Magazine Poésie

Jean MAMBRINO : Nativité

Par Unpeudetao

Les mains ! Voyez les mains qui tiennent
Cet enfançon silencieux.
L’une étreint fort le petit Dieu,
Et l’autre le soulève à peine.

C’est un marmot emmailloté
Au visage gros de sommeil.
Ses yeux clos fixent le soleil
De la ténébreuse Beauté.

Marie écoute la lumière
Qui respire contre son sein.
« Mon lumignon, mon tendre rien,
Tu embrases toute ta mère. »

Jean MAMBRINO (XXe siècle).

*****************************************************


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine