Magazine Cinéma

CINEMA: BISFF 2012 #04, une question de regard/the act of looking

Par Bullesdeculture @bullesdeculture
CINEMA: BISFF 2012 #04, une question de regard/the act of looking
Le festival fini, suite de nos retours sur les trois sections de la programmation.
The festival finished, here is our next post about the three sections of it.More in English >>
Présenté en section Compétition n°4, "The Beholders" de Park Seok-jae est un film brutal raconté uniquement via des images de caméras de surveillance, occasionnellement présentées en split-screen. Impuissants, on y voit le passage à tabac et l'humiliation répétés d'une jeune fille par ses camarades de classe. Quand ils ont fini de la frapper, ses camarades se marrent tandis qu'ils la font s'habiller comme une fille de joie et la forcent à se prostituer. La sécheresse objective de la mise en scène révèlent la cruauté des uns, la souffrance des autres et l'indifférence des certains. Les âmes de tous. L'absence totale de son impose la concentration sur ce qu'on voit, amplifiant notre empathie pour la jeune victime dont la vie semble être la répétition d'une violence banale sans raison, sans objet et surtout sans but.
Un passage en particulier provoque une émotion et un suspense insoutenables : alors que la jeune fille s'enfuit et que le groupe la poursuit dans la rue, un split-screen présente des rues en courbes, formant une sorte de cercle. Passant d'un écran à l'autre, la jeune fille tourne alors littéralement en rond, et l'on sent que son calvaire est sans échappatoire. Elle se laisse rattraper à un endroit où elle sait qu'il y a une caméra de surveillance. Ils la tabassent, ignorant qu'ils sont filmés. C'est alors leur violence à eux, mais son piège à elle. Pourtant, le lendemain matin, elle voit une femme de ménage nettoyer les traces de sang sans s'en inquiéter. La femme de ménage partie, la fillette laisse éclater sa rage et donne un grand coup de pied dans une voiture. Le son surgit alors, la salle entière sursaute et c'est comme une claque en plein visage. La fillette s'approche de la caméra de sécurité et la (nous) fixe intensément. Et l'on se demande alors à quoi bon en placer partout dans nos villes si personne ne réagit à l'horreur souterraine qu'elles filment. En fait, quelqu'un les regarde-t-il seulement ?
Les autres films de la section Compétition n°4 étaient :
CINEMA: BISFF 2012 #04, une question de regard/the act of looking"Cold January" (Romany Saad) : Pour combler le trou béant laissé par la porte d'entrée que son mari a vendu avant de les abandonner, une mère utilise un panneau sur lequel un portrait de Mubarak est collé à l'envers. Dès le début, le réalisateur nous fait comprendre de quel côté de la révolution arabe il se situe, et le reste du film le revendique même très frontalement. Pour gagner sa vie et pouvoir nourrir ses deux enfants, la jeune mère vend des drapeaux aux révolutionnaires. La comparaison entre la petite famille et le pays, qui luttent tous deux pour remplacer leurs pères, retransmet avec passion la ferveur d'un peuple avide de changements en même temps que les individus filmés se font les porte-voix du réalisateur. Les questions finales, posées en voix-off par les enfants, traduisent les attentes du peuple, et l'on souhaite sincèrement qu'elles seront entendues.
CINEMA: BISFF 2012 #04, une question de regard/the act of looking"Antique Camera" (Chung Hae-il) : un couple se sépare. Elle vient chercher les affaires qu'elle a laissées au studio photo du jeune homme. Non-dits, regards qui s'évitent, gêne mutuelle. Un appareil photo (support de mémoire, témoin objectif de ce qu'était leur relation) capte l'attention de la jeune femme, et elle se met à photographier tout et n'importe quoi. Il la ramène chez elle en voiture ; en fait c'est elle qui a voulu la séparation, et elle est surprise d'être la seule à sembler le regretter. Elle développe le rouleau qu'elle a photographié plus tôt au studio, comme pour figer un morceau de ce qui appartient déjà à son passé.
CINEMA: BISFF 2012 #04, une question de regard/the act of looking"The Drunken Boat" (Kim Ha-na) : film sur les rapports père/fille. Elle trouve une photo dans un livre qu'elle a emprunté au père de son amie, pour lequel elle s'entiche car il est "tout" ce que son père n'est pas. Lorsqu'elle le croise par hasard alors qu'il va aux putes, elle perd alors son dernier idéal et décide de lui rendre tous les bouquins qu'il lui avait offerts. Renonçant au fantasme du père idéal, elle redécouvre le sien et se décide à l'accepter. Touchant.
CINEMA: BISFF 2012 #04, une question de regard/the act of looking"Snowbound" (Alexis Fortier Gauthier) : le film s'ouvre sur deux ados qui s'embrassent, puis elle a mal au ventre et s'éloigne. Après le carton-titre, elle vole un test de grossesse dans la supérette où bosse sa mère narciisique et légèrement négligente, quoique aimante. Sa mère trouve le test en préparant une machine à laver : positif. Angoisse des femmes enceintes trop jeunes, la fille faisant sûrement comme sa mère. Elle n'arrive pas à parler au jeune père, camarade de classe insouciant et désinvolte. Elle s'arrange alors pour mettre fin violemment à sa grossesse. La prise en main de son destin s'accompagne d'une souffrance immédiate. Sortant finalement de la salle de bains, où elle vient littéralement de tirer la chasse sur son embryon, la fillette semble soudain bien plus mûre que sa mère. Mais davantage que du passage à l'âge adulte, ce film traite en fait du renoncement à l'enfance.
Sébou/세부
En savoir plus :
- CINEMA: BISFF 2012 #01, le jour d'avant ;
- CINEMA : BISFF 2012 #02, quand le chat dort...‏ ;
- CINEMA: BISFF 2012 #03, clap de fin en trois temps ;
- http://www.bisff.org (site officiel).


Screened in Competition n°4, "The Beholders" by director Park Seok-je is a brutal film narrated only via security camera footage, which are sometimes presented in splitscreen. We remain powerless as a young girl repeatedly gets beaten up and humiliated by fellow class comrades. When they've hit her enough, they make her dress as a whore and prostitute herself to their benefice. The mise-en-scene's objective harshness reveal the cruelty of some people, the suffering of others, and the indifference of a few. Everybody's souls. The utter absence of sound forces us to concentrate on what we see, adding to our empathy for the young victim whose life seems like the repetition of an endless, pointless and goalless, mundane violence.
One scene in particular provokes unbearable emotion and suspens: as the girl attempts to escape and the group chases her in the streets, four curb streets are made to form a circle through the use of a splitscreen. Running from one screen to the other, the girl effectively appears to be going in circles, and we fear there will be no way out of her ordeal. She then allows herself to be caught in a place where she noticed a security camera before. They beat her up, not knowing they're being filmed. It may be their violence, but it's her trap. The next morning however, she walks by as a cleaning lady is washing the blood without it worrying her. Once she's gone, the girl lets her repressed rage coming out and kicks a car. The sound suddenly irrupts like a slap in the face, making the whole audience jump in their seats. The girl approaches the security camera and stares at it (us). And we wonder what the point is installing those cameras everywhere if nobody bothers to react at the underground horror that they record. In fact, is somebody even watching them?
More in English (Translation in course)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bullesdeculture 3369 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine