Magazine Poésie

Ludwig UHLAND : Agonie (1. LA SÉRÉNADE.)

Par Unpeudetao

Ô ma mère ! qui me réveille
Par ces refrains sollicitants ?
Écoute.. qui donc si tard veille,
Pour chanter les chansons si douces que j’entends ?

Je ne vois, je n’entends personne..
Dors.. C’est ton mal, mon cher amour,
Qui dans ta tête ainsi résonne ;
Tout dort.. et de longtemps ne paraîtra le jour.

Ô ma mère ! ces voix étranges
Dont tu n’entends, toi, pas le bruit ;
C’est peut-être l’appel des anges
Qui m’attendent là-haut.. ma mère, bonne nuit..

Ludwig UHLAND (1787-1862), poète allemand.

*****************************************************


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine