Magazine Santé

Conférence alimentation pauvre en laitages à cuisson douce

Publié le 17 avril 2012 par Sophielaurerenee

Samedi dernier, nous nous sommes réunis chez

BBG Market pour une conférence interactive autour de l'alimentation pauvre en laitages.

I/ Après présentation de l'expérience de notre famille et de l'association, lors d'un tour de table, nous avons passé en revue différentes pathologies chroniques pour lesquelles des thérapeutes : médecins, ostéopathes ont conseillé de diminuer voire d'éviter aliments riches en protéines de lait (laitages) ou en lactose.

II/ Nous avons mis en évidence qu'il existe deux problématiques  : celles des allergies et celles des intolérances. et que suivant le diagnostic, on peut diminuer ou devoir éviter strictement les aliments riches en protéines de lait (allergie et intolérance), en lactose (intolérance).

Nous avons aussi évoqué la problématique des allergènes déclencheurs et le problème de l'intoxination de l'organisme qui lorsqu'il est surintoxiné, devient très sensible ou très réactif aux allergènes déclencheurs qui en d'autres temps seraient innofensifs

III/ Le tour de table a mis en évidence que l'alimentation pauvre en laitages avait été conseillé par des médecins et ostéopathes pour améliorer des symptômes comme l'eczéma, le psoriasis, la maladie de Crohn, l'arthrose, la fibromyalgie, les colites... (Cf résultats de l'alimentation Seignalet sur ces pathologies en cliquant sur les mots).

Il a mis en évidence que quand on essaie d'éviter les laitages d'origine animale, on peut être tenté de consommer des laitages de chèvre ou de brebis ou du soja.
Or, les molécules de ces aliments sont très proches de celles des aliments à base de lait vache.

Comme il y a risque d'allergie croisée, c'est risqué. Le Dr Seignalet explique dans "l'alimentation ou la troisième médecine" que l'éviction des produits d'origine animale concerne aussi les laitages de vache et de brebis.
IV/ J'ai expliqué que lorsque nous avons commencé les évictions dans notre famille pour l'eczéma de nos filles, nous avons essayé évité les produits à base de lait de vache, puis aussi ceux de brebis et de chèvre. Maintenant elles n'y réagissent qu'à partir d'une certaine quantité (intolérance) mais elles peuvent en consommer.

Chaque être est différent. si il y a allergie testée et observée, quelque soit la quantité le corps réagit. C'est pourquoi les bébés reçoivent alors des laits spécial bébés : hydrolisats avec ou sans TCM, acides aminés ou boissons végétales supplémentées.
En cas d'intolérance, on peut choisir la dose que l'on peut supporter.

Nous avons évoqué les aliments de remplacements et de substitutions aux produits laitiers et reconnu que seul la lecture très rigoureuse des étiquettes sur les produits emballés permet d'éviter le lactose, à moins de ne consommer que des produits frais sans lactose.

Les fromages à pates dures sont pauvres en lactose. Certaines personnes consomment du lait sans lactose. Il a été tranformé. Nous évitons les produits transformés qui peuvent nuire à la bonne digestion des aliments par nos enzymes.

Une participante a exprimé la difficulté à gérer l'allergie aux oeufs. Outre le fait qu'il vaut mieux les manger en code 1 "bio", Cf le dossier, il y a des moyens de remplacer les oeufs avec d'excellents sites de recttes comme "allergizoseu" par exemple.

V/ Enfin, nous avons dégusté une banane avec des amandes broyées, du lait de riz et du citron que nous aurions pu préparer avec des noix de cajou ou d'autres oléagineux, des graines germées, des pépites de chocolat, des, des baies de goji ou des canneberges...

VI/ Après avoir fait un tour dans le magasoin, nous avons dégusté les aliments que vous avez choisi, aussi variés que le kumbucha, la terrine de foie de morue, des pétales de panais (apéritifs), du "sojami" tofu aux herbes, du miso, du pain au petit épeautre...

A ce sujet voici une liste de liens vers des sites et blogs de recettes "sans" qui pourront vous aider à cuisiner.

Cf première liste et deuxième liste

Pour les personnes qui ont des problèmes de peau des aliments riches en des omegas 3 et la nécessité de consommer des huiles bio de première pression à froid (la pour une personne en bonne santé : 2 cuillère à soupe par jour).

Une participante a évoqué aussi le végétarisme et j'ai rappelé  l'importance de consommer la quantité nécessaire de protéines, glucides et lipides et notamment de penser à consommer des sources des 8 acides aminés essentiels (que le corps ne synthétise pas lui même et qui doivent obligatoirement venir de notre alimentation) en associant notamment céréales et légumineuses comme le font les plats traditionnels : couscous, chi con carne...

Enfin un lien vers http://sophieethugues.eklablog.com/5-pourquoi-nous-avons-choisi-cette-alimentation-a181794 vous permettra d'approfondir ce sujet vaste que nous aurons l'occasion de traiter sous d'autres formes lors des conférences prochaines sur les thèmes de repas écono bio, petit déjeuners, apéritifs bio.

Bibliographie

Si vous vous souvenez d'un sujet évoqué que j'aurais oublié, vous pouvez l'ajouter en commentaires.

Vos commentaires sonts les bienvenus pour creuser un sujet en particulier ou répondre à vos questions.

Merci à vous et à bientôt !

Sophie


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sophielaurerenee 919 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine