Magazine Info Locale

Le Pot aux Roses de la semaine est arrivé !

Publié le 07 juin 2012 par Delanopolis
Sur Atlantico, mais trop tard pour l'offrir à vos mamans ! Le Pot aux Roses de la semaine est arrivé ! 1 - Référendum irlandais : une première victime, François Hollande !

En acceptant à plus de 60 % des votants l’adoption de la «règle d’or», les Irlandais ont tout simplement donné un coup d’arrêt aux manoeuvres du nouveau président français. On voit mal l’Union européenne leur demander de revoter pour renoncer à une règle d’austérité qu’ils viennent de stoïquement adopter et qui a déjà été acceptée par les parlements du Danemark, de la Grèce, du Portugal et de la Slovénie. Dès le lendemain des législatives, François Hollande devra dire à son électorat que, ma foi, il n’a plus qu’à se serrer durement la ceinture pour ne pas être expulsé un jour de l’Euroland. S’il a besoin du Front de Gauche au parlement, l’administration de la potion amère promet d’être amusante !

2 - Montebourg : commando suicide !

François Hollande a-t-il décidé de se débarrasser rapidement du remuant Montebourg en utilisant la méthode la plus efficace : le laisser faire et dire ce qu’il lui passe par la tête ? Dans ce cas, le résultat sera vite atteint. On sourit en effet en lisant la réponse du ministre du redressement productif à un journaliste du Monde, au sujet des emplois menacés en France.

Question : «Quelle est votre méthode pour répondre à l'afflux de demandes d'aides ?»

Réponse : «Notre rôle est de tout faire pour sauver les emplois qui peuvent l'être. C'est pour cela que nous avons besoin d'anticiper au maximum. Je lance donc un appel aux chefs d'entreprise : il est préférable de demander des mesures de soutien bien avant l'apparition de difficultés. Au quotidien, nous avons conçu une cellule en forme de commando composée de quatre personnes qui parent à l'urgence.»

Quatre personnes pour faire face aux demandes formulées par les chefs d’entreprise français avant même que des difficultés apparaissent ?! C’est naturellement le meilleur moyen d’être submergé par les sollicitations. Même les quatre fantastiques de la bande dessinée américaine ne suffiraient pas à relever pareil défi. A croire que Montebourg a décidé de «tomber à gauche» rapidement en prétextant ne pas avoir les moyens de sa politique.

Ses conceptions de la finance et de l’entreprise sont du reste éclairées par des remarques valant leur pesant d’arachides. Parmi les quatre super-héros recrutés figure en effet un certain «Christophe Bejach, ancien banquier qui s'est mis au service de la France», nous apprend le ministre productivement redressé. Ainsi donc, au service d’une banque, on ne sert pas son pays ; au service d’Arnaud Montebourg : oui !

Autre perle, le slogan cégétiste de la lutte contre le «licenciement boursier», petit satan fantasmatique de gauche, va devenir projet de loi. «Lorsque des sites rentables à marge insuffisante sont abandonnés par des groupes pour des raisons purement financières, nous travaillons sur des mécanismes permettant la vente par voie judiciaire à un repreneur au prix du marché, sans spoliation.», nous apprend Montebourg. Hélas, pour qu’une entreprise puisse décider de délocaliser une unité de production pourtant rentable pour réaliser davantage de profit ailleurs, c’est qu’elle est en position dominante sur son marché et, dans ce cas, la vente par adjudication ne donnera rien car nul ne pourra la concurrencer. Et si elle le fait parce qu’en réalité la concurrence l’oblige à délocaliser, ladite vente ne donnera rien non plus, l’unité de production n’étant plus assez profitable. Bref, une bouillie idéologique épaisse va napper le redressement productif tant attendu.

3 - Président normal, France dévaluée

La haine de Nicolas Sarkozy dans une large fraction de l’opinion se focalisait sur sa prétendue agitation. Elle n’était en réalité, dans les affaires internationales, qu’une énergie qui gommait un peu le déclin de notre pays et de son influence. En quelque sorte, n’en déplaisent à tous ses contempteurs, Sarkozy compensait par son dynamisme personnel un affaiblissement collectif. Le soutien de ses homologues chefs d’Etats et de gouvernements lors de la campagne électorale en témoigna.

Avec le président «normal», la France retrouve donc rapidement sa vraie place. Et les faux-pas diplomatiques s’accumulent.

D’abord, les bons mots et petites blagues hollandaises distillées dans le «Canard enchaîné» au sujet d’Angela Merkel et de sa psycho-rigidité supposée sont dévastatrices. Voudrait-on contraindre la chancelière, pour ne pas perdre la face, à ne rien céder à la France qu’on ne s’y prendrait pas autrement ! C’est en faisant croire qu’il se pliait à l’austérité voulue outre-Rhin que Sarkozy parvint à faire accepter aux Allemands la politique de la planche à billets mise en oeuvre par Draghi.

Ensuite, les avanies prodiguées par un Poutine crâneur à l’Elysée même, ont cruellement montré le danger qu’il y a à s’avancer à terrain découvert en demandant aux Russes des concessions sur le dossier syrien sans avoir aucun moyen de pression réel.

Bref, sur deux sujets majeurs, déjà deux erreurs.

4 - Les pompiers pyromanes veulent éteindre l’incendie des loyers !

Démagogie oblige, miss Blue jean 2012, alias Cécile Duflot, veut limiter les loyers à la «relocation» quand ils atteignent un niveau qu’elle jugera «anormal». C’est Paris qui est essentiellement visé, ville où elle vient d’être électoralement parachutée.

Le problème est que la flambée des loyers parisiens a deux causes majeures : une insuffisance de l’offre foncière accentuée par l’action même des Verts et des socialistes qui ont adopté un Plan local d’urbanisme doté d’un coefficient d’occupation des sols malthusien d’une part ; la politique de préemption municipale massive pour créer des logements clientélistes dits sociaux d’autre part. Ces deux actions conjuguées réduisent l’offre privée à peau de chagrin, font monter les prix de vente et, dans leur foulée, ceux de la location. Bref, la parabole du pompier pyromane est parfaitement illustrée en matière immobilière grâce à ces élus.

Comme le disait Ronald Reagan, dont je conçois que Cécile Duflot ne médite pas souvent les paroles, à propos de l’économie administrée : «Quand ça bouge, on taxe ; si ça bouge encore, on réglemente et quand ça ne bouge plus, on subventionne !»

5 - La présidence aux bras ballants !

Si Raymond Depardon, un de nos plus grands cinéastes et photographes, n’était pas l’auteur du phénoménal cliché promu au rang de portrait officiel du chef de l’Etat, il est probable que les moqueries se seraient déchaînées.

Notre pauvre président a l’air engoncé, une sorte de martien habillé en costume local pour tenter de se faire accepter par la population envahie.

Mais ce n’est pas grave, les commentaires positifs des pairs de Depardon lui sont acquis eu égard à la notoriété de l’artiste. Il est amusant de les voir feinter pour éviter de dire ce qu’ils pensent vraiment (http://www.liberation.fr/politiques/2012/06/04/des-portraitistes-jugent-la-photo-officielle-de-hollande_823527). Ceux de la presse le sont également à raison de l’orientation politique de l’élu. Décidément, il flotte un vrai parfum de Poutine sur les jardins de l’Elysée en ce printemps !

6 - A quoi sert de se décarcasser en charcutage électoral et circonscriptions sur mesure ?

C’est ce que doivent se dire les auteurs du dernier découpage, on constatant que les Français d’Outre-Atlantique votent majoritairement à gauche. Il faut dire que l’abstentionnisme record a probablement marqué davantage ceux qui travaillent dans le secteur privé que les enseignants et autres fonctionnaires expatriés. Tout fout le camp !

7 - RESF déjà à la manoeuvre !

En matière de politique migratoire, les textes sont moins importants que la façon dont ils sont mis en oeuvre. Les satisfactions de pure forme que François Hollande entendait donner aux associations de défense des immigrés légaux ou clandestins vont se heurter à la volonté de ces dernières d’obtenir des vraies concessions et un affaiblissement durable et généralisé des mesures de refoulement et d’expulsion.

L’affaire Gervais Gantchou, montée en épingle par Médiapart et RESF, en témoigne déjà. Deux fois condamné pour vol et escroquerie, père d’enfants dont la justice a dit qu’il ne s’en occupait pas ? Peu importent les décisions des juridictions nous explique RESF : «Le ministère assure détenir deux jugements rendus par deux tribunaux assurant que Gervais Gantchou ne s'occupe pas non plus de sa seconde fille. Comment aller contre une décision de justice ? C'est un sophisme trop souvent entendu de la bouche des conseillers de M. Sarkozy pour accepter qu'il soit repris par ceux de son successeur.»

Bref, quand les tribunaux se prononcent dans un sens qui ne convient pas à ces «droits-de-l’étrangiste» sourcilleux et que le pouvoir exécutif, comme c’est son devoir, applique la loi, c’est un sophisme !

La politique migratoire va être le chemin des Dames de François Hollande.


Voir la source ICI.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delanopolis 94237 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte