Magazine Médias

Desperate Housewives [8x 20]

Publié le 07 mai 2012 par Lulla

dnes_season4_dh_gaby_miniba

Lost My Power // 8 020 000 tlsp.

61039229_bis

 

vlcsnap_2012_05_05_22h43m42s228
 
vlcsnap_2012_05_05_22h44m30s196

   Il est temps (depuis longtemps) que Desperate Housewives s'arrête. Face à un épisode aussi peu consistant et redondant à tous les niveaux, je traîne franchement des pieds à l'idée d'en écrire une critique. Quel nouveau reproche pourrais-je faire à la série ? Ce sont toujours les mêmes depuis 4-5 ans et jamais rien ne change. Plus qu'un épisode classique et ce sera le "grand" final de deux heures. A ce stade, on ne sait vraiment pas ce que l'on nous réserve, si ce n'est que le mariage de Renee pourrait servir de toile de fond, en parallèle du procès de Bree. A ce sujet, je trouve la suspecte un peu trop confiante. Elle ne semble pas tellement effrayée à l'idée de croupir en prison. Pourtant, le risque existe, quoiqu'en dise son nouvel avocat. Il ressort encore une belle alchimie entre Marcia Cross et Scott Bakula, notamment quand ce dernier passe aux aveux au sujet de ses hontes sexuelles. Malheureusement, lorsque c'est au tour de Bree de confier ses secrets, la caméra s'éloigne et on passe à autre chose. Bien sûr, on connaissait le contenu de la conversation mais on passe à coté d'une scène qui aurait probablement été mille fois plus intéressante que toutes les autres, toutes intrigues confondues. Bref, Bree doit se contenter en cette fin de série d'une histoire plus prévisible que jamais mais qui reste néanmoins la plus passionnante du lot, la seule à vrai dire.

   Les scènes de Renee et son Australien sont évidemment liées au procès puisque ce dernier est invité à comparaître devant la Cour et sa future femme ne comprend pas pourquoi. Cette storyline est assez humiliante pour elle qui n'est pas du genre à se faire embobiner d'habitude. Elle baisse sa garde lorsqu'il lui fait les yeux doux, et on se demande vraiment ce qu'elle lui trouve par ailleurs. Il n'a ni humour, ni charme. Tout juste de gros bras. Un des plus gros ratés de la saison aura été l'introduction de ce personnage. Je suppose que les auteurs s'en débarrasseront d'une manière ou d'une autre (mort, prison...) dans le final et qu'il n'y aura pas de happy ending pour Renee. Il y en aura forcément une pour Gaby et Carlos en revanche, étant donné que leurs querelles du moment n'ont rien de grave. Enfin, dans la vraie vie, elles en auraient mais on parle des Solis... Ils ne changeront jamais et surtout pas Gaby. Ils passeront d'une dispute à l'autre toute leur vie. C'est comme cela que leur couple fonctionne. J'ai quand même trouvé l'attitude de Gabrielle particulièrement détestable cette fois-ci. Heureusement que Doris Roberts était là pour égayer l'ensemble. Elle aurait pu être mieux utilisée que ça mais on s'en contentera. Sinon, l'intrigue en elle-même était similaire à celle de l'épisode précédent, et à celle de l'épisode encore d'avant. Pffffff....

   On en vient à Lynette, qui n'a toujours pas fait le deuil de sa relation avec Tom et qui passe à la vitesse supérieure pour le récupérer quitte à ce que ça devienne franchement ugly. Jane est devenue LA personne à abattre et je ne peux pas m'empêcher de ressentir de la pitié pour elle. Les scénaristes se gardent bien d'accentuer cet aspect de l'histoire en l'effaçant bien comme il faut pour éviter de faire passer Lynette pour une ordure finie. D'ailleurs, dans cet épisode, c'est le patron de Tom qui prend dans tous les sens. C'est visiblement un sociopathe. Le retournement de situation, qui se voyait venir de loin, a le mérite de nous offrir quelque chose d'un peu différent de d'habitude. Mais qui peut croire que Tom va partir pout l'Inde ? Personne ! Si proche de la fin de la série, les cliffhangers sont tous plus inefficaces les uns que les autres. Le pire est donc à craindre pour le final, surtout quand on devine comment vont terminer un personnage sur deux. Enfin que dis-je... Il n'y a que le sort de Bree qui est en suspens. Peu de questions se posent pour les autres. D'une façon ou d'une autre, elles finiront heureuses et égales à elles-même. Même Susan.

   Mike n'est plus et ce sera le grand drame de sa vie mais elle saura se réinventer grâce à son nouveau rôle de grand-mère. L'occasion de refaire tout un tas de bêtises et de gaffes (que nous ne verrons pas, Dieu nous en protége !). En attendant, elle est la mère de M.J. et elle l'aide à affronter le deuil de son père avec l'aide des hommes de Wisteria Lane. C'était mignon. Sauf quand M.J. s'est transformé en gamin maléfique le temps de quelques secondes. Et sauf quand Susan a tenté de le tuer en construisant une voiture en carton uniquement soudée par de vulgaires bouts de scotch. Pour une femme qui a été maîtresse d'école quelques temps, c'est plus qu'inquiétant ! Mais passons... Un truc m'a dérangé mais j'ai bien conscience que je fais un procès aux auteurs qui n'a peut-être pas lieu d'être : donner l'impression qu'un petit garçon ne peut pas grandir de manière équilibrée sans une forte présence masculine dans sa vie, c'est très rétrograde à mon sens. Pas forcément faux d'ailleurs, mais présenté de cette façon et quand on connaît les relans républicains dont Desperate Housewives est souvent assaillie, ça fait peur. 

vlcsnap_2012_05_05_22h43m56s113
 
vlcsnap_2012_05_05_22h42m41s128

// Bilan // Sans vouloir être alarmiste, je ne vois pas comment, à ce stade, l'équipe de Desperate Housewives pourrait nous offrir un bon (et non prévisible) Series Finale vu les intrigues développées à deux épisodes du moment fatidique. On s'ennuie... 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte