Magazine Bourse

Pourquoi le « FaceBook crash » ?

Publié le 23 mai 2012 par Rsada @SolidShell

facebook_mark_zuckerberg_internet_bourse_crash.jpg

La planète économique ne parlait que de ça depuis plusieurs semaines. L’introduction en bourse de FaceBook était un évènement attendu et la couverture médiatique ne lui a pas fait défaut. Mark Zuckerberg, le patron de FaceBook avait même poussé la chance via le carnet rose en modifiant son propre statut en engaged.

Toutes les conditions étaient donc réunies pour que les investisseurs portent le modèle économique FaceBookien au Panthéon de la réussite, sous réserve de se délester de quelques centaines de milliers de dollars leur permettant d’en devenir actionnaire.

Oui mais voilà, depuis l’introduction du titre au Nasdaq vendredi dernier, rien ne va plus au royaume du virtuel et le titre ne cesse de chuter. Côté 38 dollars vendredi, le titre ne s’échange plus aujourd’hui qu’aux alentours de 31 dollars !

Si les chroniqueurs économistes nous expliquent que les investisseurs d’origine ont souhaité rapidement récupérer leur mise de départ, tous s’accordent pour dire que ce démarrage boursier est l’un des plus gros crash de toute la décennie.

Chacun ira de sa propre analyse. La gestion Zuckerberg est-t-elle en cause ou est-ce le modèle économique même qui ne fait plus recette ? Les investisseurs rechignent visiblement à faire regonfler cette vieille baudruche de bulle internet !

Doit-on y voir une simple frilosité passagère ou une véritable cure de moralité du monde de la finance qui préfère miser désormais sur les hommes plutôt que sur le virtuel ? Car après tout, ne faisons pas dans la dentelle, FaceBook n’est rien d’autre qu’une galerie de portraits. Une galerie de destins qui se croisent mais qui ne se rencontrent pas forcément. Le royaume du virtuel, la terre sainte de tous les NoLife du monde !

Il est encore bien tôt pour prédire un éventuel crash boursier total de FaceBook. Soyons sport en souhaitant bonne fortune à Mark Zuckerberg. Les petits génies ne sont pas légions. Une chose est certaine : l’Humanité n’a pas attendue FaceBook pour se développer. Elle lui survivra quoi qu’il advienne !

A la manière de Jiri Pragman : « Internet est une toile où se projettent les passions comme les fantasmes, des pans de vie réelle et des réalités virtuelles, un réseau où se côtoient contestation et aliénation, fatalisme et fanatisme. »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rsada 587 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte