Magazine Humeur

Sarkozy : le retour ?

Publié le 01 juin 2012 par Kamizole

Pour y croire sans nul doute faut-il appartenir à « l’Association des amis de Sarkozy » (Europe 1, le 30 mai 2012) tout dernièrement créée à l’instigation de Brice Hortefeux, Christian Estrosi et Nadine Morano. Or donc, je lis ce matin qu’ils rêveraient (déjà) d’un retour de Sarkozy (Europe 1, le 31 mai 2012). Leur objectif : défendre le bilan de Nicolas Sarkozy… Nul doute qu’un grand nombre de Français l'apprécieront à sa juste mesure tout autant que le 6 mai 2012.

Ils veulent croire - méthode Coué ? - que Nicolas Sarkozy « finira par revenir pour rassembler sa famille politique »… comme le souligne Christian Estrosi selon lequel « il aurait vocation à être le meilleur facteur d'unité pour rassembler l'UMP »… Il est vrai que le spectacle de l’actuelle « guerre des chefs » entre Jean-François Copé et François Fillon (et Alain Juppé en embuscade) est un pur chef d’œuvre de discordes. Il n’y aurait donc « qu’un seul leader naturel », Nicolas Sarkozy of course, qui « le demeure, car un leader naturel ça ne s'improvise pas ».

Sans doute Nicolas Sarkozy l’a-t-il indéniablement été. L’est-il encore nonobstant sa défaite ? That’s the question. J’ai eu moult fois l’occasion d’écrire que le charisme de la campagne de 2007 - où il pouvait tout se permettre notamment en matière de provocation - l’avait quitté en même temps que le "mana" et la baraka dans la campagne présidentielle de 2012 où il crut possible de gagner en utilisant les mêmes martingales… Aussi "décavé" qu’un joueur de casino espérant "se refaire".

Selon Brice Hortefeux - président de l’association - « C'est une démarche affective, amicale, de fidélité à Nicolas Sarkozy et en aucun cas une initiative "politique ni politicienne"… » Ah ? Bon. Mieux vaut se pincer ou se tenir les côtes… Les valeurs de l’amitié - pure autant que désintéressée - n’étant pas franchement de celles que l’on aura vu développées à l’UMP pendant ces cinq dernières années ni auparavant.

Même pas « politique » - au sens noble du terme : « politicienne », tout simplement : il s’agit d’occuper le terrain, de faire du buzz en espérant grappiller des voix aux législatives.

Eric Ciotti - député de la Droite populaire et l’un des Monsieur sécurité de l’UMP - est quant à lui persuadé que « Le pays aura besoin de Nicolas Sarkozy (…) parce que "sa force, ses idées, restent intacts pour moderniser" la France »… Les Français ont visiblement fort goûté sa vision ultralibérale de la modernisation.

La palme revient sans doute à Alain Joyandet selon lequel « Nicolas Sarkozy serait de toute évidence en position de recours pour notre pays (…) il a l'âge auquel certains n'ont pas encore commencé leur carrière politique - 57 ans… il pousse le bouchon un peu loin ! - et cette perle :

« Notre pays a eu recours parfois à des grands hommes politiques dont on pensait qu'ils ne reviendraient pas et qui, finalement, sur la pression de leurs amis et (...) de l'opinion publique, sont revenus »… Sans doute fait-il allusion notamment à Raymond Poincaré et Antoine Pinay mais plus sûrement encore au Général de Gaulle, en 1958.

Mais il ne manque pas d’air, le Joyandet ! Il est déjà fort plaisant - antiphrase ! - de lire que François Fillon attaque Hollande sur la "morale" (Europe 1, le 30 mai 2012) au sujet du remplacement de trois hauts fonctionnaires de la police - qui s’étaient illustrés dans des pratiques peu compatibles avec la démocratie et l’Etat de droit. Mais s’il est un ex-ministre de Nicolas Sarkozy dont le comportement - totalement amoral - aurait fortement déplu au Général de Gaulle - une toute autre pointure politique que Nicolas Sarkozy, sans avoir besoin de talonnettes et particulièrement à cheval sur les questions d’argent et de morale publique - c’est bien Alain Joyandet.

Je ne suis pas allée chercher dans mes archives les articles qui lui furent consacrés au sujet de deux « affaires » assez retentissantes pour qu’il fût obligé de démissionner en 2010... Je me suis contée de sa fiche sur Wikipedia qui les résume parfaitement.

D’une part, la location fort dispendieuse d’un jet privé pour se rendre à Haïti - s’il m’en souvient, ce fut pour ne pas rater un raout à l’Elysée - et d’autre part, il fut soupçonné quelques mois plus tard par le Canard Enchaîné d’avoir bénéficié d’un permis de construire illégal pour l’agrandissement de sa maison de Grimaud dans le Var : pour autant que je me souvienne, son architecte aurait fait état d’une superficie bâtie existante supérieure à ce qu’elle était en réalité pour que l’agrandissement restât compatible avec les prescriptions d’urbanisme dans la zone concernée.

l renoncera par la suite à ce permis, tout en clamant son innocence. On peine à le croire…. Ce ne sont là que quelques unes des turpitudes, scandales et autre passe-droits ou avantages indus des ministres, parlementaires, personnalités de l’UMP et autres hauts fonctionnaires qui émaillèrent les cinq années d’une République dont Sarkozy nous promit - en 2007 - qu’elle serait « exemplaire ».

Je doute fort qu’une majorité de Français eussent envie de voir Sarkozy revenir "sauver la France". Cinq - longues - années de Sarkozie : Basta !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte