Magazine

37 - Le point de départ (7ème partie)

Publié le 18 mars 2008 par Theophile

Essence_pompes_2 - Il faut que je m'arrête.
- Pourquoi ?
- Essence.
- Ok.
- Ca tombe bien, j'ai une affreuse envie de pisser.
- Oui, ben Joséphine, on n'est pas obligé de savoir.
- Oh ! quoi ?!
- Deux kilomètres. La prochaine station-service.

Au bout de presque trois heures de voyage, nous nous arrêtons enfin sur la route. Durant le voyage, Sylvia a passé son temps à se retourner pour écouter, conseiller, accompagner notre malheur. Ma mère raconta, avec beaucoup d'objectivité, les derniers épisodes de nos douleurs et de notre terreur. Je m'aperçus en écoutant la conversation, que Sylvia était déjà au courant de ce que je considérais comme un secret, une honte. Je vivais un moment inoubliable. Mon corps ressentait pour la première fois un assoupissement complet. Un calme. Une détente profonde. Un sentiment de totale sécurité. Endormi, sur la cuisse de ma soeur, ils me laissèrent à mon profond sommeil sur la banquette arrière de la voiture.

Alors que Joséphine est partie précipitamment aux toilettes, les trois frères et soeurs prennent un café à la station, heureux de se retrouver depuis tant d'années de séparation, pendant lesquels ils ne se voyaient qu'aux moments de Noël où les quelques baptêmes qui ont précédemment eut lieu dans la famille.

    - Je me demande comment vont réagir les parents...
    - C'est sûr que papa voudra de suite prendre la voiture et aller lui casser la gueule...

Ma mère, tout en suivant la conversation avec Sylvia et Pierre, ne peut s'empêcher de regarder en direction du parking.

    - Et maman, elle va certainement être très choquée, car elle est loin d'imaginer que Jean-Marc soit un tel malade.
    - De toutes façons, on sera là, avec toi et les enfants.
    - Quand ils nous verront débarquer tous les trois ensemble, ils vont forcément comprendre que...
    - Myriam ! Qu'est-ce qui se passe ?!

Ma mère saisit les clés du véhicule posées sur la table et sort en trombe de la boutique de la station-service et court jusqu'à la voiture.
Je sursaute et sort brusquement de mon sommeil quand j'entends l'ouverture de la portière.

    - Théo. Chéri, réveille-toi. Viens.

Elle me prend doucement par la main, et referme la portière de la voiture. Nous entrons dans la boutique rejoindre mon oncle et ma tante.

    - Myriam, qu'est-ce qu'il y a ?
    - Je suis désolée. J'ai eu tellement peur. Cet homme là-bas. J'ai cru un instant...
    - Il n'y avait aucun danger Myriam, la voiture était fermée et elle est en plein dans notre champs de vision. Aucun danger.
    - Je préfère.

Joséphine arrive avec un grand sourire.

    - Ah ! ben ça va mieux... Tiens ? t'es réveillé, Théo ?

Nous nous retrouvons tous les cinq autour de cette table. Apaisés.
Comme la fin d'un cauchemar. Des yeux qui pétillent.
Des sourires qui s'esquissent sur les lèvres de ma mère.
Moi, qui sort de mon sommeil, avec une marque sur la joue et un épi dans les cheveux.
Une larme de tristesse pour Joséphine qui se retrouve séparée de Samuel.

    - Bon allez. En route !

Nous reprenons la route en direction de Saint-Dollan. Encore une heure et nous arriverons là où nous allons tous les trois commencer une nouvelle vie.
Chez mes grand-parents.
Recommencer.
Là où ma mère avait grandit.
Comme un retour au point de départ.

(Fin de la saison 1)

Bannirefestivalromans2


                      VOTEZ POUR MON BLOG EN CLIQUANT SUR CE LIEN


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Theophile 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog