Magazine Société

Tout le monde en parle: Girl model, Rachel Blais, l’industrie de la mode et l’anorexie.

Publié le 01 mai 2012 par Raymond Viger

Le documentaire Girl model dénonce l’industrie de la mode

La mannequin Rachel Blais en guerre

Après avoir été mannequin, Rachel Blais dénonce les abus de l’industrie de la mode envers de jeunes adolescentes. Provenant de Sibérie, des États-Unis et même du Québec, de filles de 13 ans se retrouvent avec des tournées interminables, des régimes et des entraînements d’enfer. Est-ce la vie que vous voudriez pour votre fille?

Raymond Viger  Dossiers Anorexie, Hypersexualisation, Tout le monde en parle

Plusieurs ont dénoncé les abus qui existe dans l’industrie de la mode. Souvenons-nous de Léa Clermont-Dion qui avait réussi à pousser la ministre Christine St-Pierre a adopté la Charte québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée. Nous avons maintenant la mannequin Rachel Blais qui part en guerre contre l’industrie de la mode.

En ayant fait partie de ce monde cruel qu’est l’industrie de la mode, la mannequin Rachel Blais est bien placée pour nous en parler. Elle dénonce les chasseurs de mannequins qui touchent 10% à vie des salaires que les mannequins vont recevoir. Des chasseurs de mannequins qui incitent des jeunes filles de 13 ans à tout abandonner pour faire carrière comme mannequin. Ces chasseurs de mannequins sont motivés par les 10% qu’ils percevront. Ce n’est pas la santé et le bel avenir des mannequins qui les motivent et les stimulent.

Escorte à 13 ans

Rachel Blais va loin dans ses accusations envers l’industrie de la mode et des mannequins. Pour manger, de jeunes mannequins de 13 ans deviennent escorte, souvent sans même le savoir. Certaines feront de la prostitution. Et les agences de mannequins, grosses et petites, se ferment les yeux sur ces abus et cette violence faites sur de jeunes enfants. La prostitution pour de jeunes filles de 13 ans tombe dans le monde de la pédophilie pur et simple.

Convention de mannequins

Rachel Blais nous met en garde contre les conventions de mannequins. À prix fort, des recruteurs de mannequins vous font défiler dans une convention bidon vous faisant miroiter des contrats potentiels. Certains peuvent vous charger plusieurs milliers de dollars pour participer à une telle convention de mannequin. La valeur réelle n’est que de 500$!

Ce sont les mêmes recruteurs qui expliquent aux jeunes mannequins comment mentir aux douanes pour pouvoir passer sans problème.

Faire souffrir un enfant de 13 ans

Est-ce acceptable qu’une jeune fille de 13 ans soient poussée vers des régimes sévères, un entraînement d’enfer, d’interminables tournées, des journées de travail que peu de gens pourraient supporter…? À 13 ans, le corps d’un enfant est encore en plein développement. Il ne devrait pas être constamment confronté à la pesée et au ruban à mesurer.

Est-ce acceptable qu’on isole de jeunes filles de 13 ans, loin de leurs familles et de leurs proches pour qu’elles retrouvent comme escortes?

Où sont nos lois contre la pédophilie, contre le travail abusif des jeunes enfants, contre les entreprises qui abusent de ceux-ci? Qui va prendre ses responsabilités pour faire respecter ces lois et pourvoir aux bien-être de nos jeunes?

Et ces enfants proviennent de partout à travers le monde, autant de Sibérie, des États-Unis que du Québec.

Pour dénoncer ces abus la mannequin Rachel Blais a participé l’automne dernier au documentaire Girl model qui dénonce l’industrie de la mode. Un documentaire signé David Rodman et Ashley Sabin. Rachel Blais a été l’invité de Guy A. Lepage à l’émission Tout le monde en parle dimanche le 8 avril. Journée de Pâques pour tout le monde… sauf pour les mannequins qui doivent se priver.

Bande annonce du documentaire Girl model avec Rachel Blais


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte