Magazine Poésie

Fable de Georges Duhamel : L’Abeille et l’Araignée

Par Unpeudetao

L’araignée au ventre blanc, au ventre rond comme une perle, dînait d’une innocente abeille. La terrible bête, à vrai dire, ne dévorait pas sa proie : elle l’avait saisie par la tête et sans doute paralysée. Elle avait l’air de la boire, d’en pomper toute la substance à longs traits voluptueux.
Je me sentis d’abord sur le point de faire comme Robinson, qui canarde les cannibales pour les empêcher de se tuer entre eux. « Misérable ! » dis-je à l’araignée.
« Comment as-tu l’audace de t’abandonner sous mes yeux à cette passion dégoûtante ? » « Mon cher monsieur », répondit l’araignée au ventre de perle, « il y a déjà dix minutes que la servante a sonné pour vous appeler à table. Votre gigot sera froid. »
Comme je m’éloignais, déconfit, la bête se prit à rire. Elle criait, l’accent goguenard :
« Va donc ! mangeur de grenouilles ! Mangeur de bêtes répugnantes ! Pouah ! Le vilain ! »

Georges Duhamel (1884-1966).

*****************************************************


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine