Magazine Photos

Comme je l’ai déjà écrit, mes concerts préférés sont ceux...

Par Maaarine
Comme je l’ai déjà écrit, mes concerts préférés sont ceux...

Comme je l’ai déjà écrit, mes concerts préférés sont ceux qui me font rire. Alors qu’Elbow représentent un investissement très sûr, le meilleur plan est d’aller voir Neil Hannon, le chanteur de The Divine Comedy qui se produit maintenant en solo.

Neil est tellement mauvais qu’il en est excellent. Dès la deuxième chanson il oublie les paroles, s’arrête de jouer sous le coup d’un “oh fuck!”, et implore le public de lui rafraîchir la mémoire (public qui s’empresse de hurler les pires conneries, bien entendu). Au lieu de faire un petit effort sur une note aigüe, il souffle: “no, too many cigarettes for that”. Avant un certain morceau, il avoue: “I never play that one because it’s too hard, but I’m going to play it anyway, I don’t care”. 

Je pense qu’à un moment de sa vie il a cessé d’en avoir quoi que ce soit à foutre et s’est rendu compte que ça amusait les gens. Je me demande s’il est “sincèrement mauvais” ou s’il exagère ses difficultés pour égayer l’atmosphère.

Sa performance me rappelle celle de (l’humoriste irlandais génial qui oublie aussi souvent son texte) Dylan Moran: sous ses vidéos Youtube, beaucoup de commentateurs semblent persuadés qu’il est saoul en permanence sur scène, alors que cela crève les mes yeux qu’il ne fait que jouer un rôle, celui de l’homme colérique alcoolique. Neil joue probablement celui de l’homme tête en l’air.

J’ai appris dans une interview qu’il est fan de Jacques Brel, et aucun de mes sourcils ne s’est haussé vu le peu de surprise que cette information a suscité en moi. Ses chansons pleines d’observations pertinentes et humoristiques sont les descendantes directes de notre grand Jacques national. D’ailleurs, les concerts de Neil Hannon sont les seuls où le public se marre en écoutant les paroles (et en voyant la bête tête qui les chante). Le morceau inspiré par la crise financière est toujours un succès: “So I caused the second great depression, what can I say? I guess I got a bit carried away”.

Je me rends bien compte que ce billet semble être une énième divagation de ma part. Là où je veux en venir c’est que les concerts/représentations “parfaites” sont ennuyeuses. L’interaction avec le public et les imprévus sont ce qui rendent l’événement intéressant et mémorable. Bien sûr ce n’est que mon humble opinion, je connais des gens bizarres qui n’aiment pas quand la foule chante pendant un concert. Je suppose que ce sont ces mêmes gens qui n’aiment pas le chocolat, les petits chats, et Wannabe des Spice Girls. Ils disent non à la notion du bonheur.

Le Soir


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Maaarine 106 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines