Magazine Médias

Desperate Housewives [8x 22 & 8x 23 - Series Finale]

Publié le 15 mai 2012 par Lulla

desperate_housewives_cast_desperate_housewives_791679_1280_960

Give Me The Blame // Finishing The Hat (Series Finale)

11 100 000 tlsp.

 

44030376

 

vlcsnap_2012_05_15_01h03m56s144
 
vlcsnap_2012_05_15_00h32m04s224

   Je me souviens parfaitement de la première saison de Desperate Housewives. Comme si c'était hier. 2003... Huit ans pourtant. Déjà. Je me rappelle que je la regardais avec ma colocataire de fac, chaque semaine, religieusement. C'était notre rendez-vous à nous. On se tapait souvent des fous rires devant et on écrasait quelques larmes parfois. C'est une des premières séries que j'ai suivi sur internet -illégalement bien sûr- en direct des Etats-Unis. Quelle excitation c'était ! Quel mine d'or pour les sériephiles ! C'était comme trouver un trésor mais sans bouger de son canapé, juste en téléchargeant un logiciel et en attendant patiemment, voire très patiemment, que les épisodes se chargent. C'était bien avant Hadopi. Voyez comme les temps changent ! C'est la première série que j'ai regardé sans sous-titres aussi et, mine de rien, elle m'a fait drôlement progresser en anglais et très vite. Je leur dois au moins ça, aux ménagères d'ABC.

   A l'époque, le superbe générique de la série passait en entier. Une tradition qui s'est malheureusement perdue par la suite, pour toutes les séries des grands networks du moins. Je pensais qu'on aurait l'occasion de le revoir une dernière fois lors de ce Series Finale. Mais non. Le premier faux pas d'une liste conséquente car, il ne fallait pas se leurrer, Desperate ne pouvait pas s'achever sur un "grand" épisode, hilarant, surprenant, bouleversant... Non, Desperate, dans la dernière ligne droite, est restée fidèle à ce qu'elle est devenue au fil des ans : routinière, consensuelle, terriblement paresseuse, prisonnière de ses personnages... mais efficace. Son format, son style, ses répliques et sa légèreté l'ont toujours sauvée, même dans les pires moments. C'est pour ça que je n'ai jamais pu me résoudre à la quitter avant l'heure, et c'est pour tous ses défauts que je la laisse s'en aller aujourd'hui avec joie. Voilà une série qui a bien vécu, trop même, mais peu importe. Je vais tenter, à ma manière, de la célébrer une dernière fois. 

vlcsnap_2012_05_15_00h13m46s254
 
vlcsnap_2012_05_15_00h14m10s236

   Le premier épisode -car ce "final de deux heures" n'est finalement que les deux derniers épisodes mis bout à bout- se propose de résoudre l'affaire du meurtre d'Alejandro, ou devrais-je dire, se propose de s'en débarrasser. Comme tout mystère de la saison qui se respecte, il aura été traité avec plus ou moins de pertinence selon les épisodes. Le retour d'Orson, dont il n'est nullement fait mention ici, a permis quelques rebondissements bienvenus en cours de route mais, dans l'ensemble, à force de vouloir forcer le trait de la comédie et pas assez celui du dramatique, à force de vouloir creuser le thème de la culpabilité -ou l'absence totale de culpabilité concernant Gaby- sans en brasser d'autres, c'est une impression de superficialité qui a dominé du début à la fin. Et le dénouement devant le juge et les jurés n'arrange rien ! J'avais prédis il y a quelques épisodes (lors du 18) que Karen, à l'article de la mort, allait fièrement porter le chapeau et ainsi sauver ses amis ("A moins que Karen n'abatte sa carte "petite confession avant mon dernier souffle" ?"). C'était la solution de facilité qui permettait d'offrir à tout le monde un "happy end". Je ne sais pas ce que le fait d'avoir anticipé cette idée veut dire sur moi ? Que je ne connais que trop bien les entourloupes prévisibles des auteurs de Desperate ou que j'aurais fait un bon scénariste de la série ? Je préférerais m'en tenir à la première solution, la seconde est un peu vexante dans le fond. 

   Tout dans le traitement du procès de Bree aura été peu inspiré, ridicule par moment, et aucune intensité particulière n'aura été ressentie malgré les enjeux (d'ailleurs, ses enfants n'ont même pas daigner y assister, ils devaient se douter comme nous qu'elle ne risquait rien !). Les auteurs sont passés à coté de quelque chose. Ce n'est certainement pas de cette dernière intrigue dont on se souviendra en repensant à la série. Dommage. Elle avait tant de potentiel lorsqu'elle nous a été dévoilée dans le dernier épisode de la saison 7 ! Ils auraient pu faire quelque chose de tellement plus fort et marquant... Il faut dire que tout a été parasité sur la fin par l'avocat de Bree, amusant, certes, très bien incarné par Scott Bakula, aussi, aidé par une belle alchimie avec Marcia Cross, mais impossible d'ignorer l'impression qu'il a été intégré au récit au dernier moment pour permettre à Bree de finir la série avec quelqu'un de bien et pas un psychopathe cette fois. Je pense que j'aurais préféré qu'elle termine seule, histoire d'atténuer un peu l'effet "tout est bien qui finit bien pour tout le monde" (et j'aurais adoré la suivre en politique, pourquoi ne pas l'avoir fait plus tôt ?!). On a connu la série à ses débuts beaucoup plus douce-amère. Il manquait clairement à cette fin un événement tragique. La mort de Mrs McCluskey était évidemment poignante et elle a offert de très beaux moments, de bien belles scènes, illustrant parfaitement le lien unique entre ces voisines devenues les meilleures amies du monde au fil des années, mais était-ce suffisant ? Le montage parallèle entre la naissance du bébé de Julie et son doux basculement vers l'au-delà était extrêmement convenu. C'est ça finalement qui est le plus difficile à avaler : le début de Desperate était fascinant, osé, alors que la fin est déconcertante de facilité. 

vlcsnap_2012_05_15_00h21m53s1
 
vlcsnap_2012_05_15_00h52m21s99

   On peut dire sans mal que l'on doit le meilleur de ce final à Lynette et Tom, le couple phare de la série, les inséparables, les indestructibles. Ils formeront d'ailleurs éternellement l'un des plus beaux couples de la télévision.  Je ne suis pas fan des "Happy end" comme vous l'aurez peut-être compris mais, les concernant, c'était simplement impossible de ne pas le leur offrir. Le dialogue entre Tom et Roy était très facile, sur le thème "dire aux gens qu'on les aime tant qu'il est encore temps", mais émouvant et tellement vrai... La dernière scène du premier épisode, au beau milieu de Wisteria Lane, avec le coeur "gros comme ça", qui aurait pu sortir d'une mauvaise comédie romantique était pourtant parfaite et a permis d'alléger notre petit coeur à nous qui commençait à se faire lourd. Etait-il nécessaire de la ternir quelques instants à l'épisode suivant ? Sans doute, pour rappeler que la vie ne s'arrête pas après la fin du film. Que les difficultés restent, à mesure que la vie passe. C'était la moindre des choses. Les Scavo représentent le couple simple, normal, auquel tout le monde peut s'identifier. Ce n'est pas le couple Hollywoodien fantasmé. C'est pour ça qu'on le aime tant. A l'inverse, Carlos et Gaby correspondent à un certain cliché qui nous a fait longtemps rire, beaucoup moins depuis plusieurs saisons tant tout était redevenu redondant, des disputes aux réconciliations, des aveux de faiblesse aux promesses d'amélioration jamais tenues, mais leur fin à eux, sans surprise, leur va bien. Si ce n'est que Carlos a visiblement vite abandonné l'idée de se rapprocher du petit peuple en se prélassant avec sa femme dans sa grande villa, mais qui a cru de toute façon que sa lubie du moment allait s'inscire dans la durée ? Et puis c'est Gaby qui a toujours commandé, de toute façon... 

   Peu de véritables retours dans ce final, mais notons quand même l'inutilité de Katherine, présente dans deux ou trois scènes seulement. On a beaucoup de mal à reconnaître la femme que l'on avait vu partir à Paris, heureuse. Elle n'est plus lesbienne et donc plus avec Robin. Mais elle a réussi en affaires ! On ne peut pas tout avoir, n'est-ce pas ? Surtout quand on est un personnage secondaire arrivé en cours de route. J'ai l'impression que les auteurs ont renié la dernière intrigue amoureuse de Katherine, qui n'était pourtant pas mauvaise et qui avait eu le mérite de nous surprendre un peu. Regrettable. Elle se contente de faire sa bitch via deux-trois répliques, comme si elle avait soudainement fusionné avec la grande absente Edie (et on sait pourquoi...). Non, ce n'était pas Katherine. De son coté, Renee prenait presque presque trop de place avec la préparation de son mariage à la noix, dont on se contrefiche. Eva Longoria et Vanessa Williams ont ainsi pu cabotiner une dernière fois tandis que Susan était étrangement rare, comme si Marc Cherry avait voulu punir Teri Hatcher pour son comportement tout au long de la série (vous connaissez ces histoires, je ne vais pas pour faire un résumé...). D'ailleurs, heureusement que Mike a été tué quelques temps plus tôt, un quatrième happy end amoureux aurait vraiment été de trop ! Elle n'y perd pas au change, en plus. C'est la dernière housewife que l'on voit juste avant Mary Alice après tout. C'est elle que les fantômes du passé entoure (remarquez qu'il manque Felicia, ce qui tend à confirmer qu'elle n'est pas morte dans son accident de voiture). Jolie dernière scène d'ailleurs, les dix dernières minutes sont assez réussies. Dommage que tout ce qui précéde soit sans saveur, hormis quelques scènes dont le toast de Lynette au mariage. A mi-chemin du final, on a même l'impression d'être devant un épisode classique. C'est fâcheux quand même.

vlcsnap_2012_05_15_00h25m11s194
 
vlcsnap_2012_05_15_00h22m47s37

    Les clins d'oeil au pilote (la jardinière des Solis, les rôles qui s'inversent, Lynette à qui l'on offre enfin le droit d'être mère ET épouse ET femme d'affaires...) sont assez peu nombreux, mais suffisent à amener un vent de nostalgie. L'apparition Hitcockienne (mais tout de même moins discrète) de Marc Cherry fait sourire. De même que le cycle éternel du mystère, puisqu'un nouveau est introduit via une nouvelle voisine comme d'habitude (dommage qu'ils n'aient pas choisi une actrice plus connue, enfin connue tout court, histoire de marquer le coup) et les auteurs n'auront pas besoin de se casser la tête -ou pas- pour le résoudre celui-là. Si c'est ça la fameuse idée que le créateur avait depuis le début de la série pour la terminer, c'est quand même pas révolutionnaire. On l'aurait tous eu, non ? En tout cas, à Wisteria Lane, la vie continue, avec ou sans nos héroïnes. C'est d'ailleurs presque triste de se dire que leurs chemins ne se croiseront plus si souvent, ce n'est pas forcément la morale de l'histoire que l'on attendait. Mais ainsi va la vie. La série a perdu de sa splendeur avec les années, refusant l'évolution de son format et surtout de ses personnages, refusant on ne sait pourquoi d'embrasser à nouveau une noirceur qui était pourtant à la base de son identité et qui la rendait si spéciale, mais elle restera l'une des séries les plus marquantes des années 2000, servie par des actrices formidables. C'est incontestable. La perdre, comme Lost, c'est dire adieu à un âge d'or des séries. Dans un ou deux ans ce sera au tour de Grey's Anatomy, dont on attend une fin plus riche, et puis après ? 

vlcsnap_2012_05_15_00h21m11s100
 
vlcsnap_2012_05_15_00h29m37s33

// Bilan // Ce n'est pas tant le contenu de ce tout dernier épisode de Desperate Housewives qui m'a touché et ému, car malheureusement le miracle n'a pas eu lieu, mais la simple idée de perdre l'habitude de découvrir un nouvel épisode chaque lundi, un rituel auquel je m'étais habitué depuis 8 ans. Même quand les épisodes n'étaient pas bons, j'avais envie de voir le suivant. Et ça vaut aussi pour les saisons d'ailleurs. Preuve que la série a su garder une partie de son efficacité initiale jusqu'au bout. Il n'y en a pas beaucoup des comme ça. Vraiment pas beaucoup. "One Of A Kind". Et il est temps pour moi de faire la paix avec Marc Cherry. Je lui souhaite bon vent dans ses nouveaux projets, en espérant qu'il ne cherche pas clôner à l'infini les Wives mais qu'il invente autre chose. Au revoir, ladies. Et merci pour tout (même toi, Teri Hatcher !).

 

vlcsnap_2012_05_15_01h04m11s36

Toujours la grande classe, Marc Cherry.

// Bonus // Quelques scènes qui sont, pour moi, les plus marquantes de la série et que je n'oublierai pas de sitôt...

Lorsque Susan court après Mike au beau milieu de Wisteria Lane, en robe de mariée...

Lorsque Lynette est coincée dans le supermarché avec cette folle furieuse de Nora et qu'elle se fait tirer dessus !

Lorsque Bree abandonne son fils au bord de la route...

Lorsque les housewives rendent un dernier hommage à Edie et les derniers mots prononcés par cette derrière, qui restent gravés dans mon esprit...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte