Magazine Santé

BISPHÉNOL A: Glandes mammaires altérées chez des singes exposés in utero – PNAS

Publié le 12 mai 2012 par Santelog @santelog

Les chercheurs américains n'abandonneront pas le « combat » contre le Bisphénol A (BPA) en dépit de l'avis récent de l'US Food and Drug Administration (FDA) de ne pas interdire le BPA dans les contenants alimentaires. Cette nouvelle étude, publiée dans l'édition du 7 mai des Comptes-rendus de l'Académie des Sciences américaine (PNAS), met en évidence les effets du BPA sur les glandes mammaires de singe et ajoute aux données, certes animales, mais sur un modèle "proche" de l'Homme, qui appellent à une décision d'interdiction. 


Cette équipe de chercheurs de la Washington State University, de la Tufts et de l'Université de Californie est déjà connue comme composés d'experts de la substance chimique, Ana Soto, Carlos Sonnenschein et Catherine VandeVoort. Leur dernière étude conclut que l'exposition du fœtus de primate au BPA a des effets délétères sur la glande mammaire. Bien que menée sur l'animal, l'étude ajoute à la preuve que le BPA puisse entraîner des problèmes de santé chez les humains et en particulier augmenter le risque de cancer du sein.


BISPHÉNOL A: Glandes mammaires altérées chez des singes exposés in utero – PNAS
«Des études antérieures chez la souris ont démontré que de faibles doses de BPA modifient la glande mammaire en développement et que ces changements augmentent le risque de cancer chez l'adulte», explique Patricia Hunt, généticienne à la Washington State University of Molecular Biosciences. « Certains remettent en question la pertinence, pour l'Homme, de ces résultats obtenus chez la souris. Mais aboutir au même résultat sur un modèle primate renforce l'association possible chez l'homme. »


Des glandes mammaires au développement altéré: Les chercheurs ont comparé la structure des glandes mammaires de nouveau-nés primates exposées in utero et non exposées au BPA. Les femelles singes enceintes ont reçu un morceau de fruit contenant une petite quantité de BPA chaque jour au cours de leur gestation jusqu'à obtenir une concentration sanguine de BPA comparable à celle présente chez de nombreux Américains (Voir histogramme ci-contre). Les chercheurs constatent qu'à la naissance, la densité des bourgeons mammaires est significativement augmentée chez les singes exposés au BPA, et le développement global de la glande mammaire est plus avancé par rapport à des singes non exposés. Des études précédentes par la même équipe ont montré que l'exposition à des rongeurs de petites quantités de BPA peut altérer le développement des glandes mammaires et conduire à des lésions précancéreuses et cancéreuses lorsque les animaux exposés in utero atteignent l'âge adulte.


Les chercheurs expliquent que les primates sont un modèle plus fiable qui permet de suggérer que l'exposition au BPA perturbe l'activité œstrogénique chez les mammifères. «Cette étude conforte l'association entre exposition du fœtus au BPA et altérations du développement des glandes mammaires et augmentation du risque de cancer mammaire plus tard dans la vie ».


Source: PNAS published ahead of print May 7, 2012, doi:10.1073/pnas.1120488109 Bisphenol A alters the development of the rhesus monkey mammary gland (Schéma Inserm- Rapport préliminaire BPA-2 juin 2010)


Accéder aux dernières actualités sur le BPA


Lire aussi : BISPHÉNOL A: Les Etats-Unis choisissent de ne pas l'interdire


BISPHÉNOL A et DISTILBÈNE : L'exposition prénatale augmente le risque de cancer du sein


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 70620 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine