Magazine F1/moto

Dossier F1: Tricheries ou inventions géniales.. Exemples

Publié le 29 mai 2012 par Khymo1 @actumoteurs
Dossier F1: Tricheries ou inventions géniales.. Exemples

© Xneilj / Creative Commons

Plusieurs de ces étranges monoplaces ont été acceptées, d’autres non, florilège:

1/ La Lotus 88 de F1, dite  à « double châssis »  de 1981 (cf Photo ci à côté)

On peut dire de cette innovation, curiosité même, technique qu’elle n’eut pas grand succès. On peut lire sur Wikipédia d’ailleurs:

« Pour la saison 1981, Chapman décide de frapper un grand coup pour contourner le règlement technique qui oblige les F1 à présenter une garde au sol de 6 centimètres (une manière pour la FISA de bannir l’effet de sol) et sort la Lotus 88, qui restera dans l’histoire comme la F1 « double châssis ». Le premier châssis comprend la coque, le moteur et les suspensions, tandis que le deuxième châssis, qui se superpose au premier, est uniquement constitué de la carrosserie. Le principe du système est de faire supporter au deuxième châssis toutes les charges aérodynamiques tout en permettant grâce à un astucieux système de ressorts de plaquer la voiture à la piste et de retrouver l’effet de sol. Mais dès son apparition en piste lors des premiers essais du Grand Prix des États-Unis à Long Beach, la voiture fait polémique et est déclarée illégale. »

Lotus était très innovant en ces temps là. Ce seront d’ailleurs les premiers à intégrer les ailerons sur les monoplaces en 1967. Dès 1977, il développeront également le fameux effet de sol, ce qui permettra à Andretti de finir champion du monde et Roni Petterson Vice-champion du monde, à titre posthume pour ce dernier. Une écurie très ingénieuse donc.

2/ La Brabham BT 46 « Aspirateur » de 1978

Autre exemple de monoplace interdite après seulement une course. La Brabham « Aspirateur ».

Wiki nous explique:

Dossier F1: Tricheries ou inventions géniales.. Exemples

© Edvvc / Creative Commons

« La Brabham BT46 est une monoplace de Formule 1 conçue par l’ingénieur Gordon Murray pour l’écurie Brabham, alors propriété de Bernie Ecclestone. La BT46, engagée en 1978 et en 1979, intègre plusieurs innovations radicales, la plus connue étant le montage d’un panneau d’échangeur thermique en remplacement des radiateurs d’huile et d’eau. Le système ne fonctionne pas et contraint Brabham Racing Organisation à le retirer avant les débuts officiels en course. La voiture, propulsée par un bloc-moteur Alfa Romeo 115-12 à 12 cylindres opposés à plat, rencontre plus facilement le succès en course lorsqu’elle reçoit un radiateur monté dans le museau. Pilotée par Niki Lauda et John Watson, elle remporte une course dans sa variante A et marque suffisamment de points pour permettre à l’écurie de s’approprier la troisième place au championnat du monde des constructeurs. La Brabham BT46B est la variante de la voiture, également connue sous le surnom de « fan car » ou « voiture ventilateur », la plus notoire. Elle est engagée au Grand Prix de Suède 1978 en vue d’apporter une réponse viable à la Lotus 79 à effet de sol. La BT46B crée une très importante portance négative grâce à un ventilateur prétendument utilisé pour améliorer le refroidissement mais qui sert surtout d’extracteur d’air. La voiture ainsi présentée ne prend le départ que d’une seule course, leGrand Prix de Suède 1978 à Anderstorp, qu’elle remporte aux mains de Niki Lauda qui signe également le meilleur tour en course. La BT46B est déclarée illégale par la FIA au terme de la course mais conserve pour acquis ses résultats. »

Une invention fantastique, qui, sous la poussée de certaines écuries, sera malgré tout interdite.

Dossier F1: Tricheries ou inventions géniales.. Exemples

© Richard Simon / Creative Commons

3/ Tyrell 012 de 1984

« En 1984, devenue la seule équipe équipée d’un moteur atmosphérique, Tyrrell entend bien rééditer ses coups d’éclat de 1982 et 1983 (cf photo). Pour cela, et en l’absence d’Alboreto parti chez Ferrari, elle peut compter sur les prometteurs débutants Stefan Bellof et Martin Brundle. À défaut de victoire, le podium de Bellof à Monaco ainsi que la deuxième place de Brundle à Detroit concrétisent en partie les espoirs de l’équipe. Mais à la mi-saison, convaincue de tricherie, Tyrrell est exclue du championnat du monde, et ses résultats du début d’année annulés : Tyrrell faisait partir ses voitures en dessous du poids légal, puis les lestait en fin de course avec des billes de plomb injectées dans le réservoir lors d’un simulacre de ravitaillement en eau du système de freinage; les monoplaces passaient ainsi avec succès le contrôle technique d’après course. À l’époque, les ravitaillements en essence étaient interdits, et ces arrêts pour ravitaillement en eau intriguèrent les commissaires du GP de Detroit, où les Tyrrell à moteur atmosphérique furent aussi performantes que les voitures turbo. Henri Mosson et Gabriele Cadringher, qui firent entièrement démonter les Tyrrell à la fin du GP, et qui inspectèrent les réservoirs « à eau » mirent à jour grâce à ce contrôle la supercherie, qui engendra l’exclusion de l’écurie Tyrrell du championnat de F1 1984″ peut on lire sur Commons.. La, ici, c’est une « modification technique » qui va vraiment à l’encontre du règlement, une tricherie donc. Trouvée aux Etats Unis, ou le mensonge est considéré comme un  acte grave.

4) Red Bull RB8 de 2012

Alors ici, une affaire toute récente, tout comme l’histoire du W duct Mercedes, qui ont fait couler beaucoup de salive et d’encre. Les instances ont décrétées qu’il n’y avait pas tricherie après investigation. Seulement, le règlement stipule:

« Toutes les parties situées sur les plans de référence du plancher , en plus de la transition entre les deux plans, doivent engendrer des surfaces uniformes, solides, dures, continues, rigides (aucun degré de liberté dans le rapport à l’unité carrosserie / châssis), les surfaces imperméables en toutes circonstances. »

Dossier F1: Tricheries ou inventions géniales.. Exemples

© Getty Images / Red Bull

La discussion provient du fait de déterminer si la découpe sur la Red Bull RB8  constitue un espace clos «trou», ce qui signifie donc le sol n’est pas «étanche», par opposition à des découpes dans des endroits similaires sur la Sauber et Ferrari, par exemple, qui sont ouvertes sur le bord du plancher., donc considérés comme limites du plancher, règlementaires. Littéralement parlant, la Red Bull aurait utilisé un point de règlement pas assez clair et précis, et le systême, quoique très limite, accepté par la FIA. Les autres écuries ont décidé de ne pas faire appel de la décision, mais dans le paddock, un mécanicien aurait déclaré:

« Ca va devenir un peu la foire à l’ail; chacun va y aller de sa petite tricherie ou contournement de règlement, si bien, qu’en fin de saison, la totalité des monoplaces sera hors concours. La F.I.A. doit préciser ce règlement plus complètement, avant que ça ne devienne le bazar. »

Il y aurait encore beaucoup d’exemples: Les Mac Laren de 2007, des copies de Ferrari, Mac Laren sera exclus du championnat 2007 mais leurs pilotes de l’époque gardaient les points au championnat conducteurs. On pourrait parler, dans le cadre innovatif sinon, de Cooper, qui, en 1959 fait passer le bloc motopropulseur en tout à l’arrière (Solution technique cependant déja utilisé avant guerre par Auto Union, l’ancêtre d’Audi).

Pour finir, peut être faudrait il, dès le début de saison exposer encore plus clairement dans le règlement les interprétations possibles ou non du règlement avec des exemples concrets. Attendons, et savourons donc chaque nouvelle course à venir ..

Article original: Dossier F1: Tricheries ou inventions géniales.. Exemples Site web: http://actu-moteurs.com/


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Khymo1 13219 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines