Magazine

Sunshine

Publié le 16 mars 2008 par Dst

sunshine.jpgTitre : sunshine

réalisateur : danny boyle

genre : enfin de la vrai Sf

année : 2007

note : 9,5/10

peut on faire aujourd’hui de la SF de la vrai, sans monstre, ET ou phénomène paranormal? et tout ceci sans s’embêter et en étant réaliste et intelligent. en clair est ce que la SF réaliste existe encore, voire a-t-elle déjà seulement exister ?

danny boyle apporte sa pièce à la grande oeuvre de la SF en faisant un film a contre pied total à ce qui se fait de nos jours.

a-t-il réussit?

sunshine1.jpg

2001, solaris, alien, tous sont des chef d’oeuvre de la SF. Mais même dans 2001 (considéré comme ultra réaliste à son époque), il y avait une chose mystique. la pari de danny boyle est de faire un film de SF ultra réaliste partant d’un postulat un point moins mais sans aucune interférence étrangère du type force mystique dieu ou alien. et bien-sur en restant suffisamment intéressant.

Pour réussir se parie, Boyle fait appel au scénariste Alex Garland. et ce choix n’est pas anecdotique. en effet, ce dernier avait déjà écrit le scénario du génial 28 jours plus tard, film qui dépoussiéré le film de zombie et désormais classique du genre.

au final cela nous donne un film à la tram classique, mais vidé de toute substance superflue, permettant d’aller à l’essentiel et d’éviter trop de longueur inhérente au genre. cela permet aussi une chose importante. les personnages ne sont pas déjà construit autour d’une psychologie montré dès le début, ils se construisent au fonction de leur acte. ils ne sont pas figé et par conséquence caricaturaux. ils évoluent et notre vision des personnages évolue elle aussi tout au long du film.

sunshine-8.jpg

 le postulat de départ, le soleil meurt et si on fait rien on mourra avec, est une base de travail qui permet d’avoir un scénario catastrophe idéal pour ce genre de film. mais attention, nous ne somme pas face à un nouveau armageddon, le film étant ici tout à fait non optimiste et on sent bien qu’au final cette mission est plutôt une mission de suicide.Le scénario permet à boyle de développer une réflexion sur l’humanité. d’ailleurs plus sa filmographie avance et plus on s’aperçoit qu’à travers ses oeuvres c’est avant tout ce point qui interesse boyle. même 28 jours plus tard aborde une thématique identique et une vision bien particulière de l’homme et de ses codes moral. mais ici, le réalisateur s’attarde plus sur le caractère suicidaire de l’homme.  l’équipage permet de recréer un véritable microcosme de la société humaine et de ses tendance suicidaire. l’homme comme dans 28 jours plus tard est autodestructeur. c’est dans sa nature et c’est ce qui conduit à sa perte. (ici c’est la mission qui est conduit à sa perte.l’autre idée intéressante du film est ce que représente le soleil.  le Soleil à l’origine de toute vie et ici il sera assimilé a dieu. tout les astronautes seront subjugué par sa beauté et sa force. il a créer et dans sa mort, il détruit. l’homme par sa technologie est en train de tuer sa planète mais il peut sauver le soleil et donc eux grâce à elle. et dès ce moment là, la nature et la technologie fusionne pour devenir qu’une seule et même entité qui peut sauver la planète.  

Avec autant de thématique aussi forte, il fallait une réalisation parfaite pour réussir un chef d’oeuvre. et là dessus rien à dire. Danny boyle réussit la parfaite mise en scène. sauf à la fin. dans la dernière partie, la caméra s’excite et tout devient moins limpide. l’action saccade devient flou (sûrement pour renforcer le coté mystique ou éviter une interdiction trop importante pour l’horreur du dernier personnage). et ce n’est que le rythme soutenu qui pour permet de rester accroché. par contre la photographie est parfaite jouant a merveille sur le contraste entre l’obscurité et la lumière.

sunshine2.jpg

je finirais par les acteur. ici boyle retrouve cillian murphy (acteur principal de 28 jours plus tard -encore-) et chris evans (la torche humaine dans les 4 fantastiques). et force est de reconnaître que le réalisateur est un très grand directeur d’acteur car tous les acteurs jouent bien et murphy est charismatique à souhait.

par sa mise en scène, ses thèmes abordé et le plaisir de revoir de la vrai SF, sunshine se révèle être l’un des meilleurs films du réalisateur et l’un des meilleurs du genre.

A voir absolument!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Share This


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dst Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte