Magazine

Dans les salles du cinéma

Publié le 08 mai 2012 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Envoyer l'article par mail Envoyer l'article par mail    Lire sur fond blanc ou imprimer Lire sur fond blanc ou imprimer    + +...Taille du texte...- - + +...Taille du texte...- -    Dans les salles du cinéma    Partager Partager

Dans les salles du cinéma

08/05/2012

Le film libanais "Tannoura Maxi" (Talons d’amour et de guerre) de Joe Bou Eid a récemment été lancé dans les différentes salles de cinéma partout AU Liban. Le Podcast Journal vous apporte un aperçu aussi objectif que possible sur ce qu’on a vu et entendu durant l’avant-première, avec un diaporama de photos des stars du cinéma et de la télévision à la fin de l’article.


Une autre façon de voir! Photo (C) Ibrahim Chalhoub Une autre façon de voir! Photo (C) Ibrahim Chalhoub

podcast_tannoura_maxi.mp3 Podcast_Tannoura_Maxi.mp3  (285.32 Ko)

Quatre cent vingt invités ont rempli la salle du Cinemacity à Beyrouth le mercredi 2 mai 2012. Ils sont venus voir le premier film de Joe Bou Eid "Talons d’amour et de guerre" un jour avant son lancement. Sur le tapis rouge, la mère de Joe et les comédiens ont posé pour les photos. Oui, la maman! La dame était au centre de l’évènement car l’histoire du film tourne autour d’elle dans sa relation avec le jeune homme qui a laissé le monde du clergé pour continuer sa vie avec elle et engendrer le directeur du film. Mr. Bou Eid, le père, était aussi présent mais il a préféré rester loin des flashs des appareils photo, fumant sa cigarette et socialisant avec ceux qui le connaissent.

Quand les lumières furent éteintes, le jeune réalisateur a remercié les spectateurs et les a préparé au déroulement du film puis ce fut le silence total dans la salle pendant presque une heure et demi. Le premier instant était captivant: la photo, les couleurs, la musique, et encore le silence qui jouait un rôle essentiel de dedans aussi bien que de dehors. Les visages incapables de parler subissaient, à plusieurs reprises, les commentaires du narrateur qui tenaient sur leurs caractères et comportements. Ces visages et le rapprochement de la caméra en gros plans nous rappellent un genre de films espagnols en noir et blanc dans lesquels la danse flamenco régissait la plupart du temps. En parlant du temps, il nous a paru, presqu'à la soixante dix neuvième minutes, que certains spectateurs ont commencé à sentir que c’était le meilleur moment d’annoncer la fin. Peut-être certaines scènes devaient être un peu raccourcies.

D’autre part, et dans son approche pleine de vie qui nous rappelle l’importance du cinéma, le film fait un zoom sur une scène imaginaire dans laquelle les désirs de la femme se personnifient en danseurs, hommes et femmes, de flamenco. La guerre incessante entre les différentes pulsions, le moi et le ça, la souffrance et le plaisir, accompagne l’histoire de la guerre libanaise durant les années quatre vingt qui forme l’environnement général du scénario.
Il faut noter que le film est en arabe, utilisant le dialecte libanais avec des sous-titres en anglais.

Ne se réclamant pas expert dans la critique du septième art, on pourrait dire que c’est un nouveau genre de film libanais qui a des points forts et d’autres qui sont faibles. Reste à vous d’y apporter vos commentaires!
Autres articles avec des tags similaires
Musique "Jazz Club" par Kriss
Dans les salles du cinéma Voir la carte
Dans les salles du cinéma Par Ibrahim Chalhoub - 07/05/2012
Fuzz Digg Del.icio.us Blogmemes Tape-moi Nuouz Blinklist Furl Reddit Smarking Newsvine Pioche Spurl Y! Simpy Wists Blinkbits Co.mments Connotea Blogmarks Del.irio.us Technorati Meneame Facebook Google MySpace Twitter LinkedIn Viadeo Scoopeo WikioEs
Ajouter aux favorisAjouter aux favoris
Tags : Beyrouth, cinéma, commentaires, film, Joe Bou Eid, Liban, photo, Podcast Journal, Tannoura Maxi

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 107299 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossier Paperblog