Magazine Bourse

L'indécision profite à Wall Street, politique européenne en ligne de mire.

Publié le 08 mai 2012 par Boursomax
Par Patrick Abbal L'indécision profite à Wall Street, politique européenne en ligne de mire. Les indices US ont bien rebondit en fin de séance ce soir, ce qui leur permet de rattraper une partie des pertes de la séance. Le DowJones ne perd que 0,6% à 12932 points, quand au S&P500 et au NASDAQ ils ne reculent respectivement que de 0,43% et 0,39%. Les investisseurs ont apparemment beaucoup de mal à encaisser les changements politiques en Europe avec d'une part la Grèce qui se retrouve dans un flou artistique à la suite d'élections législatives compliquées rejetant l'austérité imposée par Bruxelles, et la France qui relance l'idée de croissance encouragée par d'autres pays membres de la Zone Euro. 
L'indécision demeure toujours au sein de la planète finance, c'est alors qu’une question se pose : La lutte contre l'austérité relève t-elle du génie ou de la folie ?
Il s'agit là d'une question que l'Europe tente d'éviter depuis le début de la crise en prenant des mesures dites "pansement", mais la situation actuelle requière une réponse rapide. Il y a deux écoles politiquement opposées qui proposent des arguments très différents pour favoriser la reprise économique : d'un côté nous avons les partisans de la relance par l'investissement public, et de l'autre côté les partisans de la dérèglementation et de l'ultralibéralisme.

Quel choix entre Charybde et Scylla ? (Coup du sort ce sont des personnages de la mythologie grecque)

La relance par l'investissement coûte cher, car dans l'état actuel des choses il faudra que les pays empruntent pour financer ces investissements, ce qui au final se traduit par une croissance réelle faible ou nulle lorsque l'on fait le ratio dette/PIB, nous pouvons même parler de croissance artificielle car cela s'apparente à une mesure de type LTRO ou Quantitative Easing qui pour le moment font un flop monumental.
Les ultralibéraux européens militent eux pour un assouplissement des règles du marché du travail et de la fiscalité, ce qui leur permettrait avoir plus de flexibilité sur l'embauche et les licenciements. Les dérives issues de ce système sont bien connues, car c'est de cette politique que découle la crise des subprimes. Elle reste cependant la moins coûteuse à mettre en place et à des effets très rapides.

Ce soir Wall Street privilégierait la deuxième option en raison peut-être de la position de force qu'occupe l'Allemagne en Europe et qui s'oppose fermement à l'augmentation des déficits et des dettes. La prochaine échéance qui permettra certainement plus de visibilité sur l'avenir économique mondial est fixée au 23 Mai avec le sommet européen qui trouvera peut-être la solution entre austérité et croissance.

Inscrivez vous à la newsletter : www.boursomax.com

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Boursomax 218 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines