Magazine Politique

Martine, couturière

Publié le 13 mai 2012 par Rolandlabregere

En appelant le 3 mai à préférer François Hollande, François Bayrou a flirté avec l’audace. A sa troisième tentative à l’élection présidentielle, il s’est déterminé en prenant acte de la dérive droitière du candidat sortant. Jamais, il n’était allé aussi loin dans l’exposition publique de ses sentiments. « Il est des moments dans l'histoire où l'engagement devient vital », a-t-il déclaré avec emphase.

Côté socialiste, on a accepté la petite attention sans que sa valeur n’ait eu le temps d’être estimée. Pas de cadeau tranche Martine Aubry en annonçant qu’un candidat socialiste serait présent dans la circonscription dont le sortant est François Bayrou. Pas si sûr que les tentations hégémoniques et les visées assimilationnistes des compagnons de route ne soient que des souvenirs d’une période que l’on pouvait estimer révolue. Pas de coup de pouce à Mélenchon non plus. Le PS et Martine Aubry se complaisent dans la posture des dominateurs. Afin d’éviter que François Bayrou ne pense à retourner sa veste, Martine Aubry lui taille un costard sur mesure qui devrait lui servir pour plusieurs saisons. C’est moi le patron semble dire la Présidente de la Communautéurbaine de Lille, élue grâce aux voix des amis de François Bayrou. C'est une vraie leçon d’élégance qui nous est délivrée.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rolandlabregere 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines