Magazine Info Locale

Danse autour du globe

Publié le 14 mai 2012 par Bordeaux7

Danse autour du globeGrâce au Glob Théâtre, Bordeaux accueille en exclusivité et pour la première fois le Dance Roads Festival, deux soirs dédiés à la jeune création chorégraphique contemporaine.


«C’est le fruit de plus de deux ans de travail que nous récoltons ce mardi au Glob», lance un Bruno Lecomte enthousiaste. En effet, cela fait un moment que le co-directeur du théâtre et son équipe avaient la participation à ce festival en ligne de mire. Une bonne rencontre à Bruxelles en 2009, un saut à l’étape montréalaise de l’édition 2010, «où j’ai demandé à ce que le Glob soit coopté par les autres membres du réseau et que Bordeaux devienne une nouvelle étape de la tournée.» Car le principe de Dance Roads – créé en 1989 et sous-titré «Bancs d’essais internationaux» – est de constituer un réseau de salles qui, chacunes, proposent à l’occasion de la biennale de promouvoir un jeune chorégraphe local en lui faisant participer à cette tournée internationale d’une durée d’un mois environ. Depuis plus de 10 ans maintenant, le réseau – qui réunit actuellement Turin en Italie, Arnhem aux Pays-Bas, Montréal au Canada et Cardiff au Pays de Galles – ne comptait plus de partenaire français.
Cinq créations courtes
Un oubli réparé, qui permettra au public bordelais de profiter de deux soirées enchaînant cinq créations du mondiales de 20 minutes chacune (entrecoupées en prime de courtes prestations du Groupe d’intervention chorégraphique de Rêvolution, la compagnie de l’artiste associé du Glob Anthony Égéa). Au programme, «The Fifteen Project» du Néerlandais Arno Schuitemaker, «Unattaching» de la Galloise d’origine finlandaise Tanja Råman, «Corps.Relations» de la Québécoise d’origine bulgare Maria Kefirova et «Man Size» de l’étoile montante turinoise Daniele Ninarello – des propositions que l’équipe du Glob découvrira en même temps que les spectateurs, puisque chaque lieu présente aux autres “son” chorégraphe sur une «principe de confiance». Sans oublier le “régional” de l’étape et seul représentant des esthétiques hip hop, Babacar “Bouba” Cissé de la compagnie cenonnaise Les Associés Crew avec son «Syndrome de l’exilé».


«Lieu d’échange»
Qui a donc pu déjà le présenter à Montréal la semaine dernière, «grâce à l’aide de nombreuses collectivités, et surtout du dispositif d’aide à la mobilité de Conseil régional», précise Bruno Lecomte. Et ce, avec d’excellents retours. À la fois dans la presse – «DF Danse», magazine montréalais de danses actuelles, louant «l’expressivité démoniaque» et le don de «contorsionniste urbain» du Bordelais, et concluant par «Un éblouissement !» – et sur le plan des rencontres : le chorégraphe aurait déjà tissé des liens pour de futures diffusions outre-Atlantique. «C’est l’un des grands objectifs du festival, qui se veut un “lieu d’échange”, de confrontation des pratiques artistiques, pour favoriser non seulement la découverte, mais aussi la circulation des spectacles voire de futures collaborations entre les différents artistes.» C’est aussi dans cette optique que des masterclasses ouvertes aux amateurs et aux semi-professionnels seront organisées jeudi toute la journée, où les participants pourront choisir d’avoir pour professeur Maria Kefirova ou Daniele Ninarello (il reste quelques places). •
Sébastien Le Jeune
Ce soir et demain, à 20h, 10-16€. Réservations au 05 56 69 06 66 ou sur www.globtheatre.net


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bordeaux7 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine