Magazine Humeur

Comment dire non efficacement ? Passez à l’action !

Publié le 24 avril 2012 par Moralotop @moralotop
Oser dire Non

Oser dire Non

Comment dire non efficacement en ménageant vos interlocuteurs et en obtenant des résultats ?

1) Une fois pour toutes, dites non, non et non :

• Aux fausses croyances telle : m’opposer, c’est créer le conflit

• Aux pensées toxiques telle : ça va me retomber dessus

Ces perturbateurs vous empêchent de vous affirmer.

Et d’asseoir votre personnalité.

2) Fondez votre refus :

• sur du solide.

• sur ses avantages.

• sur des propositions alternatives

Montrez à Bertrand que, si vous acceptez ce dossier imprévu, vous devrez traiter Moulin… en coup de vent.

Or, mécontenter Moulin est négatif pour l’entreprise tant ce client est important.

Dans l’intérêt général, dire non à Bertrand semble donc judicieux, pourquoi faudrait-il le taire ?

Proposez lui une solution constructive et crédible.
Ex :  Bertrand, je finis d’abord Moulin et mardi prochain, j’attaque ton nouveau client.

Ou encore :  impossible pour moi cette semaine mais Max est dispo actuellement donc

De même, dites à Katia que sa proposition de shopping est incompatible avec votre état d’épuisement.
Épuisement dont souffre aussi votre carte bleue.

Katia, ma CB demande du repos et moi aussi.  Mais ok, sans faute, le mois prochain, on aura repris des forces, elle et moi.

3) Astuce de vie : commencez par un « tout petit non »

Pour vous exercer et gagner en assurance, commencez petit.

Ex : Dites non à votre fils Oscar qui vous redemande du gratin de pâtes pour la quatrième fois.
Certes, se voir refuser un rab de pâtes… c’est dur à avaler.

Belle occasion néanmoins de fixer des limites.
Et de lui faire comprendre la différence entre le bon et l’excessif.

Qu’est-ce que ça donne ?
Vous n’avez pas reçu le plat dans la figure ?
C’est bon, votre refus a été convaincant… en tout cas il est passé.

Fort de ce succès, poursuivez votre apprentissage.

Allez-y crescendo, choisissez un non un peu plus consistant, puis un autre.
Enchainez avec du lourd jusqu’à maitriser lart de dire non : bien joué, vous êtes décidément en train de vous affirmer.

Bien sûr, exprimer un refus se fait dans la souplesse.
Selon la situation, vous pouvez attendre la seconde ou troisième sollicitation avant de dire non.

Enfin, faites « soft », inutile de vous transformer en pitbull !

4) Engrangez les résultats

Si vous avez bien tout bordé, il est probable que :

  • Bertrand vous indiquera : finalement, tu as raison,  Moulin doit passer à vent… euh… avant.
    (C’est un bon indicateur… Bertrand !)
  • Katia appréciera que vous lui ayez confié votre manque de provision… pour les provisions.
    Et votre engagement d’aller faire les boutiques le mois prochain.
  • Quant à Oscar, il aura compris que votre refus traduisait votre amour pour lui.
    Et constaté combien vous êtes bonne pâte.

5) En résumé

Oser dire non, lorsque la situation le commande, que votre refus est raisonnable et que vous proposez des solutions de rechange a plusieurs avantages.

Ni conflit ni prise de bec.

• Meilleure efficacité personnelle et collective.

• Plus de confiance en vous et meilleure estime de soi.

Exercez-vous en veillant à l’équilibre de vos positions.

Le but n’est pas de passer de quelqu’un qui dit toujours oui à quelqu’un qui dit toujours non !

Avant de vous lancer relisez :

Savez-vous dire non quand il le faut ?

Dire non, prenez 3 décisions fortes

Et maintenant, pas question de flancher, d’accord ?

Quand on vise un moral au top on ne lâche pas le morceau facilement.
Bon courage.

A ce stade, Dire non vous est-il désormais plus facile ?

Print Friendly Imprimer et pdf

Autres Billets sur le sujet :

asseoir personnalitéastuce de vie

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Moralotop 2442 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines