Magazine Société

Le fln s'etale, j'ai rien, pleure djaballah

Publié le 13 mai 2012 par Fabianus
LE FLN S'ETALE, J'AI RIEN, PLEURE DJABALLAH
Le 10 mai on votait aussi en Algérie pour trouver une majorité au Parlement. Les élections législatives auront produit une réplique du scrutin de 2007 : le Front de Libération Nationale (FLN) qui domine la scène politique depuis l’indépendance (1962) a glané 220 sièges sur 462. En seconde position vient le Rassemblement National Démocratique (RND) avec 68 sièges.
L'Alliance verte, coalition électorale de trois partis islamistes, n'arrive qu'en troisième position, avec seulement 48 députés.
Il semblerait que l’ancienne colonie française reste insensible au vent de changement insufflé par les printemps arabes avec ses cortèges de barbus pressés de prendre le pouvoir.
Contrairement à ce qui se passe au Maroc ou en Egypte les partis islamistes ont été hors course. Certains s’en prennent à l’abstention. D’autres, comme Abdallah Djaballah, président fondateur du parti radical islamiste Front de la Justice et du Développement (FJD) dénoncent des fraudes massives et menacent le pays d’une révolution !!
Il ne faudrait pas en arriver là car le pays semble paisible et veut oublier les horreurs des années 1990 durant lesquelles le FIS (Front Islamique du Salut) se spécialisait dans les tueries en tous genres. La rente pétrolière, bien répartie, a permis d’accroître le revenu de chaque habitant. Tout irait pour le mieux sans le chômage qui frappe la jeunesse (21,5%) et qui pourrait donner de la résonnance au printemps arabe islamisé !
Le vieux Bouteflika, Président ubuesquement reconduit, saura-t-il maintenir longtemps l’oasis de fausse quiétude ?
Revisiter la chanson de Serge Lama permet le voyage dans cette nouvelle Algérie…
Dans les urnes ronronnent les mêmes opinions
A peu de choses près hormis les vieux chardons
Ces piquants islamistes qui ravivent l’écho
Des années ou le FIS vous étrillait la peau.
L'Algérie
Fatiguée des brisures
Evite l’aventure
Dont elle ne voudrait pas
L'Algérie
Du désert à Blida
A voté FLN en pleurant Ben Bella
Le scrutin n’a laissé que des miettes
Au clan des trois partis
Les alliés verts ont rude banquette
Ils y sont mal assis
L'Algérie
Dans sa démocratie
Craint  la théocratie
L'Algérie
Ce n’est pas un pays qui prend le sirocco
Coranique voisin pour changer de drapeau
Alger voit soulagée, s'éloigner, s’éloigner
Les rayons inquiétants d’un croissant révolté



L'Algérie
Sous l’impavide azur
Garde ses conjonctures
Et son Bouteflika
L'Algérie
Du désert à Blida
A voté FLN en pleurant  Ben Bella
Le pétrole a su choyer les êtres
En rémunérateur
Et  remplit de son mieux les assiettes
Pour éviter l’aigreur
L'Algérie
En  son économie
Répartit les profits
L'Algérie
Evian et ses accords tissent les souvenirs
Mais le soleil adjure de peindre l’avenir
Loin du poids religieux qui ouvrent les prisons

Alger choisit la voie du paisible horizon
L'Algérie
Tournée vers son futur
Ferme les devantures
Des partisans d’Allah
L'Algérie
Du désert à Blida
A faussé les scrutins s’indigne Djaballah !
Si l’abstention rhabille l'histoire
Du mécontentement
D’aucuns se couronneraient de gloire
En tout embrasement


Algérie
Puissent tous tes fusils
Demeurer dans l’oubli
Algérie !!!

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fabianus 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine