Magazine Poésie

Haïku de Matsuo Bashô

Par Unpeudetao

Devant l’éclair,
sublime est celui
qui ne sait rien !

Bashô (Matsuo Bashô), 1644-1694 (son ermitage possédant un bananier, bashô, c’est sous ce pseudonyme qu’il devint célèbre).
* Matsuo Bashô, adepte du zen lui-même, joue sur le double sens du verbe satoru : « comprendre » et « réaliser » au sens du plus haut achèvement (éveil, satort).
Selon un de ces paradoxes chers au zen, celui qui ne sait rien possède la vraie connaissance.

*****************************************************


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine