Magazine

Regard de Victor Hugo sur son président...

Publié le 12 mars 2008 par Cebeji

ENTRETIEN AVEC VICTOR HUGO
Vous semblez vous tenir très informé de l'actualité politique française. Quel regard portez-vous sur notre nouveau président ?
- Victor Hugo : Depuis des mois, il s'étale ; il a harangué, triomphé, présidé des banquets, donné des bals, dansé, régné, paradé et fait la roues. Il a réussi. Il en résulte que les apothéoses ne lui manquent pas. Des panégyristes, il en a plus que Trajan. Une chose me frappe pourtant, c'est que dans toutes les qualités qu'on lui reconnaît, dans tous les éloges qu'on lui adresse, il n'y a pas un mot qui sorte de ceci : habilité, sang-froid, audace, adresse, affaire admirablement préparée et conduite, instant bien choisi, secret bien gardé, mesures bien prises.
Fausses clés bien faites. Tout est là. Il ne reste pas un moment tranquille ; il sent autour de lui avec effroi la solitude et les ténèbres ; ceux qui ont peur la nuit chantent, lui il remue. Il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète.
 
Derrière cette folle ambition personnelle décelez-vous une vision politique de la France, telle qu'on est en droit de l'attendre d'un élu à la magistrature suprême ?
- Victor Hugo : Non, cet homme ne raisonne pas ; il a des besoins, il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse. Ce sont des envies de dictateur. La toute-puissance serait fade si on ne l'assaisonnait de cette façon. Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit, et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve si énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve quelque surprise. On se demande : comment a-t-il fait ? On décompose l'aventure et l'aventurier. On ne trouve au fond de l'homme et de son procédé que deux choses : la ruse et l'argent. Faites des affaires, gobergez-vous, prenez du ventre ; il n'est plus question d'être un grand peuple, d'être un puissant peuple, d'être une nation libre, d'être un foyer lumineux ; la France n'y voit plus clair. Voilà un succès.
 
Que penser de cette fascination pour les hommes d'affaires, ses proches ? Cette volonté de mener le pays comme on mène une grande entreprise ?
- Victor Hugo : Il a pour lui désormais l'argent, l'agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort et tous les hommes qui passent si facilement d'un bord à l'autre quand il n'y a à enjamber que la honte. Quelle misère que cette joie des intérêts et des cupidités. Ma foi, vivons, faisons des affaires, tripotons dans les actions de zinc ou de chemin de fer, gagnons de l'argent ; c'est ignoble, mais c'est excellent ; un scrupule en moins, un louis de plus ; vendons toute notre âme à ce taux ! On court, on se rue, on fait antichambre, on boit toute honte, une foule de dévouements intrépides assiègent l'Elysée et se groupent autour de l'homme. C'est un peu un brigand et beaucoup un coquin. On sent toujours en lui le pauvre prince d'industrie.
 
Et la liberté de la presse dans tout çà ?
- Victor Hugo (pouffant de rire): Et la liberté de la presse ! Qu'en dire ? N'est-il pas dérisoire seulement de prononcer ce mot ? Cette presse libre, honneur de l'esprit français, clarté de tous les points à la fois sur toutes les questions, éveil perpétuel de la nation, où est-elle ?
 _______________________________________
 *Toutes les réponses de Victor Hugo proviennent de son ouvrage « Napoléon le Petit », le pamphlet républicain contre Napoléon III.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Opération Victor : aidez ses parents !

    Vu et lu sur le blog Alluvions, Christie prend en main l'Opération Victor fils d'une amie en détresse, à la recherche d'un établissement pouvant accueillir son... Lire la suite

    Par  Fanette
    HANDICAP , SOCIÉTÉ, SOLIDARITÉ
  • Un autre regard...

    C'est aussi le nom de la boutique où j'ai choisi cette nouvelle paire de lunettes. D'une grande marque dont je ne m'identifie pas forcément, le matériau... Lire la suite

    Par  Maxime
    A CLASSER
  • En passant rue du Regard

    ... surprenante exposition galerie L. J. Beaubourg (Paris), un travail intitulé "Swoon, Chris Stain, The Polaroïd Kidd", composé de trois ébauches de cabanes... Lire la suite

    Par  Philippe Di Folco
    CONSEILS, CUISINE, CULTURE, LIVRES
  • Hugo Chavez: la paradoxale défaite des néoconservateurs

    Hugo Chavez: paradoxale défaite néoconservateurs

    Dans quel camp est la déception après la victoire du non à la réforme constitutionnelle préconisée par Hugo Chavez? Avec près de 51% des voix et 4,5 millions... Lire la suite

    Par  Willy
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Le regard qui tue !

    regard

    Un bébé fait le regard méchant.Via TorréfactionVidéo (2 Mo | FLV) : Voir la vidéoSur le même sujet :Vidéo : Un bébé gentil et méchantVidéo : Regard Lire la suite

    Par  Koreus
    INSOLITE, VIDÉOS INSOLITES
  • Victor Castillo

    Victor Castillo

    December 16 ... Lire la suite

    Par  Walter Proof
    INSOLITE
  • La societe des amis de victor hugo

    societe amis victor hugo

    PAR BERNARD VASSOR De gauche à droite, Arnaud Laster, professeur d'université, Danièle Gasciglia-Laster, auteur, metteur en scène de théâtre et le nouveau... Lire la suite

    Par  Bernard Vassor
    CULTURE, HISTOIRE

A propos de l’auteur


Cebeji 2635 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog