiques qui évaluent la valeur de la récompense pour les différents aliments, ce qui peut les pousser à choisir tel ou tel aliment.

Le cerveau au quotidien jauge la valeur de récompense de chaque aliment : Un autre chercheur, Kyle Simmons, étudie les mécanismes neuronaux qui régissent ces décisions alimentaires quotidiennes. Son travail montre que dès que les gens voient des aliments, leurs cerveaux recueillent automatiquement des informations sur le goût qu'ils pourraient avoir. Les scans du cerveau montrent en effet un chevauchement apparent dans la région de l'insula qui répond aux images d'aliments et la région de l'insula qui traite le goût, le « cortex primaire gustatif ». Kyle Simmons travaille actuellement à mieux comprendre les différences dans les préférences gustatives entre personnes maigres, individus sains et obèses. « Nous ne savons pas encore si des différences entre les réponses du circuit de la récompense existent entre des personnes minces et obèses. Le comprendre est essentiel si nous voulons développer des interventions efficaces contre l'obésité et certains troubles de l'alimentation ».

Source: 19th annual meeting of the Cognitive Neuroscience Society (CNS)."The Brain on Food: Investigations of motivation, dopamine and eating behaviors"

ANOREXIE, OBÉSITÉ: Le cerveau aussi répond différemment aux aliments – Cognitive Neuroscience Society
Accéder aux dossiers

Obésité de l'enfant (1/6)

Troubles du comportement alimentaire


(Santé log Petite Enfance-)Pour y accéder, vous devez êtreinscritet vous identifier


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine