Magazine Humeur

Notule : les gros mensonges de Maryse Joissains… suite et sans doute pas fin !

Publié le 14 mai 2012 par Kamizole

J’exprimai dernièrement les plus gros doutes quand elle affirma dans une interview donnée à La Provence dont le titre lui-même donnait la mesure du personnage Maryse Joissains : "Ce type d'élection se passe dans les républiques bananières" (10 mai 2012) que « la carrière de mon mari a été cassée à cause du procureur de la République de l'époque - socialiste et aux ordres du pouvoir, comme chacun sait - qui s'était opposé à sa réinscription au barreau alors qu'il a obtenu satisfaction devant la commission de révision ».

Or, j’avais précisément lu sur sa fiche Wikipedia que Maryse Joissains s’était battue sans succès pour obtenir la révision du procès de son mari qui l’a condamné à deux ans de prison avec sursis pour « recel d’abus de biens sociaux »… Rappelons qu’il avait financé avec l’argent de la commune d’Aix-en-Provence une partie des travaux de construction de la maison de ses beaux-parents. « Cela pose un homme, comme être de garenne pour un lapin » (Alphonse Allais).

Ses interviews et autres déclarations étant truffées de mensonges plus énormes les uns que les autres, je voulus bien évidemment en savoir davantage. Aussi obstinée que d’habitude et jamais avare de mon temps - à l’inverse de l’adage « il n’est pas de l’argent » et à défaut de gagner derche avec ma microscopique retraite je peux le dépenser sans compter - je partis donc en quête de renseignements sur Google. Ma recherche patiente - et Dieu sait que dans la vie courante la patience n’est pas chez moi qualité première ! - fut longtemps infructueuse quels que fussent les mots clefs entrés. Quand les titres se référaient à Maryse Joissains, ce n’était même pas la peine de les ouvrir car selon l’extrait en sous-titre, il faisaient référence à ses dernières déclarations.

Mais au tout au tréfonds des articles, bingo ! J’atterris sur un blog dont je sus immédiatement que j’y trouverais ce que je cherchais : Le blog de Lucien-Alexandre Castronovo, citoyen d’Aix-en-Provence. Comme le renseignement ne figurait pas expressément sur l‘article, j’envoyai un courriel à son auteur pour lui demander si la révision du procès ou une réhabilitation avaient eu lieu.

Sa réponse ne se fit pas attendre. Je vous la cite in extenso :

« Comme vous faites bien de vous interroger sur les déclarations à la serpe de "Marine" Joissains !

Concernant le point sur Alain Joissains, il n'a jamais été réhabilité. Comment aurait-il pu l'être après sa condamnation définitive en cassation qui l'a en outre fait radier du barreau et privé quelques temps de ses droits civiques.

"Marine" Joissains pose toujours sa famille en victime, contre les faits avérés. C'est une mystificatrice de première !

Sur Wikipédia : il est dit qu'Alain Joissains "prend sa retraite, conséquence de l'annulation de son contrat par le tribunal administratif de Marseille pour rémunération excessive". Ce n'est pas exact. Il a pris sa retraite car il avait atteint la limite d'âge (65 ans) en 2008.

Quant à son contrat d'embauche signé de la main de "Marine" Joissains, si j'ai gagné la partie au Tribunal administratif, dans un second temps, la Cour d'appel a annulé la décision du TA. J'ai déposé une requête au Conseil d'Etat qui en a accepté la recevabilité. Je suis maintenant en attente de l'arrêt. Vous trouverez tous ces détails sur mon blog à la rubrique "Mes pastissons" (colonne de droite) et un florilège d'autres infos dans d'autres rubriques.

Il ajoutait qu’il me lisait régulièrement, ce qui me fit évidemment bien plaisir… Contrairement à cette Magaraude, je suis franche du collier et je ne me suis jamais cachée derrière une modestie qui ne serait que pure façade : trouvez-moi une seule personne qui écrive publiquement et ne souhaitât pas être lue !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte