Magazine France

A quand le droit de mourir dans la dignité ?

Publié le 20 mars 2008 par Jeunegarde

chantal-sebire.jpg Chaque année, le débat sur l’euthanasie se rappelle à nous sans qu’aucune réelle solution ne soit apportée à la souffrance des malades, mise à part les soins palliatifs, et à leur famille. Si beaucoup de cas se produisent dans le plus grand secret, certains sont médiatisés dans le but de relancer le débat sur le droit de mourir dans la dignité. Le plus médiatique aura été celui de Vincent Humbert, il y a 5 ans, pour lequel sa maman s’est longuement battue pour qu’on arrête l’acharnement thérapeutique ; il y a quelques mois, nous apprenions qu’une actrice avait du partir en Belgique pour mettre fin à ses souffrances et là, c’est le cas de Chantal Sébire qui, aprés avoir saisi la justice pour qu’on puisse permettre à son médecin de se procurer en pharmacie une potion létale lui permettant de terminer sa vie dans le respect de sa dignité, nous a quitté hier aprés midi (suicide, euthanasie ?). A noter que l’annonce de sa disparition a été faite par le Ministère de l’intérieur au lieu de la gendarmerie habituellement ! Interpellé par courrier, Nicolas Sarkozy n’avait eu d’autre réponse que de proposer à Mme Sébire qu’un nouvel avis soit donné sur son cas par un collège de professionnels de la santé du plus haut niveau pour que l’on s’assure que toutes les ressources de la médecine sont épuisées. Ce qu’elle avait refusé !

Après les Pays-Bas et la Belgique (mort de l’écrivain Belge Hugo Claus cette nuit par euthanasie), le Luxembourg est le 3ème pays de l’Union européenne à légaliser l’euthanasie soulevant des passions au Grand-Duché. L’opinion publique reste toujours divisée sur ce sujet. La Suisse autorise l’assistance au suicide, même pour les personnes qui ne sont pas atteintes d’affections mortelles.

En France, l ‘euthanasie est illégale, mais le code pénal distingue l’euthanasie active - le fait de provoquer directement la mort (assimilé à un homicide) - et l’euthanasie passive - “l’abstention thérapeutique” (considérée comme non-assistance à personne en danger). Pendant la dernière campagne présidentielle, la candidate socialiste Ségolène Royal s’était prononcée pour une législation qui légaliserait l’aide active à mourir dans les cas extrêmes. Mais à droite, François Fillon et Rachida Dati ont exclu toute loi sur l’euthanasie jugeant suffisante la loi Leonetti ; adoptée en avril 2005, qui permet l’arrêt des traitements et l’administration massive de médicaments anti-douleur même s’ils présentent un risque mortel, mais pas la mise à mort de patients agonisants.

Dans un communiqué de presse, le Parti socialiste dénonce l’insuffisance de la loi et se déclare favorable à une nouvelle loi  s’appuyant sur l’avis du comité national d’éthique du 27 janvier 2000 qui avance le principe de l’exception d’euthanasie dans des situations limites ou dans des cas extrêmes, reconnus comme tels. Parallèlement, il souhaite le développement actif des soins palliatifs pour mieux lutter contre la douleur.

Localement, le Sénateur Jean-Pierre DEMERLIAT, milite depuis plusieurs années pour la reconnaissance de l’euthanasie et il a notamment cosigné plusieurs propositions de loi au Sénat. Nous faisant l’honneur de commenter certains de nos billets, nous serions ravis de partager avec lui les raisons de son engagement.

Pour plus d’informations, n’hésiter pas à visiter le site de l’ADMD, l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité qui dispose d’une délégation départementale.

Tags: Dati, Demerliat, euthanasie, Fillon, Humbert, Royal, Sébire

Auteur: pazmany

2 commentaires

Jean-Pierre Demerliat
20 mars 2008 10:18

Je ne botte pas en touche mais, pour faire court, les raisons de mon engagement sont celles qui fondent l’action de l’ADMD.
Le Délégué départemental de l’ADMD Haute-Vienne est Michel JOUBERT, 20 rue Eugène Delacroix, 87100 LIMOGES.

fred
20 mars 2008 11:59

ma grand mere est dans cette assoc…mais je ne comprends pas comment on peut autoriser l’euthanasie, tuer délibérement s’entend.un medecin c’est fait pour soigner, pas pour tuer.

Fils des commentaires de ce billet  /  Faire un trackback sur ce billet

Laisser un commentaire


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jeunegarde 2824 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte