Magazine Sport

Où le pouvoir qui vacille s'accroche par de viles manoeuvres

Publié le 24 avril 2012 par Spartac
A quoi tient le pouvoir? Jusqu'à quel point les hommes seraient prêts à faire n'importe quelle ignominie pour le conserver? Napoléon exerce sur nos élites un suprême magistère, plus qu'un modèle pour certains. Pourtant point un exemple de démocratie, si l'on considère la translation qu'il fit de la république vers son Ier Empire. Empire héréditaire bien évidemment, selon les pures traditions monarchiques. Sans doute un trait familial puisque le fossoyeur de la Seconde République s'appelait Louis-Napoléon Bonaparte, couronné lui aussi empereur...
Où le pouvoir qui vacille s'accroche par de viles manoeuvresLe pouvoir est une drogue, une addiction forte dont le titulaire ne se défait qu'à grand mal. Parfois même celui-ci est un lien vers la vie, seule façon de continuer d'avancer, comme en son temps l'ont connu de Gaulle et Mitterrand. Aux ors élyséens succède le néant...
Le pouvoir est aussi un but, une voix qui guide une carrière, un objectif que l'on se fixe, et que l'on pourchasse. Parfois cette quête est longue, la quête d'une vie d'un Mitterrand, d'un Chirac, parfois elle est une évidence que connu Giscard d'Estaing, parfois elle est une reconnaissance personnelle, comme le vécu Sarkozy. Pour nombreux cette quête sera vaine, où le plus méritant n'accède pas forcément au poste suprême...
Mais le pouvoir ne dure pas, et un jour il faut se confronter à sa perte. D'un abandon ne reste que le vide, d'une défaite perdure pour toujours un goût amer. Ancien président déchu avant même la retraite, Giscard d'Estaing connu des années difficile.
Alors il reste à se battre pour ceux qui encore espèrent. L'homme politique bouge encore, même sentant l'odeur de la défaite. Mais que faire? Giscard toujours lui, en son temps, regarda sa déchéance dans les yeux, se refusant à toute basse politique, quittant de sa dignité guindée, conspué l'Elysée.
Où le pouvoir qui vacille s'accroche par de viles manoeuvresAujourd'hui point d'honneur, la réalité est masquée. L'homme en partance n'a pas baissé les armes. Nicolas Sarkozy à l'idée d'une défaite annoncé bouge encore. D'une dignité relative malheureusement. Refusant obstinément de reconnaitre ses errements, il se lance à corps perdu à la chasse aux extrêmes. Jusqu'à quel point aller pour garder l'Elysée? Se damner semble t'il, dans une chasse effrénée à ceux qui l'ont rejeté, dans une escalade droitère auxquels d'autres se sont refusés?
De Gaulle, après un référendum raté s'en était allé. Giscard durement touché avait admis sa défaite. Nicolas Sarkozy usera de tous ses moyens pour garder le pouvoir. Sans jamais atteindre les limites de la légalité. Mais son obstination, son refus d'abdiquer auront ainsi durement installé le Front National dans le paysage français. 2017, c'est déjà demain, la droite dite décomplexée nous proposera t'elle une alliance droite/droite? Es-ce donc cela que le président veut laisser à la postérité? La montée des extrêmes, la poussée xénophobe, la société sécuritaire, et des valeurs jamais autant encensées qu'aux périodes les plus sombres.
Peut être est-ce cela la politique. On ne peut gagner sans se salir. Mais comment ainsi renier des principe et son intégrité? Faut-il donc n'avoir guère d'estime de la France pour la sacrifier à ses intérêts particuliers. Jacques Chirac en son temps fit face aux extrêmes, sans se déjuger, il faut croire que les temps du gaullisme ont changé...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Spartac 47 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine