Magazine Santé

IMMUNITÉ: Découverte de BTK, le gène de la première réponse antivirale – PNAS

Publié le 15 mai 2012 par Santelog @santelog

De son vrai nom, « Bruton's tyrosine kinase » ou tyrosine kinase de Bruton, le gène BTK serait à l'origine de l'immunité innée ou des mécanismes moléculaires qui déclenchent la première ligne de défense de notre corps contre les pathogènes. Ces travaux de scientifiques de Singapour, publiés dans les Comptes-rendus de l'Académie des Sciences américaines (PNAS), montrent que lorsque BTK est « on » il active la production d'interférons tueurs de virus, ce qui permet à l'organisme de lutter contre les pathogènes nuisibles comme les virus grippaux, par exemple.


IMMUNITÉ: Découverte de BTK, le gène de la première réponse antivirale  – PNAS
S'il existe des médicaments antiviraux pour traiter la grippe, les taux élevés de mutations caractéristiques des virus de la grippe justifient aujourd'hui de multiples recherches, partout dans le monde, vers un vaccin dit « universel ». Les auteurs prennent également l'exemple de la dengue pour laquelle il n'existe pas de vaccin approuvé ou de traitement à 100% efficace. Bref, la découverte du rôle de BTK en tant que commutateur critique de la réponse antivirale de l'organisme, ouvre la voie au développement d'antiviraux qui vont cibler cette fonction de commutation de BTK pour lutter contre les maladies infectieuses.


Pour étudier le rôle de la BTK dans l'immunité innée, l'équipe de recherche a extrait une classe de cellules immunitaires innées connues, des macrophages de souris normales et de souris déficientes en BTK et les ont mis en contact avec le virus de la dengue. Ils constatent que,


·   les cellules immunitaires déficientes en BTK sont incapables de produire des interférons et donc de réponse antivirale, vs les cellules immunitaires saines qui parviennent à lutter contre le virus de manière efficace.


·   Un récepteur, le Toll-like Receptor 3 (TLR3), est nécessaire pour que les cellules immunitaires puissent produire une réponse en interférons  lors d'une infection virale. Lorsque les chercheurs activent BTK dans la voie de signalisation de ce récepteur, ils parviennent à améliorer la réponse en interférons, et à obtenir une réponse antivirale plus forte et plus durable.


·   Enfin, dans l'agammaglobulinémie de X-linked, une maladie génétique héréditaire caractérisée par un BTK non fonctionnel, les personnes atteintes sont incapables de produire des anticorps.


BTK, essentiel dans la réponse immunitaire antivirale immédiate : Ces différentes preuves suggèrent le lien entre BTK et son rôle essentiel dans la réponse immunitaire antivirale immédiate, confirme l'auteur principal, le Dr Koon-Guan Lee, du Bioprocessing Technology Institute (BTI) de Singapour. Pour son collègue, le professeur Kong-Peng Lam, Chef du groupe d'immunologie qui a mené la recherche, ce pas dans la compréhension des systèmes biologiques immunitaires de base va permettre le développement de nouvelles thérapies pour lutter contre les maladies virales mortelles, en particulier celles pour lesquelles il n'existe pas encore de traitement.


Source: PNAS doi: 10.1073/pnas.1119238109 « Bruton's tyrosine kinase phosphorylates Toll-like receptor 3 to initiate antiviral response(Visuel Nature Chemical Biology SciBX 3(48); doi:10.1038/scibx.2010.1431 Basis for targeting BTK)


IMMUNITÉ: Découverte de BTK, le gène de la première réponse antivirale  – PNAS
Lire aussi:
MALADIES INFECTIEUSES: La nouvelle piste de la tolérance immunitaire

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 70291 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine