Magazine Voyages

[2] 7ème congrès mondial de tourisme de neige et de montagne

Publié le 12 mai 2012 par Jlboulin @etourismeinfo

Après un premier billet, retour sur ce congrès avec la suite de mon compte-rendu :

Laurent Vanat, consultant de Genève, a démontré qu’Internet n’avait pas d’impact flagrant sur la fréquentation des stations de ski. En effet, la plupart d’entre elles possèdent une clientèle nationale (l’Andorre est une exception). Le tourisme de neige est très local, traditionnel, plus domestique que les autres formes de tourisme. Ce n’est pas un marché très élastique.
Internet peut alors être utilisé comme un outil marketing vers les clients déjà acquis. Selon M. Vanat, des effets bénéfiques, au niveau de l’image, peuvent être obtenus mais les stations ne savent pas encore toujours bien en tirer partie et font souvent preuve de conservatisme. Pour M. Peter Keller, de l’Université de Lausanne, les technologies pourraient permettre de refaire découvrir la montagne, le marché étant en recul.

M. Oh Dong-ho, Maire adjoint pour les affaires administratives, Ulsan Metropolitan City (Républic du Corée), représentait la région d’Ulsan ou  les « Alpes coréennes ». Le recours aux TIC se veut vecteur de fréquentation et d’influence, les Coréens étant de grands utilisateurs des réseaux sociaux et possesseurs de smartphones notamment du Samsung Galaxy (les usages sont en augmentation dans ce pays bien couvert par le réseau). "Les TIC ne sont plus un choix mais un besoin, une condition sine qua non". Une stratégie d’occupation des réseaux sociaux a donc été déployée (Facebook, YouTube, site internet, application mobile…), l’objectif étant de créer une nouvelle forme de divertissement par les TIC, une communication plus humaine, développer le bouche à oreille.

Congrès Andorre

Face à un site web qui ne convainquait plus ses visiteurs, à Monterosa, en Italie, la stratégie gagnante a été de miser sur les réseaux sociaux (animation quotidienne). Selon Mme. Tiziana Turino, Marketing Manager Monterosa Ski, il faut établir une conversation informelle qui rapproche les clients au produit, les implique. Le réflexe doit être de maintenir la conversation active tout le temps afin d’activer chez le fan le souhait du retour, la nostalgie. L’enjeu est utiliser le temps virtuel au profit du produit si il y a une prédisposition finale = l'achat.
A retenir, la privatisation de certaines pistes pour les fans Facebook !

M. J.M. Silva, Directeur général France Montagne, le portail des montagnes françaises, nous a présenté la campagne de communication 2010/2013 où la cible privilégiée est la femme, c’est elle la décideuse !
A l’international, la communication est 100 % web. En France, 55 % web – 30 % presse – 15 % TV.
La nouvelle signature "la montagne bienfaits pour vous !" apparait sur l’ensemble des visuels (affiches, bannières web, presse..) où le ton décalé règne en maître avec la volonté d’interpeller. L’application mobile ludique (découvrez les effets d'un séjour en altitude sur votre mine sans bouger de chez vous) suit le même esprit, l’objectif est de viraliser. Autre dispositif, un quiz sur Internet permet de déterminer quel type de mauvaise mère vous êtes… et va rappeler les petits plaisirs que l’on peut retrouver en station.

France Montagne

Le site internet (traduit en une 10aine de langues) colle aux campagnes de communication, version hiver ou été avec tous les services que l'on attend, les visiteurs doivent pouvoir trouver la station idéale (recherche via des moteurs), et donne un accès direct aux offres de disponibilités en temps réel. Il existe même une météo des plages (= des lacs !).

France Montagne

Pour finir, la flasmob qui avait été organisée à Paris avec les moniteurs de ski, le 9 décembre 2010, pour lancer la saison !

A retenir, toujours continuer de surprendre, d’aller sur l’événementiel.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlboulin 68606 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine