Magazine Beauté

Mac Doc, une passion française...

Publié le 04 juin 2012 par Lagazettedesdemoiselles

Mac Doc, une passion française...
Avant propos :Aujourd’hui chère lectrice, j’inaugure une nouvelle rubrique qui parlera de sujet de société. J’espère que cela vous plaira. N’hésitez pas à donner votre avis sur le fond comme sur la forme et à me dire si ce genre d’article vous intéressez.
Je voulais vous parler d’un reportage excrément intéressent que j’ai découvert sur ARTE +7 : http://videos.arte.tv/fr/videos/mcdo_une_passion_francaise-6692438.html
Il s’appelle « Mac Do : une passion française ». Ce reportage de 26 min parle de notre relation douce amère avec cette grande chaine américaine.Ma description :
« Dit moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es. »
Dire qu’on va au Mac Do c’est  tabou, c’est comme dire combien on gagne ou qu’on regarde la télé réalité. Néanmoins, comme on l’apprend dans ce reportage 1200 000 français vont chaque jour au Mac Do. De plus, Mac Do France c’est le deuxième chiffre d’affaire après les U.S.A pour la chaine.De José Bové, détruisant un Mac Doc en construction en 1999 à Millau, en passant par Paul Ariès qui a écris « Le petit manuel anti-Mac Doc » on apprend comment ce fast food cible de toutes les haines est devenu un enjeu politique fondamentale dans les années 80, 90. La nourriture, objet anodin, quotidien est aussi un reflet très précis de la culture dans laquelle elle se trouve. En un mot c’est une partie « notre identité culturelle ».
Mon avis :J’ai beaucoup aimé ce reportage instructif et qui permet une réelle réfection sur un geste partagé par la quasi totalité de nos concitoyens c’est-à-dire être allé au Mac Do.
Vous quel est votre apport avec Mac Do ? Péché mignon ou rejet total ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lagazettedesdemoiselles 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte